NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Bossangoa: Enfin, Nicolas Tiangaye auprès des victimes

Par journaldebangui.com - 16/10/2013

Le Premier ministre Centrafricain, ancien grand défenseur des droits de l’homme, a discuté avec les populations réfugiées dans la ville

 

D’un côté les musulmans, de l’autres les chrétiens, les photos montrent un PM proche des victimes des exactions de la Séléka dans la région. Ces populations attaquées par les rebelles de différents bords se sont retrouvées toutes dans la ville de Bossangoa dans le Nord-Ouest de la Centrafrique. Désemparées, dépossédées de tous, elles vivent sous des abris de fortun, dans le dénuement total!

 


© Diaspora Multimédia & Audiovisuel
Près de la Mosquée
Le PM qui semblait jusque-là indifférent hors mi lors des interventions dans les médias internationaux, les tribunes des Nations unies, vient de toucher la réalité des populations des provinces, loin de la pagaille qui règne à Bangui. Il aura d’autres arguments plus imagés pour colorier ses propos, loin des « on dit » et des rapports qu’il recevait sur son bureau. Le sens de sa visite aura été de sentir et de montre qu’il n’y a pas de place à une guerre confessionnelle dans son pays.

 


© Diaspora Multimédia & Audiovisuel
Avec le curé
La visite en quelques images!

 


© Diaspora Multimédia & Audiovisuel
Les musulmans d'un côté

 


© Diaspora Multimédia & Audiovisuel
Les camps de réfugiés dans la ville

 

 
MOTS CLES :

24 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

J'ai bien aimé votre censure ! Dans ce cas, arrêtez de nous prendre pour des imbéciles...

Par Ngarra

16/10/2013 21:06

Le journal de Bangui vient de supprimer mon commentaire sur cet article.
Je rappelle que Bangassou n'est pas située dans le Nord-Ouest de la République centrafricaine.
Sur les inscriptions des photos qui sont présentées, c'est marqué " Mosquée centrale de Bossangoa " et non de Bangassou... Alors, arrêtez de nous embrouiller.

Vive la liberté d'expression en Centrafrique !!! Savez-vous que depuis mon commentaire sur les révélations graves de Mahamat Youssouf sur le régime de Djotodia, on ne reçoit plus les nouvelles du journal " Le Démocrate " . Vive aussi la liberté de la presse dans ce pays !!! Continuez comme ça, nous irons loin ( au fond du gouffre ).

Ouf, le collabo tiangaye a t-il trouvé le chemin des villes mathyrs?

Par Nomzamo

17/10/2013 00:24

Tiangaye a apporté sa caution aux envahisseurs, assassins des Centrafricains.
Tianagye est un collabo au même titre que les pétain et laval.
Il répondra devant un Tribunal Pénal Centrafricain pour haute trahison.
Il a l'air bien nourri et loin des préoccupations des populations.
Je me demande a quoi sert son gouvernement?
Profitez bien de la dépouille de la RCA. Demain ce sera un autre jour.

@ mon compatriote Ngarra

Par Nomzamo

17/10/2013 07:04

Dommage que je n'ai pas pu lire votre commentaire avant la censure.
J'ai trouvé cette contribution publiée sur Koaci.com et reprise par journaldebangui.com concernant tiangaye très intéressante.

"http://www.koaci.com/articles-86425

Koacinaute Centrafrique : Nicolas Tiangaye, Premier Ministre soucieux de l’intérêt général ou un prédateur situationniste ?

Koacinaute le 13 octobre 2013 - Nicolas TIANGAYE est-il un Premier Ministre soucieux de l’intérêt général ou un prédateur situationniste ?
1. Sur la personnalité de Nicolas TIANGAYE

Maître Nicolas TIANGAYE, était considéré avant sa reconduction au poste de Premier Ministre de la transition par Michel DJOTODIA AMNONDROKO chef de la junte militaire de la « Séléka » au pouvoir depuis le 24 mars 2013, selon les propos d’un diplomate en poste à Bangui, comme \"Un homme intègre dans un océan de corruption\". A son tour, Martin ZIGUELE son mentor, dans la dynamique de lui maquiller le visage en vue de préparer un hold-up électoral en vue de son accession au pouvoir qu’il a tant convoité et conspiré dans le Front pour l’Annulation et la Reprise des Elections (FARE 2011), à l’issue de la transition politique en cours, a renchéri que : "Maîtreest un homme intègre. Son parcours est impeccable. Il ne transige pas". Pour Eric NERIS MASSI, fils adoptif de feu Charles MASSI, ancien Porte-parole de la nébuleuse « Séléka » qui a infligé de graves atrocités au peuple centrafricain et qui brille à ce jour par des actes délibérés de viols massifs, pillages, destructions des biens et archives publiques, enlèvements, disparitions forcées et volontaires, assassinats, sous le regard complice, complaisant de Michel DJOTODIA et de ses acolytes, a déclaré sans réflexion et de façon laconique que « Nicolas TIANGAYE est quelqu\'un de bien ». Un autre mystérieux membre influent du pouvoir dont nous taisons le nom pour l’instant, a affirmé gratuitement et de manière fallacieuse qu’« On le respecte bien » (cf Par Patrick FORT AFP – mer. 27 mars 2013).

Mais qui est donc Nicolas TIANGAYE ?

2. Un homme aux ambitions démesurées

Il est vrai selon un célèbre auteur connu de tous que « la critique est aisée mais l’art est difficile ». Il est aussi empiriquement vérifié qu’on reconnait le maçon aux pieds du mur. Qu’en est-il donc de notre Nicolas TIANGAYE national, le soit disant célèbre défenseur des droits de l’homme, ovationné et plébiscité par ses amis politiques du FARE-2011 et planificateurs, complices du chaos et du malheur actuel du Peuple centrafricain ?

Nous n’avons aujourd’hui que les yeux pour pleurer nos morts, nos greniers avec toutes nos semences, nos cases brûlées, notre élevage de caprins, porcins, nos oiseaux de la basse-cour, nos plantations.

Aujourd’hui, nos archives municipales sont saccagées et brûlées ; les écoles et les hôpitaux sont fermés ; le matériel et les lits d’hôpitaux, nos outils de productions, nos biens sont pillés et acheminés sous bonne escorte vers le Tchad et le Soudan, sous le regard passif et complice de Nicolas TIANGAYE et Michel DJOTODJA. Nos enfants et nous-mêmes sommes abandonnés à notre triste sort et exposés aux intempéries, aux maladies endémiques et hydriques.
Notre autosuffisant TIANGAYE national est un fervent adepte du pouvoir pour le pouvoir et rien que le pouvoir. La situation humanitaire catastrophique lui importe peu. Il est exclusivement préoccupé par son ambition de gouverner sans partage le pays de Barthelemy BOGANDA. En témoigne la Charte constitutionnelle de transition taillée sur mesure lui conférant les pleins pouvoirs sans possibilité de contrôle.

3. Prédation et mauvaise gouvernance

Au lieu de se préoccuper de la situation sécuritaire et humanitaire qui est alarmante et catastrophique, bien que les signes avant-coureurs fussent visibles, notre TIANGAYE national, qui clamait sur tous les toits qu’il est le « garant et la caution de la transition politique » parce que reconnu par la communauté internationale le 11 janvier 2013 à travers le fameux accord de Libreville qui a jeté les bases du chaos actuel dans lequel le peuple est plongé, a préféré privilégier au détriment de l’intérêt national ses propres intérêts égoïstes ainsi que ceux de son mentor et leurs proches.

Des voyages d’agréments à la charge de l’Etat, parfois avec tous les membres de leurs familles ainsi que ceux de leurs personnels domestiques sont effectués par Nicolas TIANGAYE, certains membres influents de son gouvernement, le soudard et l’impulsif Michel DJOTODJIA sur les maigres ressources du Trésor public déjà exsangue et asphyxié. Ces voyages sans rendement, financés sur le dos de la nation, sont devenus désormais un moyen rapide d’enrichissement pour les acteurs de la transition actuelle.

Bilan : plusieurs villas acquises en un temps record par le chef de la junte au pouvoir (la ville de Bangui compte à ce jour de nombreuses villas achetées par Michel DJOTODJA), son Premier ministre Nicolas TIANGAYE (une villa de haut standing en pleine réfection est située à dans la ville française d’Orléans. Les détails des travaux seront fournis très prochainement) ; des transferts des centaines de millions de franc CFA sont effectués par certains membres du gouvernement, les braqueurs et pillards de la Séléka au vu et au su des autorités monétaires du pays et de la BEAC.

4. Incapacité à conduire les affaires publiques

Il n’est plus un secret pour personne. Notre Nicolas TIANGAYE national n’est plus l’homme de la situation. En un temps bref soit seulement 6 mois de gouvernance, il a cumulé plusieurs arriérés intérieurs : 5 mois de salaires non payés aux fonctionnaires et agents de l’Etat ; les bourses et les pensions retraites sont définitivement ignorées.

La gestion de la transition est réduite autour de sa personne, de sa famille, de son clan et de son obédience maçonnique. Faisant la chasse aux éventuels concurrents, il a poussé plusieurs hauts cadres du pays à s’exfiltrer.

Les exactions contre les populations n’ont jamais été dénoncées avec vigueur et à temps. Pour chaque événement, Nicolas TIANGAYE s’est toujours illustré par des déclarations tardives et molles de conséquence. Pire pour Michel DJOTODJA en hibernation qui, croyant régler le problème, distribue à tour de bras des billets de banque aux parents ou proches des victimes tout en les consolant d’une phrase fétiche et vide de sens : « c’est Dieu qui a voulu que ce fait se produise. Qu’il vous donne le courage » (Nzapa la a yé si yé so a si. Za lo mou na ala kanga ngo bé).

5. Clanisme et tribalisme

Nous disposons des preuves que l’essentiel des pillages dirigés contre les personnalités du pays a été planifié et exécuté sous le contrôle de Nicolas TIANGAYE. En effet, lui-même connaît les agents qu’il a recrutés et qu’il a mis à la disposition des éléments de la Séléka pour indiquer les propriétés des anciens dignitaires et autres personnalités victimes de ces exactions. La rédaction fournira d’amples détails sur ce chapitre à la prochaine parution.

Seul un concert de casseroles sur toute l’étendue du territoire permettra de libérer le peuple du joug de Nicolas TIANGAYE et du chef de la junte Michel DJOTODJA.

Paris le 12 Octobre 2013
Par Boniface POULOTO
Dr en Sciences Politiques option Stratégies, Analyses et Gestion des conflits
Diplômé de L\'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne



PS : La direction de KOACI rappelle qu'un "koacinaute" n'est pas un journaliste de la rédaction de KOACI mais un contributeur inscrit ayant la possibilité de poster sur le site en vue d'une diffusion et ce dans une dynamique de libre expression plurielle."


Tout n'est pas perdue parce qu'il y a des compatriotes qui font des analyses objectives de la situation de notre pays.

Fraternellement


POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués