DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

RCA, le sang coule sur le fleuve Oubangui!

Par Mingar Monodji Fidel - 14/10/2013

Face au laxisme de l’Union africaine, nous appelons la Communauté internationale à s’ingérer davantage pour la résolution de cette crise humanitaire et éviter la tragédie à la rwandaise à ce pays

 

La RCA, ce beau pays d’Afrique centrale, est entrain de sombrée doucement dans le chao pour ne pas dire qu’elle vit déjà le chao, par ma nature afro-optimiste. Comme la plupart des Etats de la sous-région centrale, le pays de David Dacko a déjà connu quatre coups d’Etat depuis son indépendance le 14 juillet 1960. Mais aujourd’hui, le péché originel est commis par le nouvel homme fort du pays Michel Djotodia avec sa bande des milices et mercenaires qui composent la Séléka. Rappelez-vous, le 24 Mars dernier le Mouvement rebelle Séléka, d’obédience islamiste, dirigé par le pantin M. Djotodia et soutenu par les tchadiens et soudanais, renversa le très controversé François Bozizé, lui-même arrivé au pouvoir par un coup d’Etat contre le regretté Ange-Felix Patassé en 2003. Depuis lors, le choléra remplaçant la peste, nous évoluons du mal au pire. Que dire de la situation catastrophique actuelle?

 


© journaldutchad.com
[i Les images des femmes violées, des villages incendiés, des jeunes gens et des enfants abattus à sang froid, des enfants soldats, des populations privées d’eau potable et d’électricité, des milices anarchistes à la gâchette facile, des délinquants et criminels défiant leurs victimes en toute impunité, se concentrent dans la seule Centrafrique: elles heurtent toute conscience humaine normale… Et dont le Rapport de la FIDH qui sera publié, dans les semaines à venir, porte en lui seul un titre évocateur et bien objectivement aussi accusateur: «RCA, un pays toujours aux mains criminelles du Séléka]».

Si dans son ensemble, le tableau centrafricain est bien sombre pour nous interpeller, cette description de la situation ne serait pas le seul péril ! Pourquoi me direz-vous? Bien, l’autre péril qui sévit dans le bateau centrafricain, à mon avis, est l’incapacité de son Capitaine à bord ! L’impuissance, le manque d’autorité et les intentions machiavéliques du pouvoir de notre fameux M. Djotodia conduit, depuis sa forfaiture, le pays à cette descente aux enfers : le conflit politico-armé est passé au conflit communautaire et devient depuis quelques semaines un conflit confessionnel. Déjà, les images et témoignages qui circulent dans les medias internationaux font de ça une réalité. Triste ! On ne compte plus les morts depuis un certain temps, on ne les enterre pas simplement, plutôt on a choisi de les jeter aux poissons dans le fleuve Oubangui. C’est vraiment triste Monsieur Djotodia ! Vous ne faites, décidément pas mieux que vos mentors de la sous-région. Votre méthode est triste ! Au lieu d’avoir comme priorité la stabilité du pays, vous avez fait précipitamment le choix de lancer un mandat d’arrêt (le 31 Mai dernier) contre votre adversaire déchu afin de le réduire au silence et non vraiment de faire justice aux victimes ! Regrettable!

Aussi regrettable que la force FOMAC&Misca qui vraisemblablement font montre d’impuissance devant ce désastre. Et pour ne rien arranger, les éléments tchadiens qui composent cette force défrayent la chronique avec leur excès de zèle et font ainsi mauvaise presse dans tout le pays sango. Il y a eu d’ailleurs, le 16 Septembre dernier une manif contre le Tchad pour ne pas dire contre les forces tchadiennes de la FOMAC devant l’Ambassade du Tchad à Paris. C’est l’occasion de jeter des fleurs à cette diaspora centrafricaine très courageuse et déterminée à se faire entendre ! Que votre cri soit entendu ! Déjà, on peut dire merci au Président François Hollande qui a lancé l’alerte au Conseil de sécurité, la 1ère Résolution onusienne vient d’être votée ce 10 octobre pour renforcer le dispositif présent.

Face au laxisme de l’Union africaine, nous appelons la Communauté internationale à s’ingérer davantage pour la résolution de cette crise humanitaire et éviter la tragédie à la rwandaise à ce pays. L’optimisme doit régner, car nous pensons que la RCA n’est pas la Syrie pour que les grandes puissances tergiversent trop. Si l’optimisme doit prévaloir en nous, nous devons aussi interpeller les acteurs internes à plus de retenue et au sens de responsabilité et d’unité nationale. Aux acteurs externes, les fous financiers de Séléka qui sont le Qatar et l’Arabie Saoudite d’arrêter avec leur politique islamiste dans ce pays laïc. Le Tchad et le Soudan, principaux pourvoyeurs des mercenaires à ce régime doivent balayer avant tout devant leurs portes au lieu de s’immiscer dans les affaires des autres.

Enfin, nous pouvons dire, sans se tromper que tous ces Etats qui déstabilisent ce pays de l’extérieur, sont des prototypes des Etats voyous au pétrodollar facile. Certains comme le Tchad & le Soudan sont des dictatures sanglantes et d’autres comme le Qatar & Arabie Saoudite des « monstres froids » dont les femmes sont soumises à l’oppression de leur paradigme dominant. Ces médiocres et impétueux élèves de la démocratie ont une part de responsabilité et la communauté internationale doit les interpeller. Parmi ces Etats, la flagrance et les ambitions hégémoniques et malsaines de mon pays le Tchad est à dénoncer vigoureusement. Le Tchad et surtout son Président actuel doit arrêter avec ses interventions impopulaires du type impérialiste en RCA. Cette ingérence ne se justifie pas et elle n’est pas acceptable. Il y va de la cohésion de ces deux peuples freres. Et que l’UA se réveille enfin, en sanctionnant les Etats africains qui contribuent à la déstabilisation des autres et en protégeant les populations civiles abandonnées à elles-mêmes, tel que prévu dans ses Textes de base. Vive le peuple centrafricain et que la PAIX revienne!

Mingar Monodji Fidel
Paris

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Très courageux de la part d'un Tchadien de dénoncer les ambitions hégémoniques et malsaines de son pays !

Par Ngarra

17/10/2013 01:17

Merci, Monsieur Mingar Monodji pour cet article qui dénonce les visées impérialistes de Déby ( appelons chat, un chat ) sur la République centrafricaine.

C'est triste ! Au lieu d'utiliser l'argent du pétrole tchadien pour relever le niveau de vie général des Tchadiens, Déby et ses parents " zaghawas " investissent dans les armes. Ils ont décidé de ruiner ce beau pays qu'est la République centrafricaine en terrorisant la population. Avec la complicité de Djotodia et sa bande de profiteurs, ils tuent en toute impunité, jetant les corps dans l'Oubangui et autres rivières du pays... Une méthode inhumaine...

Un petit rectificatif cependant, Mr Mingar Monodji, la Centrafrique a obtenu son indépendance le 13 août 1960 et non le 14 Juillet 1960, soit un jour après le Tchad. Une fois de plus, merci pour ce soutien au peuple centrafricain.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués