SOCIéTé  |    

Centrafrique: sept personnes tuées à Bossembélé

Par journaldebangui.com - Xinhua - 06/11/2013

Selon la Croix-Rouge centrafricaine l’attaque meurtrière a été perpétrée par des une attaque d'hommes armés non encore identifiés

 

Sept personnes ont été tuées dans une attaque d'hommes armés samedi à Bossembélé, localité du Sud-Ouest de la République centrafricaine (RCA) au nord de la capitale Bangui, a-t-on appris de sources humanitaires rapportant des informations communiquées à elles par la Croix-Rouge centrafricaine. "La Croix-Rouge centrafricaine a pris connaissance de la mort de sept personnes dans une attaque samedi à Bossembélé. Ils ont pris en charge une partie des corps et le reste a été fait sur place par les populations", a rapporté sous couvert d'anonymat un responsable d'un organisme humanitaire international œuvrant en RCA, qui n'a pu préciser ni l'origine de l'attaque ni ses auteurs.

 


© afriquinfos.com
Image d'illustration
Illustration du climat de violences et d'insécurité qui persiste en RCA plus de sept mois après la prise du pouvoir le 24 mars à Bangui de Michel Djotodia, leader de l'ex-coalition rebelle de la Séléka, cette attaque survient au lendemain d'une série de heurts enregistrés la veille dans la capitale et d'autres localités du pays impliquant des éléments de cette rébellion officiellement dissoute. Contacté par Xinhua, le secrétaire général de la Croix-Rouge centrafricaine, Albert Yomba-Eyamo, s'est montré réticent à répondre aux questions, s'empressant de dire qu'"il ne revient pas à la Croix-Rouge centrafricaine de communiquer sur ce genre de sujet". On dirait là une sorte de peur à s'exprimer qui est compréhensible dans le contexte de la crise centrafricaine actuelle.

Depuis le début de cette crise en décembre 2012 qui a valu à François Bozizé son fauteuil présidentiel également conquis par les armes dix ans auparavant, les Nations Unies recensent quelque 400 morts et 1,6 million de déplacés, un bilan revu à la hausse à plus de 3.000 décès par des sources y compris administratives internes. En remplacement à la Force multinationale de l'Afrique centrale (FOMAC) déployée depuis plusieurs années par les pays de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) à laquelle la RCA appartient, une nouvelle force sous mandat de l'Union africaine (UA), la MISCA, est en cours d'opérationnalisation pour aider à stabiliser ce pays dont l'histoire est ponctuée de putschs et de rébellions.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués