NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Onu: Charles Armel Doubane, devant le conseil de sécurité

Par journaldebangui.com et autres médias - 10/10/2013

C’est lui qui défendra le dossier de la Centrafrique lors du vote de la résolution devant matérialiser le soutien de l’Onu à Bangui

 

L’ancien Représentant de la Centrafrique auprès des Nations unies, Charles Armel Doubane qui attend toujours l’arrivée de son remplaçant sera devant le Conseil de Sécurité à New York ce jeudi 10 octobre 2013 à 15h00 (Bangui). Il portera le dossier de la Centrafrique, poussé par la France pour qu’une résolution concernant la crise Centrafricaine soit votée. Celle-ci vise à accroître la présence internationale en Centrafrique, en état de grande instabilité. Il s'agit d'une résolution pour aider les forces africaines en présence, assez peu nombreuses et inefficaces et pour mettre en place une opération internationale d'ampleur.

 


© un.org
Charles Armel Doubane, ancien ambassadeur, Représentant Permanent de la RCA auprès des Nations Unies devant le Conseil de Sécurité
D’après RFI, cette résolution pourrait marquer le début d’un engagement beaucoup plus engagé de l’ONU en Centrafrique. Le texte renforcera considérablement le BINUCA, Bureau des Nations unies sur place, et lui donnera pour mission de préparer les élections à venir et de surveiller les exactions et les atteintes aux droits de l’homme. L’intention de l’ONU est de déployer le BINUCA sur tout le territoire de Centrafrique et pas seulement à Bangui.

<div align="center"><iframe width="420" height="315" src="//www.youtube.com/embed/eUytJYplCCE" frameborder="0" allowfullscreen></iframe></div>

 

Le Conseil de sécurité donnera également 30 jours au secrétaire général Ban Ki-moon pour faire une proposition sur le renforcement de la force africaine, la MISCA, et évoquera la possibilité que cette force soit remplacée par des casques bleus des Nations unies, comme cela a été fait au Mali. En attendant, que tous les protagonistes soient réunis autour de la table, il y a encore des réticences à l’ONU notamment sur la question du financement, mais tout le monde s’accorde sur l’importance de ne pas laisser la RCA devenir une nouvelle Somalie
 
MOTS CLES :

5 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Nous ne pouvons que dire MERCI

Par KOTA LIKONGO

10/10/2013 13:30

Merci a tous ceux qui se battent sincèrement pour aider MON pays a s'en sortir et mettre fin a la souffrance de son peuple.
NOUS NE POUVONS QUE DIRE MERCI

Armel

Par jules

10/10/2013 14:02

Le peuple est derrière toi pour le combat que tu mènes. Nous n'avons pas d'alternative Armel. Soit l'ONU et l'UA et la France nous aident, soit on devient tous des guérilleros dans le pays pour en finir avec séléka.

BATTONS NOUS NE LES ATTENDONS PAS !

Par abou

10/10/2013 14:58

Si Bozizé et les anti-balakas n'avaient pas commencé à résister, personne n'aurait entendu la voix du peuple martyrisé, bafoué et humilié de la RCA. Le phénomène anti-balaka doit devenir national, et vous verrez on vaincra facilement les enturbannés comme les vietkong avaient vaincu les deux armées les plus puissantes de la planète, les États-unis et la France. Ces deux pays ont fait usage de toutes les armes possibles, mais le vietkong aux mains nues les ont vaincu, les francais ont quitté le vietnam en pleurant. L'algérie est aussi là pour nous le rappeler. Seule la lutte paie.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués