ECONOMIE ET BUSINESS  |    

FCFA: ministres des Finances et Gouverneurs des banques centrales à Paris

Par Lucie Nkouka avec autres médias - 03/10/2013

Le ministre français Pierre Moscovici accueille à Paris ce jeudi 3 octobre ses homologues de la Zone Franc

 

L’événement est organisé par le ministère de l’Economie et des Finances, en partenariat avec la Banque de France. Cette nouvelle réunion des ministres de la Zone Franc se tient à deux mois du Sommet de l’Elysée pour la Paix et la Sécurité en Afrique. Elle a pour objectifs principaux de contribuer au développement de l’intégration régionale, de la convergence économique entre pays de la région et des flux commerciaux infrarégionaux, dans le cadre de l’agenda précis fixé en mars 2013 lors de la dernière réunion des ministres de la Zone Franc à Dakar. Dans ce contexte, les participants exploreront concrètement deux vecteurs d’intégration à travers l’optimisation des dépenses publiques en matière d’infrastructures et des procédures d’achats publics au regard des meilleures pratiques.

 


© economie.gouv.fr
Pierre Moscovici, Anne le Lorier (Banque de France) et Ramon Fernandes (Trésor)
Le ministre de l’Economie et des Finances a souhaité associer aux débats M. Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères, dans le cadre de la mission qu’il lui a confié ainsi qu’à MM. Jean Michel Sévérino, Lionel Zinsou, Hakim El Karoui et Tidjan Thiam. Cette mission, dont les résultats seront présentés à la mi-novembre au ministre de l’Economie et des Finances, vise à alimenter la dimension économique du Sommet de l’Elysée. L’engagement de la France pour le développement économique de l’Afrique, indispensable à la paix et à la sécurité sur le Continent, est une priorité de son gouvernement. Ce développement passe en particulier par un renforcement de nos échanges humains, économiques et financiers. La réunion des ministres de la Zone Franc sera suivie à 14h30 d’une conférence de presse.

Dakar, avril 2013
Les participants avaient échangé sur la situation économique des pays africains membres de la Zone franc et de la Zone euro. Ils se sont félicités du niveau soutenu de l’activité économique au cours de l’année 2012 dans la plupart des pays de la Zone franc. Ainsi, la croissance a nettement rebondi dans l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA), passant de 0,8% en 2011 à 6% en 2012, notamment sous l’effet de la forte reprise en Côte d’Ivoire, des résultats du secteur minier et de la bonne récolte agricole. La dynamique de croissance s’est poursuivie dans la Communauté Economique et Monétaire d’Afrique Centrale (CEMAC) avec un taux de 5,6%, contre 4,6% en 2011, tirée par la vigueur du secteur non pétrolier. La croissance s’est améliorée également aux Comores, pour atteindre 3%, contre 2,6% en 2011, en raison de la forte activité du secteur des BTP et d’une bonne campagne agricole. Les participants ont relevé des perspectives favorables pour l’année 2013, avec une accélération de la croissance dans l’ensemble de la Zone franc et la poursuite de la consolidation budgétaire des Etats.

Les Ministres, les Gouverneurs et les Présidents d’institutions régionales ont également convenu de renforcer leurs efforts pour assurer la convergence des politiques macro-économiques, dans un contexte d’incertitudes persistantes sur la conjoncture mondiale, en portant une attention particulière à l’inflation, à la soutenabilité des finances publiques et à la situation des arriérés de paiement. En ce qui concerne la convergence réelle, ils ont invité les Commissions à rechercher les mesures permettant de lever les obstacles au commerce intracommunautaire et demandé que la libre circulation des personnes soit rendue effective dans tous les pays. Tout en observant des progrès significatifs du climat des affaires dans certains pays membres, ils ont souligné la nécessité de poursuivre les efforts dans ce domaine afin de renforcer l’attractivité internationale de la Zone franc à des fins d’investissement et d’amélioration de la croissance potentielle.

 


© economie.gouv.fr
Les ministres des finances et gouverneurs des banques centrales africaines à Paris (2012)
[…] Les Ministres, les Gouverneurs et les Présidents d’institutions régionales ont examiné le rapport, présenté par la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC), sur la gestion des participations publiques par les Etats de la Zone franc. Ils ont convenu de la nécessité de renforcer le cadre institutionnel et juridique de la gestion des participations publiques, de manière harmonisée dans chaque sous-région. La gestion des participations publiques doit s’exercer selon des normes strictes, notamment en matière d’organisation et de coordination des tutelles, de prévention des conflits d’intérêts et de compétences, de contrôle et de gouvernance des entreprises. En vue de diffuser les bonnes pratiques, ils ont reconnu le besoin de développer un réseau d’experts dans chaque Union, dont l’animation sera confiée aux banques sous-région ales de développement.

Les Ministres, Gouverneurs et Présidents d’institutions régionales se sont également entretenus de l’actualité des institutions multilatérales afin d’y porter des messages communs lors des prochaines réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale, qui auront lieu à partir du 18 avril 2013 à Washington. Ils ont salué le fait que la plupart des États membres de la Zone franc ont désormais ratifié la réforme de 2010 de la gouvernance du FMI, qui procède à un rééquilibrage de l’institution destiné à mieux refléter les réalités actuelles de l’économie mondiale. Ils ont appelé tous les pays qui n’ont pas ratifié cette réforme à le faire rapidement. Les participants ont également salué l’affectation des surprofits des ventes d’or du FMI au Fonds fiduciaire pour la Réduction de la Pauvreté et pour la Croissance, et ont rappelé leur attachement à ce que l’Afrique subsaharienne bénéficie plus particulièrement de ce Fonds. Ils ont invité les pays qui n’ont pas encore donné leur consentement à l’utilisation de ces surprofits à le faire le plus vite possible. Ils ont enfin souscrit à la priorité stratégique accordée par la Banque mondiale et la Banque Africaine de Développement aux Etats fragiles.

Dans ce contexte, les Ministres, Gouverneurs et Présidents d’institutions régionales se sont félicités du soutien apporté aux autorités maliennes, par la France, les pays de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, le Tchad et de nombreux autres Etats, pour recouvrer l’intégrité territoriale du pays et achever la transition politique. Les participants ont salué les initiatives visant à accompagner la stabilisation et la relance économique du pays, en premier lieu la conférence des donateurs co-présidée par l’Union européenne et la France, qui se tiendra le 15 mai à Bruxelles. Ils ont plus particulièrement appelé à la mobilisation des instruments régionaux de l’UEMOA en faveur du Mali. Les participants ont également exprimé leur préoccupation quant à la situation en République centrafricaine et appelé à la mise en œuvre de la transition politique dans ce pays, sous l’égide de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale et avec le soutien de l'Union africaine et de la communauté internationale. Les Ministres, Gouverneurs et Présidents d’institutions régionales ont chaleureusement remercié les autorités sénégalaises pour la qualité de l’organisation de cette réunion et pour l’accueil réservé aux participants. Ils ont accepté l’invitation des autorités françaises de tenir la prochaine réunion des ministres des finances de la Zone franc à Paris le 3 octobre 2013.
 
MOTS CLES :

6 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Esprit d'esclave,vous finirez ainsi

Par jerémy

03/10/2013 15:33

Toujours les memes conneries,venir vous plier au tresor français. Vous n'exister et ne voulez pas sortir de cette situation. Avez vous été à l'école pourquoi ces stupides éternels colonisés?
Pour une chambre d'hotel de luxe d,du bon vin,du champagne,vous oublier ce qui doit faire de vos etats,un Etat à part entière,chaque année meme betise,ça vous permet de faire vos courses ,voir des maitresses et dormir en séance de travail et signer yeux fermés ce qu'on vous dit de faire.
Toujours les memes discours de bonnes intentions et puis rien. Et vous de boire votre vin et les pays s'enfoncent,et vous etes toujours là à parler dans la gorge imitant le blanc,eh oui ces nègres mal blanc de la finance!

Les gouverneurs des banques coloniales sont à Paris pour prendre des instructions de la gaule

Par Nomzamo

03/10/2013 16:52

@ Jerémy

Entièrement d'accord avec vous. Les esclaves modernes, appelés "gouverneurs" des banques des colonies. Ils sont reçus dans la capitale de l'empire français par les vrais patrons des banques centrales BCEAO et BEAC.

L'article 29 des statuts de la BEAC - chapitre 1 : du conseil d'administration, stipule, "Le Conseil d'Administration de la BEAC comprend 14 membres, à raison de deux (2) administrateurs pour chaque Etat membre et de deux (2) POUR LA FRANCE".

C'est bien la france qui décide de la politique monétaire et économique de ses colonies. Cela lui permet de transférer les devises des colonies vers la métropole, de pouvoir dévaluer le Franc des Colonies Françaises d'Afrique appelée FCA. De mettre en difficulté la colonie qui veut être récalcitrante aux ordres de paris etc...
Que celui qui pense que les colonies françaises d'Afrique sont libres lève la main.

Les critères d'une véritable INDÉPENDANCE sont:
- indépendance politique,
- indépendance monétaire,
- indépendance militaire.
Aucune des colonies françaises ne remplisse ces critères.
C'est à nous, nouvelle génération d'arracher notre INDÉPENDANCE pour ne plus avoir honte de voir de telles images humiliantes pour nous.
Il n'y a qu'en Afrique noire que l'empire gaulois peut se permettre de telle ineptie.
Cette information ne ferra pas la une d'aucun média dans la gaule. Pendant ce temps, des sujets de la gaule pensent que l'empire français "aide" les Africains. Ignorance quand vous nous tenez.

Les Marocains, les Algériens, les Tunisiens, les Mauritaniens (j'ai un doute) sont véritablement INDÉPENDANTS parce qu'ils ont la maitrise de leur monnaie et décident de leur politique monétaire.

Et ils se trouvent des Centrafricains pour nier la main mise de la gaule sur l'Afrique francophone (notamment la RCA) en nous racontant des fables sur les Chinois et les Coréens.

Le recul du burka

Par Zi ngoussou

04/10/2013 00:09

Félicitation, Nomzamo!
Vous aviez bien parlez, mais fo affinez notre vigilance sur l'usage des mots. Quand on vs coupe la tete, on vs arrache le sexe... pour produire plus de coton, d'hévéa, de Km de chemin de fer...c'est du génocide!
Définissons nos douleurs ns meme, le terme de colonisation est purger sciement de toute sa dimension génocidaire et criminelle, relayer par le FCFA aussi criminel et traitre que son père De Gaul
La colonisation n'a jamais exister en Afrique! Colonisation égal génocide,en plus de l'esclavage! Colonie égale esclave tt court.
CQFD

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Le Service de la Zone franc et du financement du Développement de la Banque de France assure, pour le compte de l’État, des activités spécifiques liées aux relations avec les pays membres de la Zone franc. Ces activités ont été définies par la Convention signée entre la Banque et le Ministère de l’économie le 29 mars 1994 et révisée le 16 juin 2011.
  • A ce titre, la Banque de France:
  • réalise toutes études sur les pays de la Zone franc,
  • rédige et publie le rapport annuel de la Zone franc, en association avec la Banque Centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO), la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC) et la Banque Centrale des Comores (BCC),
  • assure le secrétariat des réunions semestrielles des ministres des finances de la Zone franc.
  • Les 16 états de la zone franc
  • les 8 États membres de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) : Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo ;
  • les 6 États membres de la Communauté économique et monétaire des États de l'Afrique centrale (CEMAC) : Cameroun, République centrafricaine, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Tchad ;
  • l'Union des Comores ;
  • la France.

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués