SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Centrafrique: François Bozizé, le candidat de la majorité et du KNK

Par Lucie Nkouka - 20/12/2010

Il brigue un nouveau mandat présidentiel face à cinq concurrents

 

Présentation
C’est assez jeune que François Bozizé Yangouvonda a eu de grandes responsabilités à assumer. Lorsque l’on entend parler de lui pour la première fois, c’est sous l’aile du président puis de l’empereur Jean Bedel Bokassa. Dans la fin des années 1960, il aura plusieurs promotions qui s’enchainent les unes après les autres jusqu’au sommet de l’armée centrafricaine. Lorsque Bokassa est évincé en 1979, celui qui a débuté sa carrière militaire lors de son entrée à l’Ecole spéciale de formation des officiers d’active (ESFOA) de Bouar est nommé ministre de la Défense de la République Centrafricaine. C’est la consécration pour celui qui est né au Gabon. A la chute du président David Dacko en 1981, c’est donc un monsieur rodé aux manœuvres militaires que le nouveau président André Kolingba nomme comme ministre le l’Information. En 1982, François Bozizé a troqué le treillis contre un costume lorsqu’il est accusé d’avoir organisé le coup d’Etat. Sous la menace de représailles, il s’exile au Benin. Mais, les accords de coopération entre les deux Etats favoriseront son extradition à la suite de son arrestation. Il passera trois années en prison entre 1989 et 1991 et sera libéré après un procès digne de ce nom.

 


© http://ec.europa.eu
François Bozizé Yangouvonda
Les échéances électorales
Un regain de confiance lui permet de se présenter aux échéances électorales de 1992 et de 1993. Des exercices qui lui permettent de tester sa popularité. Malheureusement, il sera battu à chaque fois. Mais si l’appareil est verrouillé de toute part, François Bozizé Yangouvouda sera réhabilité des accusations de coup d’Etat par le président Patassé qui le nomme en 1996 aux postes successifs d’Inspecteur général puis de Chef d’état-major général de l’armée. Le voilà qui remet alors l’uniforme. Mais…. Une fois encore il est soupçonné de coup d’Etat et limogé. Un moment, l’on perd ses traces pour le retrouver comme réfugié au Tchad. A la tête d’une rébellion qui marche sur Bangui, il réussi en 2003 à prendre le pouvoir aus mains de Patassé qu’ils mettent en déroute.

 


© bozizecanada.com
Le président de la Centrafrique
Fort d’une première expérience et ayant l’armée avec lui, il organise alors en 2005 des élections qu’il remporte. C’est un homme de nouveau en civil qui préside légitimement aux destinées de la République Centrafricaine. Né le 14 octobre 1946 à Mouila au Gabon, il brigue cette année 2011 un second mandat. Il aura en face de lui cinq autres candidats qui veulent bien prendre sa place, parmi lesquels d’anciens adversaires politiques et aussi d’anciens compagnons. Mais, le président sortant a plus d’un tour dans son sac. En 2009, il a créé un parti politique acquis à sa cause: le Kwa Na Kwa (KNK -le travail rien que le travail). A l’approche de la date fatidique du 23 janvier 2011, il vient d’être désigné unique candidat de son parti. Mais en encore, il a obtenu le ralliement de près de 30 autres formations politiques qui ont promis de lui apporter leur soutien inconditionnel parmi lesquels, le Mouvement pour la démocratie et le développement (MDD) du défunt président David Dacko ou encore le Parti de l'unité nationale (PUN).
 
MOTS CLES :  Bozizé   Election   2011   Candidat   Knk 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Né le 14 octobre 1946
  • Capitaine de l’armée Centrafricaine en 1975.
  • Général de brigade en 1978.
  • Ministre de la Défense en 1979
  • Ministre de l’Information et de la Culture en 1981
  • Chef d’état-major de la République centrafricaine (1996-2001)
  • Le 15 mars 2003, François Bozizé et ses troupes font leur entrée dans Bangui et mettent en place une «transition consensuelle» qui conduira le pays aux élections.
  • Élu président de la République Centrafricaine avec 64,6% des voix le 08 mai 2005
  • Prête serment le 11 Juin 2005
  • Candidat à l’élection présidentielle de 2011

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués