NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Libye: la sécurité désormais sous contrôle

Par Henrie Lucie Nombi - 11/10/2013

Le président du Congrès général national l’a assuré au cours de la conférence de presse qu’il a donné hier 10 octobre

 

Ça y est! Le Premier ministre libyen Ali Zeidan a recouvré sa liberté. Après quelques heures (trois heures) passées entre les bras de ses ravisseurs, il a été remis en liberté. Le groupe d'anciens rebelles qui l’a capturé lui reprochait d'avoir autorisé la capture par l'armée américaine d'un responsable d'Al-Qaida sur le sol libyen. Dans un discours diffusé à la télévision nationale, le Premier ministre a appelé au calme. Car, il ne voudrait pas provoquer une escalade et espère que ce problème sera réglé avec raison et sagesse. Selon le gouvernement libyen, Ali Zeidan, n’a pas été relâché, mais libéré car une action a été menée. Les hommes armés s'étaient emparés du Premier ministre hier à Tripoli, alors qu'il quittait l'hôtel Corinthia.

 


© Mahmud Turkia/AFP
Le Premier ministre libyen Ali Zeidan, a été enlevé jeudi à l'aube par un groupe armé et a été "conduit vers une destination inconnue", a annoncé le gouvernement.
L'opération militaire américaine qui a eu lieu samedi 5 octobre à Tripoli a suscité la colère des mouvements islamistes, certains accusant le gouvernement d'en avoir été informé au préalable. Si le Congrès, la plus haute autorité politique du pays, a enjoint à Washington de lui remettre immédiatement Abou Anas Al-Libi, actuellement détenu sur un navire américain, M. Zeidan a, lui, affirmé que l'affaire n'affecterait pas les relations entre son pays et les Etats-Unis.

C’est la Cellule des opérations des révolutionnaires de Libye, dépendant officieusement des ministères de l’Intérieur et de la Défense, qui a revendiqué cet enlèvement, affirmant avoir arrêté le Premier ministre sur ordre du parquet général. Ainsi Zeidan a été arrêté conformément aux articles relatifs aux crimes et délits préjudiciables à l’Etat et aux crimes et délits préjudiciables à la sûreté de l’Etat, a précisé cette cellule. Depuis le renversement et la mort de Mouammar Kadhafi, les autorités de transition peinent à contrôler les groupes d’ex-rebelles. Pourtant elles ont confié de nombreuses tâches sécuritaires après la chute de Kadhafi en octobre 2011.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Bande de marionnettes occidentales, destructeurs de l'Afrique

Par Nomzamo

12/10/2013 09:13

Oui, la sécurité est désormais sous "contrôle":
- 2 octobre 2013, attaque de l'Ambassade russe à Tripoli,
- 11 octobre 2013 (au lendemain de votre déclaration), attaque de consulat suédois à Benghazi.

http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/libye-attentat-contre-le-consulat-de-suede-a-benghazi_1290170.html
"Libye: attentat contre le consulat de Suède à Benghazi

Par AFP, publié le 11/10/2013 à 13:58, mis à jour à 13:58

Benghazi (Libye) - Le consulat de Suède à Benghazi, dans l'est de la Libye, a été visé vendredi par un attentat à la voiture piégée qui n'a pas fait de victime, a annoncé à l'AFP un porte-parole des services de sécurité de la ville...."


POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués