SOCIéTé  |    

Bangui: le jugement du général Moussa Assimeh exigé

Par journaldebangui.com - Xinhua - 23/10/2013

La société civile et des activistes des droits de l'homme réclament la traduction du rebelle devant la justice du pays ou devant la justice internationale

 

Deux jours après le départ de Bangui pour s'installer à Birao au nord-est de la Centrafrique du général Moussa Assimeh, l'un des chefs militaires rebelles de la Séléka ayant aidé Michel Djotodia à renverser le pouvoir de François Bozizé le 24 mars dernier, la société civile et des activistes des droits de l'homme réclament sa traduction devant la justice du pays ou devant la justice internationale. "Je suis étonné d'apprendre la nouvelle du départ de général Moussa Assimeh. Notre souhait est de le voir répondre devant la justice du pays, des actes que lui et ses hommes ont commis sur la population centrafricaine. C'est lui qui a organisé le fameux désarmement du quartier Boy-Rabe, qui a soldé par la mort de nos frères et soeurs que nous continuons à pleurer jusqu'au aujourd'hui", a déclaré Jonas Andji, secrétaire général des victimes des évènements du quartier Boy-Rabe, dans le 4ème arrondissement de Bangui.

Plusieurs organisations de la défense des droits de l'homme dans le pays l'accusent d'être responsable du désarmement de quartier Boy-rabe, réputé proche de l'ancien président François Bozizé, qui a fait de nombreux morts.

 

Pour Anicet Yamalé, avocat au barreau de Centrafrique, le départ du général Moussa Assimeh, de Bangui sans être inquiété, témoigne de la complicité du président Michel Djotodia et de ses entourages à la souffrance que ce dernier a infligé au peuple centrafricain. "On souhaite qu'il rende compte des actes qu'il a posés dans le pays, depuis que la Séléka a pris le pouvoir en Mars 2013. On se demande les victimes vont s'adresser à qui ?", se demande Maître Hyacinthe Gbiégba, président de l'action des chrétiens pour l'abolition de la torture.

Le général Moussa Assimeh a rejoint la coalition Séléka en novembre 2012. Plusieurs organisations de la défense des droits de l'homme dans le pays l'accusent d'être responsable du désarmement de quartier Boy-rabe, réputé proche de l'ancien président François Bozizé, qui a fait de nombreux morts. Le général, qui se réclame toujours de nationalité centrafricaine, est présenté comme un ancien colonel soudanais au Darfour, vaste province occidentale du Soudan en proie à un long conflit armé avec le pouvoir de Khartoum. Il est recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

 

 
MOTS CLES :

32 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

pourquoi se monsieur à quitter d'urgence?

Par dodias

23/10/2013 11:45

je suis d'accord qu'il revienne à bangui ou à la CPI donner des explication pour ses atrocités sur ceux dont il avait donné l'ordre à ces éléments de commettre des exactions
autrement dit,monsieur DJOTODJIA qui l'a fait venir se rend à sa place.

Le départ de Moussa Assimeh

Par thomas Wanto

23/10/2013 12:27

Les faits parlent d'eux-mêmes; car comment battre campagne pour rétablir la paix et faciliter la soustraction de certains criminels des griffes de la justice internationale par les dirigeants de la transition sensés protéger la population? A défaut d'avoir une formation militaire et des armes pour défendre notre pays de la main mise de ces "collabos" des pilleurs, violeurs et assassins de notre peuple,ces derniers ne pourront et au grand jamais briser notre patriotisme et notre sens d'analyse et de discernement.La RCA est le seul pays ou ses enfants sont considérés chez eux comme des cibles figées destinées aux exercices morbides des mercenaires étrangers qui s'entrainent et rivalisent d’imagination pour savoir qui massacrera le plus au couteau, par balles, par pendaison, en ligotant etc...et en final qui demandent à être indemnisés pour l'effort déployé pour le sinistre labeur.Avec l'éloignement de Moussa Assimeh qui s'inscrit dans la longue liste de nos tortionnaires étrangers restés impunis tels Baba Ladé, les militaires Tchadiens qui avaient décimés les quartiers Pétévo, Kpéténé, Fatima etc... et aujourd'hui le sang fraîchement rependu de nos frères de Boy-Rabe,Boeing. c'est la mémoire et le respect de tout le peuple centrafricain qui est une fois de plus bafoué. Mais ces drames constitueront notre mémoire collective et le ciment de notre nouvelle société.

La Justice nationale ou internationale doivent se pencher sur le cas de de e soit disant général soudanais parent de DONDOJA et ensuite poursuivre toute la seleka ainsi que DONDOJA.

Par SOROKATE

23/10/2013 13:02

Après qu'il a commis d'énormes crimes et exactions sur le peuple Centrafricain on a mis un avion spécial à sa disposition avec des hommes comme un régiment pour sa protection qui' a mon avis vont pourrir la vie aux habitants de Birao. Ceci est une complicité de DONDOJA et les autres colonels généraux auto proclamés de seleka donc il faut la justice soit saisie de ce cas.

C'est cela le double jeu de DONDONJA il fait tout pour protéger ses criminels étrangers qui l'ont introniser par sacrifice de plusieurs vies. Un président menteur, il se contredit à chaque fois.

La présence des mercenaires Tchadiens et Soudanais était décriée par tous seul lui DONDONJA réfute,mais reconnait que ce sont des Musulmans de mauvaises fois qui sont complices des crimes et pillages en RCA ,contraint de les prier de cultiver la paix.

Hier c'était BABA LADE qui, après avoir tué,assassinés des innocents Centrafricains le régime déchu avait mis un avion spécial a la disposition de ce dernier pour son retour dans son pays TCHAD, même scène identique.Les centrafricains sont assimilés aux bêtes dans un ZOO animalier que chaque braconnier vient commettre son forfait et repart sans être inquièté, que cela prenne FIN.

La société civile les ONG militantes des droits de l'Homme doivent tout faire pour que la justice soit rendue aux victimes de seleka et leur président auto proclamé. Toute la seleka doit donner des explications sur les mobiles des multiples a
exactions et crimes perpétrés sur les la nation Centrafricaine.

N'es-ce pas je disais qui vivra verra?
Un à Un ils sauront qu'ils étaient des illusionnistes. Que tous les Commandants,les Colonels et généraux auto proclamés de la seleka répondent de leurs actes ignobles devant la Justice.
C'est pour quoi j'avais demandé que toutes les preuves (Photos ,noms des seleka, les lieux et accusés de réception des plaintes )soit minutieusement gardés pour servir des pièces à conviction devant la JUSTICE c'est très IMPORTANT.

Nous espérons jusqu'à la fin de cette transition aucun élément "étranger" dans seleka ne soit en liberté sur notre sol. Quant aux sujets seleka Centrafricains minoritaires de seleka, la justice doit être une référence.

Si possible toutes les victimes de ce générale Soudanais doivent se mettre en associations pour mieux cordonner leurs jérémiades.

Qui cherche trouve et qui trouve assume!!!
Bonne diligence.
SOROKATE Alias Domzan bene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués