NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Bangui: le programme d’urgence du Gouvernement de transition

Par Autres médias - 30/10/2013

Les travaux de lancement de l’atelier national de validation se sont ouverts le 29 octobre dernier dans la capitale centrafricaine

 

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Premier ministre de transition, Me Nicolas Tiangaye, en présence du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Centrafrique et chef du BINUCA, le Général Babacar Gaye. Etaient aussi présents les représentants de la société civile, de la communauté internationale et des membres du Gouvernement. Organisées par le Gouvernement centrafricain, avec l’appui logistique et technique du système des Nations Unies, ces assises ont pour objectif l’appréciation et l’appropriation dudit programme par les participants.

 

En indiquant que cet atelier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Résolution 2121, le Général Babacar Gaye a déclaré que «le programme d’urgence dont le processus de validation commence aujourd’hui s’inscrit en droite ligne de ces efforts. Le processus d’élaboration de ce programme d’urgence a mis à contribution les cadres de l’ensemble des Départements ministériels et nous ne doutons pas que les autres acteurs nationaux, à savoir la société civile et le secteur privé sauront lui apporter des contributions. Selon sa lecture, il s’agit d’un programme qui vise à rendre plus opérationnelle la feuille de route du Gouvernement et nous notons à cet égard que les trois composantes du programme portent effectivement sur les priorités de l’heure à savoir les problèmes sécuritaires, humanitaires et la tenue des élections».

En ouvrant les assises, le chef du Gouvernement de transition a précisé qu’en étant à cet atelier, les participants ont pris l’initiative salutaire de mettre un terme aux souffrances des Centrafricains. Selon Me Nicolas Tiangaye, «ce programme d’urgence doit être à la hauteur des défis pour sauver notre pays et notre peuple. Il y a urgence à mettre un terme aux violences, aux destructions, aux viols et aux violations graves et répétées des Droits de l’Homme. Il y a urgence à mettre un terme à l’impunité et à restaurer la sécurité et la paix sociale. Il y a urgence à promouvoir la Justice et les Droits de l’Homme, à organiser une assistance humanitaire à grande échelle. Il y a enfin urgence à définir et à fixer de manière claire le cap qui nous conduira de manière apaisée et sécurisée à la restauration de l’ordre constitutionnel par les moyens d’élections libres, régulières et transparentes».

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Selka+Politicards centrafricains = MORT

Par abou

30/10/2013 18:40

La RCA a été poignardée dans le dos par ses propres fils devenus criminels par appât du gain de l'instant. Mais ils ne l'emporteront pas au paradis.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués