DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Presse centrafricaine: Monitoring du Mardi 08 Octobre 2013

Par Source: SNU-RCA - 09/10/2013

Retour à Bangui le 07 Octobre du ministre d’Etat en charge de l’Equipement, Me Crépin Mboli Goumba, après sa mission à Bangassou

 

Nations Unies
Aux termes d’un communiqué de presse publié par le Bureau Intégré des Nations Unies pour la Consolidation de la paix en République centrafricaine (BINUCA), cette Représentation onusienne condamne, avec la plus grande fermeté, la récente attaque qui a eu lieu au village Korom M’Poko. Radio Nationale/TVCA

Sécurité
Retour à Bangui le 07 Octobre du ministre d’Etat en charge de l’Equipement et ministre résident du Mbomou, Me Crépin Mboli Goumba, après sa mission à Bangassou. Cette mission a permis au membre du Gouvernement de ramener à Bangui les 5 auteurs de lâches assassinats perpétrés sur la paisible population de la ville de Bangassou la semaine dernière. Selon le ministre résident du Mbomou, «depuis quelques jours, la ville de Bangassou et ses environs étaient en ébullition. Il y a eu des évènements malheureux, des cas de morts. La population exaspérée était en situation de légitime défense et avait pris des dispositions nécessaires pour leur intégrité et honneur. Que cela ne puisse pas continuer. Le Président de la transition nous a dépêchés, avec le Général Nourreldine et le capitaine Ahmat. Notre mission a été d’écouter la population et revenir prendre des décisions définitives. Nous sommes allés une première fois et étions revenus le même jour rendre compte au Président de la transition. Le Samedi dernier, nous sommes repartis avec des solutions. Il y avait deux revendications fondamentales: que Monsieur Abdallah qui s’était autoproclamé Commandant de zone puisse être relevé, avec toute son équipe. Deuxièmement, que les barrières illégales qui étaient autant d’occasions de raquettes sur la paisible et laborieuse population de Bangassou soient levées. Nous sommes repartis avec un nouveau Commandant de zone et au moment où l’on parle, il n’y a plus de barrière illégale à Bangassou. Il y a eu des interprétations tendant à faire croire qu’il y aurait un conflit inter-religieux, il n’en est rien et Bangassou n’a jamais connu cela. C’est sous les ovations que les éléments des renforts sont arrivés de Bangui et c’est sous les ovations que nous sommes partis de la ville de Bangassou vers l’aérodrome pour Bangui. Abdallah et son équipe feront face à la rigueur de la Justice de notre pays». Radio Nationale/TVCA

 


Image d'illustration
Centrafrique: Dlamini-Zuma demande l’opérationnalisation rapide de la MISCA
La Présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, a lancé le 07 Octobre un appel pour l’adoption rapide par le Conseil de sécurité de l’ONU d’une résolution autorisant le déploiement de la MISCA, soulignant la nécessité d’une action internationale urgente en RCA, au regard de la situation sécuritaire et humanitaire qui prévaut sur le terrain. Une telle initiative permettra à la MISCA, selon elle, de stabiliser rapidement la situation sécuritaire, de faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire, et d’apporter l’appui dont ont urgemment besoin les institutions de transition. Elle a lancé cet appel lors d'une rencontre avec le Représentant spécial de l'ONU pour la RCA et chef du BINUCA, le Général Babacar Gaye, le Représentant spécial de l'ONU et chef du Bureau de l’ONU près de l’UA, Haile Menkerios, ainsi que la Représentante spéciale de l’UA en RCA, Mme Hawa Ahmed Youssouf. Centrafrique-presse

Social et Développement
Le Premier ministre de la transition, Me Nicolas Tiangaye, a présidé le 07 Octobre les manifestations liées à la célébration de la 28ème journée mondiale de l’habitat. Organisée par la centrafricaine des partenaires en construction, en collaboration avec l’ONG Ecotourisme et développement intégré des villages, cette célébration coïncide avec le premier salon de l’Habitat qui s’étendra sur trois journées d’information et de sensibilisation du public sur la problématique de l’habitat. Ces journées seront ponctuées par des conférence-débats et des activités socio-culturelles. Dans le message du Chef de l’Etat de transition, relayé par Me Nicolas Tiangaye, celui-ci a exhorté les Institutions bancaires de la place à créer les conditions d’une promotion de l’habitat. Le point fort de cette cérémonie a été la projection d’un film documentaire sur le projet de parcelles viabilisées du site de PK 19, route de Boali, suivie de la visite du village écologique. Radio Nationale/TVCA

Rentrée scolaire effective à Bangui, cependant beaucoup reste à faire
A Bangui, la rentrée scolaire 2013-2014 a été effective ce lundi. Plusieurs établissements scolaires, publics et privés du fondamentale 1 et 2 ont ouvert leurs portes. Les emplois du temps et les listes des élèves sont affichées. A l’école Lakouanga, dans le 1er arrondissement, les enseignants ont commencé par des exercices de remise à niveau surtout en Français. Des lectures répétitives ont été faites. La cour de l’école est envahie par les élèves qui sont animés par l’envie de retrouver leurs anciens amis. Nombreux sont les parents qui ont accompagné leurs enfants ce 7 octobre à l’école. Cette rentrée scolaire a coïncidé avec les cours de vacances qui se déroulent encore dans cet établissement du fondamental 1. Julienne Weyon, Institutrice à l’Ecole Lakouanga explique: «Nous sommes pour le moment en cours de vacance et puis en même temps c’est la rentrée. Nous sommes aujourd’hui le 7 octobre». Au lycée des Martyrs, les salles de classes sont ouvertes, élèves et professeurs, venus massivement, échangent sur les nouvelles donnes de cette rentrée scolaire. Le vœu de ces lycéens est de voir le démarrage effectif des cours se concrétiser dans le délai prévu par les textes en vigueur. Du côté du lycée Barthélémy Boganda, la cour est nettoyée, les listes des élèves et les différents emplois du temps affichés. Sylvestre Kétéguia, proviseur de cet établissement, lance un vibrant appel aux enseignants et élèves pour la reprise des cours. « Laisser les enfants à la maison c’est courir le risque d’analphabétisme. Nous devons libérer nos enfants pour venir suivre les enseignements car leur environnement, c’est dans les établissements, c’est à l’école ». Cependant, certains établissements, à l’exemple de celle Koudoukou dans le 5ème arrondissement et des 36 villas dans le 1er arrondissement, restent toujours paralysées. Radio Ndeke Luka

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les informations contenues dans ce monitoring vous sont transmises via la section Information Publique du Bureau Intégré des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix en République Centrafricaine (BINUCA). Elles ne reflètent pas nécessairement le point de vue du BINUCA ou de l’ONU. Si vous lisez, réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez des éléments de ce média monitoring, merci de tenir compte de cette réserve.

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués