DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Coup de gueule sur les ruines de la Centrafrique

Par Romin Koudjodji - 21/10/2013

La désagrégation indéniable de ce si beau pays nous interpelle tous amis du continent noir

 

A 53 ans d’existence souveraine, la Centrafrique peine à retrouver ses repères et n’a pu trouver son pied d’appui. Le pays s’affaisse à chaque régime politique et nuit dangereusement à la population. Les politiques sont incapables de s'entendent et troquent la démocratie aux coups des baïonnettes. Djotodia, le dernier maillon de toute la chaîne est l’assertion qui vient entaillée cette thèse. Depuis le 24 mars 2013, la Centrafrique est officiellement une déchetterie, une ruine de guerre ou vient s'expérimenter toutes armes destructifs contre la paisible population.

Maintenant que le pays devient ingouvernable il fait appel à la France pour venir à son chevet.
Romin Koudjodji

 

Le FARE (Front pour l’Annulation et la Reprise des Elections de 2011) devenu la majorité Séléka Djotodia, d’un pouvoir illégal ressemble plus que jamais à un troupeau en quête de pâturage, qu’à des politicards, professionnels au service de la Nation avec l’honneur de servir le peuple et non le déshonneur de se servir du peuple. Et maintenant, ils ont le pouvoir, ils en font quoi? Simplement que le pouvoir est entrain de les savourer parce que nul n’est censé ignorer qu’on ne peut pas jouir d’un pouvoir mal acquis par les armes qui aura aussi une fin tragique par les armes. Djotodjia semble oublier qu'àvaincre sans péril on triomphe sans gloire, il a chassé Bozizé qui lui-même est arrivé au pouvoir par les armes alors Djotodjia doit s’attendre à pareille sortie.

Même dissoute, la Séléka ne pourra jamais être dissociée de celui qui l’a incarnée. Ça sera toujours sa référence et son matricule inamovible. Djotodia est né politiquement avec la Séléka, il doit s’éteindre avec la Séléka. Si aujourd’hui il nous annonce la dissolution de la Séléka, la logique veut qu’il s’éteigne aussi avec elle.

Qu’est ce qui nous reste de la classe politique centrafricaine?
L’homme connait l’appétit gargantuesque des hommes politiques qui n’hésitent pas à donner leur âme à Satan pour une bouchée de pain. Pour le peu que ce régime s'installe au pouvoir, ils ont été servis sur un plateau du sang et de la traîtrise, ce beau pays à la France qui doit encore comme à l'époque coloniale l’administrer. Donner des ordres sous forme de maintien d'ordre alors qu’en fait ce sont les gisements prolifiques de ce beau pays qui sont appétissants, pour la France. Et maintenant que c'est l'ex-colonie même qui appelle à la rescousse parce que étant incapable de se gouverner la France pourra-t-elle dire non au pillage de la Centrafrique voulue par les centrafricains eux-mêmes?

Le mal Séléka a au moins le mérite de réveiller la conscience d’une population centrafricaine sous somnifère depuis une belle lurette. Une classe politique censée être démocratique qui fricote avec les délinquants institutionnels et qui se réjouit du coup d’Etat. De là, il devient assez cohérent de dresser un profil de cette classe politique qui n’a pas la conviction de son idéologie. Pendant ce temps la Centrafrique ne cesse de pleurer des milliers de morts innocents. Si Djotodjia voulait tant sauver son pays et non son ventre pourquoi n'ouvre-t-il pas une transition pour réorganiser des élections pacifistes et se mettre en réserve de la République? Et bien tout simplement parce que son ventre le tient .Triste réalité du continent noir. Africains réveillons-nous.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués