NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Tchad: 5ème sommet de la CEEAC à N’Djaména

Par Edouard Takadji - 21/10/2013

La crise centrafricaine est au cœur de ce sommet qui se tient en ce moment dans la capitale tchadienne

 

De nombreux Chefs d’Etat membres de la CEEAC dont le Congolais Denis Sassou Nguesso, le Gabonais Ali Bongo, l’Equato-guinéen Obieng Nguéma et de quelques premiers ministres sont dans la capitale tchadienne. Le Président Centrafricain et son premier ministre ont fait également le déplacement de N’Djaména. Le sommet qui vient de s’ouvrir, convoqué par Idriss Deby Itno, président du Tchad et président en exercice de la CEEAC a pour objectif d’étudier et d’évaluer la situation que vit la République centrafricaine qui depuis le renversement du régime de François Bozizé le 24 mars dernier par la coalition rebelle Séléka peine à retrouver la stabilité.

Il est aussi un sommet d’espoir pour de nombreux Centrafricains qui aujourd’hui vivent la peur au ventre au quotidien surtout que les éléments de l’ex Séléka ne cessent de commettre des exactions sur cette population. Tout en saluant ses homologues qui ont fait le déplacement de N’Djaména, le Chef de l’Etat Idriss Deby Itno, président du Tchad et président en exercice de la CEEAC a indiqué que la paix est une préoccupation de tous les Etats membres de la communauté justifiant ainsi leur présence à ce sommet. En ce moment, les travaux se déroulent en huis clos et un communiqué final sanctionnera ce sommet.

 

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Ah Ah ! les commentaires de Ngarra dérangent.

Par Ngarra

21/10/2013 19:10

Encore une bizarre censure !
Voilà ce que j'avais écrit :


La France a trop laissé faire Déby, il est temps de le remettre à sa place.
Par Ngarra
21/10/2013 13:49
Déby fait le malin. On prétend ici qu'il a pris l'initiative de convoquer un Sommet extraordinaire consacré à la situation en Centrafrique. C'est faux ! Suite aux protestations diverses sur l'impérialisme tchadien et ses exactions en Centrafrique, le président français, François Hollande, a décidé de prendre l'affaire en main. C'est ainsi que l'Amiral Edouard Guillaud, Chef d'Etat major des forces françaises s'est rendu à N'Djaména pour parler de l'intervention conjointe de la France et du Tchad en Centrafrique afin de restaurer la sécurité. Cette fois-ci, ce n'est plus une sous-traitance qui avait laissé les mains libres à Déby. C'est la France qui dirige les opérations. Elle va mettre hors d'état de nuire ces hordes sauvages qui ont longtemps sévi en Centrafrique. D'ailleurs Djotodia a bien compris le message et c'est la raison pour laquelle il a éloigné Moussa Assimeh, ce grand terroriste qu'il protégeait, pour le laisser au chaud à Birao avant de l'envoyer chez lui au Soudan. Je souhaite que cette mission de la France réussisse et que la paix revienne en Centrafrique. Que Djotodia ne reste pas un jour de plus à la tête de ce pays à la fin de cette transition car il n'est pas à la hauteur et de surcroît c'est un traître.

Quant à Déby, ça chauffe déjà chez lui. Lisez :

" Selon une source policière, Samory Ngaradoumry a été placé en garde à vue, lundi 14 octobre, à N'Djamena, après avoir été convoqué par la police judiciaire.

Dans sa dernière parution, mercredi 9 octobre, L'observateur avait rendu compte d'une mutinerie de soldats dans la région de Bardai (extrême Nord). Selon un journaliste, qui a précisé que le directeur du journal n'était pas l'auteur de l'article en cause, c'est à la suite de cet article que le ministère public a porté plainte.

Les journalistes et responsables de médias dont les publications embarrassent le régime du président Idriss Déby Itno sont régulièrement interpellés et renvoyés devant la justice. Les juges n'hésitent pas à prononcer des peines de prison et des interdictions de publication.

Multiples condamnations

Fin août, trois journalistes avaient ainsi écopé de peines de prison avec sursis dans le cadre d'un complot présumé que les autorités tchadiennes assuraient avoir déjoué en mai.

Le directeur de publication de l'hebdomadaire indépendant Abba Garde, Avenir Moussey De la Tchire, a été condamné à deux ans avec sursis pour pour incitation à la haine et au soulèvement populaire.

Le secrétaire général de l'Union des Journalistes Tchadiens (UJT), Eric Topona, et le blogueur Jean Laokolé, ont, eux, été condamnés à trois ans de prison avec sursis pour diffamation et complot d'atteinte à l'ordre public. Selon l'accusation, ils avaient échangé des mails dans lesquels ils projetaient d'appeler à un soulèvement populaire, des faits que les prévenus ont toujours contesté.

Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Médias | Tchad : le directeur d'un journal placé en garde à vue | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique
Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook "

Le peuple n'est pas dupe

Par Sara Didiri

22/10/2013 15:33

Le peuple n'est pas aussi naïf que ces politiciens le croient. C'est tout de même lamentable que Idriss Deby donne l'impression qu'il est à l'inatiative de tout ce qui est annoncé.

Très sincèrement qui croirait cet homme qui, pendant des mois a laissé les biens pillés de la RCA entrés au Tchad sans rien faire; quelqu'un qui bien au courant de l'implication et de la complicité des troupes thcadiens dans le massacre des innoncents, de viols et de vols à grande échelle a persisté à maintenir ces criminels sur le sol centrafricain;quelqu'un qui a fait blocage au niveau de l'UA et a finalement dissuadé d'autres pays d'aider à constituer une force pour ramener la sécurité en RCA. Il a toujours mal caché sa velléité hégémonique sur la RCA. Où partent en ce moment les diamdands, le bois de ce pays et qui en profite ?

Aujourd'hui le Tchad reconnaît qu'il y a des mercenaires étrangers en Centrafrique, même si géné, il tient sa langue et refuse de préciser que ces mercenaires sont essentiellement des tchadiens et soudanais. La justice rattrapera un de ces 4 monsieur Déby comme elle l'a fait pour Hissen Abré.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués