NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Mission accomplie pour Laurent Fabius en Centrafrique

Par Lucie Nkouka avec autres médias - 14/10/2013

La France enverra des troupes supplémentaires en contrepartie du renvoi et du retrait des troupes rebelles étrangères du pays

 

Lors de sa brève visite de quelques heures en terre centrafricaine le ministre français du ministre des Affaires étrangères avait un planning très strict à respecter. Au programme, la visite du centre de nutrition pour enfants de l’hôpital communautaire de Bangui, un entretien avec le président de la transition Michel Djotodia, des rencontres avec les autorités religieuses, avec les ressortissants français et le détachement de l’armée française.

 


© afp
Paris va donner un coup de pouce en Centrafrique
S'exprimant devant les militaires français, le ministre français des Affaires étrangères a indiqué que la deuxième résolution de l'Onu, que Paris souhaite voir adopter en décembre, étendrait la mission de la France en RCA. A l'heure actuelle, 410 soldats français sécurisent l'aéroport et patrouillent la capitale, a déclaré Laurent Fabius lors d'une conférence de presse à Bangui. "Au fur et à mesure des résolutions des Nations unies, nous allons donner un coup de pouce, surtout dans le domaine logistique, et nous allons augmenter un peu dans un premier temps avant de re-stabiliser, ce sera fait d'ici la fin de l'année", a-t-il dit, sans préciser l'ampleur du renfort. Des sources diplomatiques françaises avaient indiqué récemment que Paris pourrait faire passer son contingent à 750 soldats dans le cadre d'une opération de soutien à la Misca ou à 1.200 hommes dans le cadre d'une sécurisation rapide menée sous mandat de l'Onu. "Rien n'a encore été décidé", a dit hier dimanche à Reuters une source diplomatique française.

 


© afp
La France exige à Djotodia de faire le ménage
Selon un diplomate français cité par Lacroix.fr, le voyage de l’officiel français consistait à demander à Michel Djotobia de faire le ménage dans la Séléka, parce que cette situation ne peut plus durer. Il s’agit en premier lieu de renvoyer les Soudanais au Soudan». Car, il faut le rappeler, si la France est à la manœuvre pour mobiliser les Nations unies sur la RCA, elle n’a pas l’intention d’engager son armée comme elle vient de le faire au Mali. «Nous ne le voulons pas, c’est aux Africains de le faire : les Tchadiens, les Camerounais, les Congolais, les Gabonais et même les Sud-Africains. Si on intervient une nouvelle fois, les Africains ne se prendront pas en main. Plus pratiquement, nous n’avons pas les moyens de conduire une autre opération militaire d’envergure. Cela coûte trop cher. Nous n’avons pas le budget pour cela», souligne un acteur de premier plan. C’est pourquoi, "Les exactions doivent cesser en RCA. La dissolution de la milice Séléka doit être effective, il ne peut pas y avoir de bandes armées à travers le territoire. Une partie des troupes Séléka doit retourner au civil et une partie doit être cantonnée", a ajouté M. Fabius. Il a également mis en garde les ex-rebelles incontrôlables: "Il faut que ceux qui commettent des exactions sachent qu'il n'y aura pas d'impunité (...) s'il y avait par malheur une augmentation des exactions, évidemment la réaction (de la France, ndlr) serait beaucoup plus forte et rapide".

En réaction à une des déclaration française, le porte-parole de la présidence centrafricaine, Guy Simplice Kodegue a laissé entendre que "si on mettait en RCA l'argent qui a été utilisé pour chasser les islamistes du Mali on serait tranquilles pour 30,40 ans". M. Guy Simplice Kodegue, a ajouté que "les caisses de l'Etat sont vides" car son pays la RCA est confrontée à "un problème de pauvreté et de misère." Cette visite d'un officiel français intervient trois jours après le vote à l'ONU d'une résolution initiée par la France, qui ouvre la porte au renforcement de la Misca et à l'envoi de Casques Bleus en Centrafrique d'ici plusieurs mois.

 


© afp
La commissaire européenne à l'Aide humanitaire, Kristalina Georgieva (M) et Laurent Fabius (g)
Gages de bonnes volontés
Lors de sa visite, Laurent Fabius s'est entretenu plus d'une heure avec le président Michel Djotodia, ancien chef de la Séléka qui tente désormais de prendre ses distances avec ses compagnons d'armes, et le Premier ministre Nicolas Tiangaye. Il comptait notamment insister sur la nécessité de respecter la feuille de route qui prévoit une transition de dix-huit mois. En contrepartie de l'aide française, en effet, le ministre en visite a réclamé des gages de bonne volonté de la part des autorités centrafricaines de transition pour mener le pays vers une sortie de crise. "Il a été exigé des autorités que des élections libres aient lieu début 2015 auxquelles ne se représenteront pas ces autorités. Nous visons comme objectif un nouveau pouvoir au début 2015", a déclaré M. Fabius.

La France ne laissera pas tomber la RCA
Laurent Fabius avait été accueilli à l’aéroport par une cinquantaine de personnes brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "France, débarrasse-nous de ces tortionnaires" ou "Merci à la France". Présente aux côtés de Laurent Fabius, la commissaire européenne à l'Aide humanitaire, Kristalina Georgieva, qui revient pour une seconde visite en moins de six mois. Elle a poussé un cri d'alarme face à une crise qui a déjà fait 440.000 déplacés et qui apporte chaque jour son lot d'exactions, de crimes et de viols. "En un mot, la situation est désespérée. La particularité, c'est que la population entière est impactée par le conflit", a-t-elle dit. Vendredi 11 octobre, des combats entre les forces armées centrafricaines et des milices d'autodéfense - paysans exaspérés par les exactions des ex-rebelles - ont fait six morts dans la région de Mongoumba, dans le sud. La veille, un contingent de policiers et gendarmes déployé dans le nord-ouest après un bain de sang qui a fait plus de 50 morts en début de semaine, a été attaqué par les ex-rebelles et obligé de battre en retraite. Devant tant de désespérance, le ministre français a fait des déclarations. "Nous avons decidé, la France, l'Union Européenne et les Nations unies, de relever le défi. Nous n'allons pas vous laisser tomber, nous allons nous occuper sérieusement de redresser la situation", a-t-il dit. "l serait désastreux de laisser ce conflit se confessionaliser", a conclu le ministre, en référence aux affrontements qui ont fait des centaines de morts depuis début septembre dans le nord-ouest du pays. A l’issue de son séjour de quelques heures en terre centrafricaine, Laurent Fabius devait rejoindre le président Hollande qui entame ce lundi une visite officielle en Afrique du Sud.
 
MOTS CLES :  Rca   France   Laurent Fabius   Kristalina Georgieva 

7 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Djotodia est toujours là et c'est lui qui a nommé ses parents pour diriger les provinces. Le tribalisme continue...

Par Ngarra

14/10/2013 13:52

Il faut que les autorités françaises comprennent que c'est Déby à qui elles ont fait confiance pour sous-traiter le renversement du pouvoir en Centrafrique qui continue de tirer les ficelles en Centrafrique. D'un côté on se plaint des affrontements entre chrétiens et musulmans en Centrafrique et de l'autre on laisse Djotodia nommer ses proches, musulmans de surcroît, pour diriger toutes les régions de Centrafrique. Le plan d'annexion de la République centrafricaine est en marche. Nous demandons toujours la démission du traître Djotodia, le renvoi non seulement des Soudanais mais aussi des soldats tchadiens chez eux. L'impunité dont jouissent ces bandits doit prendre fin...

Les vraies solutions à la crise en RAC

Par SOROKATE

14/10/2013 14:36

les vraies solutions à la crise en RCA consistent à:
Le retrait de tous les éléments étrangers(Tchado-Soudanais et autres dans seleka )en RCA.

Annuler les grades démérités de toute la seleka, passer toute la seleka par le DDR .
Traduire tous les chefs et colonels de seleka devant la Justice.

Désarmer tous les civiles sur toute l'étendue du territoire Centrafricaine.
Les ministre issus de seleka doivent prouver leurs mérites à ces fonctions.

Annuler le décret nommant les commandants des régions militaires en RCA.
Écarter tout contingent Tchado-Soudanais en RCA.

Au finish, doter l'armée Centrafricaine(FAC) associée à la MISCA pour la sécurisation de toute la RCA.

NB: Tous les commandants, colonels et généraux de la seleka doivent perdre leurs grades fantaisistes.
Voilà la vraie manière d'aider la RCA vers une paix réelle.

Sans la seleka en RCA la paix sera une réalité.
SOROKATE Alias Domzan bene.

la neocolonisation et les manoeuvres du dernier gendarme de l,afriqure francophonne

Par famoundjou

14/10/2013 21:03

le president francais en visite en afrique du sud s,est confronter et irriter par la position du president sud-africain qui n,a pas tourner autour du peau en qualifiant la france d,organisee des pratiques neocoloniales en afrique cela confirme la position des pays africains et beaucoup d,internautes centafricains qui reagissent au double jeu de la france concernant la crise que notre pays a organiser et qui ressemble a un genocide en devenir.le president sud-africain JACOB ZUMA avait poser la question a l,ex president SARKOZY au cours d,une reunion organiser par la france pour la democratie,je cite;de quel democratie parlez vous? toutes les centres de recherches montrent que les coup-etats militaires en afriques francophonnes prennent peur sources a l,elysee en FRANCE,les leader des pays francophonnes passent plus de 20 a 30ans au pouvoir d,autres meurrent au pouvoir de quel democratie parlez vous?la messe est dite.



la france sabote les efforts de L,UNION AFRICAINE pour une vraie solution a la crise en rca.ils veulent envoyer 1500 legionnaires a bangui,quel sont les raisons?le desarmement peux etre faite par les soldats des pays africains car ils maintiennent la somalie avec beaucoup de succes ils etaient au meme nombre les francais de plus les soldats des FOMACS lors du prise de pouvoir des selekas,ils etaient des spectateurs a 2km de la capitale et il ya des massacres de la population civile et des viols,et exactions de tout genre.les problemes africains devraient etre regler par les africains,la france a organiser cette guerre pour empecher la rca de devenir un pays producteur de petrole,ils ont ordonner le TCHAD sous-traitant et les soudanais d,occuper tout le pays.ce n,est un secret pour personne.le TCHAD est partis prenante du conflit ils devraient quitter notre pays,le peuple ne veux pas de la presence tchadienne dans le contingent des FOMACS.



les soldats francais et les tchadiens veulent consilider le pouvoir de ndotodia,et ils veulent les FRANCAIS ouvrir une base militaire a bangui pour rester.ils sont des PERSONNA NON GRATA.les forces africaines feraient un travail dans l,interet du peuple en protegeant les civiles.le probleme de la dissolution de la seleka est une manoeuvre visant a tromper l,opunion nationale et internationale,ils sont tous nommer commandant militaires dans les provinces et ne sont pas centrafricains,NON A CETTE SIMULACRE DE DISSOLUTION.



les enjeux economiques de cette guerre sont enormes car la france et le tchad avec les mercenaires soudanais attendent tous les retombes economiques.il ya quelque annee j,avais une conversation interessante avec un ami congolais de brazzaville au sujet de la democratie en afrique,j,etais surpris par la revelation de ce dernier,je cite;lors de la guerre de 96,le budget de la france n,etait pas voter,car on attendait l,issue de la guerre congolaise une depute de droite disait a l,assemble francaise,L,INTERET DE LA FRANCE DOIT PASSER AVANT CES NEGRES QUI S,ENTRETUENT,vous comprenez que les richesses de l,afrique est inclue dans les budgets de cette grande nation.on comprend que la guerre en afrique francophonne on des beaux jour devant elle.je ne voit pas la raison que la france veux inviter les 54 pays de L,UNION AFRICAINE pour la securite de l,afrique,car c,est le premier pays qui creer les guerres en afrique francophonne.


nous devrions compter sur nous meme et sur l,afrique.vive la rca libre de toute occupation et conspiration neocoloniale et complot arabe pour nous coloniser par le biais de la religion.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués