DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Presse centrafricaine: Monitoring du Mardi 1er Octobre 2013

Par Source: SNU-RCA - 01/10/2013

Le site de la cimenterie de Nzila, au PK13 sur la route de Mbaiki, a été visité le 30 septembre par le ministre des Finances et du Budget

 

Nations unies
Le Chef de l’Etat de transition, Michel Djotodia, a reçu le 30 septembre, au Camp de Roux, la Représentante de la FAO en Centrafrique, Mme Rokhaya Daba Fall. Celle-ci était venue informer le Président de la transition concernant la décision du siège de son Institution de la maintenir en poste en République centrafricaine. Selon Mme Daba Fall, «j’ai d’abord remercié le Président de la transition pour tous les honneurs qui m’ont été rendus au moment où il était question que je quitte la Centrafrique. Je l’ai aussi informé que le Directeur général a vu qu’il était opportun que je continue ma fonction ici en Centrafrique et je l’ai remercié d’avoir accepté que ceci puisse se faire. Nous avons ensemble vu comment répondre à la crise alimentaire qui sévit au niveau de beaucoup de régions du pays et des réponses proposées par la FAO pour faire face à cette crise alimentaire. Nous avons aussi vu comment faire pour développer la coopération Sud-Sud avec d’autres pays, qu’ils soient d’Afrique ou d’autres continents et qui sont intéressés d’avoir des relations de partenariat de développement avec la RCA». Radio nationale/TVCA

 

Ouverture, d’un atelier de sensibilisation des décideurs politiques sur les normes de sécurité sanitaire des aliments et le commerce équitable en République centrafricaine. Cet atelier s’est déroulé dans la salle de conférence du Ministère du commerce à Bangui et était organisé par le Fonds des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Il a connu la présence des participants venus de différents Départements ministériels et a pour objectif de renforcer les capacités des comités nationaux du Codex Alimentarus des trois pays de la sous-région d’Afrique centrale à savoir le Cameroun, le Gabon et la République centrafricaine. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le ministre de l’Economie sociale, représentant le ministre du développement rural par intérim, Mathieu Ngoubou, avec à ses côtés trois membres du Gouvernement. Dans sa déclaration, la Représentante de la FAO en Centrafrique a mis un accent sur l’agriculture de la RCA qui doit être plus rentable, « la RCA continue de tenir haut et fort le flambeau, pionnier de la sous-région dans les initiatives de la FAO à travers la mise en œuvre de ce codex alimentarus. Elle capitalisera les acquis dudit projet afin d’améliorer le cadre de vie de sa population, particulièrement des plus vulnérables qui sont les femmes et les enfants, en leur garantissant une alimentation saine et des revenus substantiels grâce à l’harmonisation du marché de produits agropastoraux. Les normes du codex alimentarus deviendront, de ce fait, une réalité pour la RCA. Confiante des engagements du Gouvernement lors de la 67ème session ordinaire de l’assemblée générale des Nations Unies pour l’impulsion nouvelle accordée au processus de retour et de consolidation de la paix ainsi que de la sécurité en République centrafricaine, condition sine qua none pour le développement de la Centrafrique ». Radio nationale/TVCA


Sécurité
La Police et la Gendarmerie nationale, avec l’appui de la FOMAC, passent à la vitesse supérieure pour désarmer de gré ou de force les éléments de la Séléka qui ont encore des armes et qui ne sont pas cantonnés. A la deuxième journée, ce Lundi, ces opérations ont pour objectif de rétablir définitivement la paix dans les 8 arrondissements de la ville de Bangui et dans ses périphéries. Selon le Comforce de la FOMAC, Jean Félix Akaga, la presse nationale et la population sont sollicitées pour indiquer les lieux où se trouvent ces hommes armés, « j’aimerai que vous soyez un relai au niveau de la population en leur disant que ces opérations ne sont pas contre la population et nous comptons sur leurs aides pour nous indiquer là où des gens en armes habitent dans les quartiers. Il suffit pour cela de ne passer qu’un coup de fil. Ce n’est qu’à travers ces informations que nous pouvons nettoyer la ville de Bangui concernant les hommes qui devraient être casernés et qui habitent encore dans les quartiers ». Radio nationale/TVCA

Deux groupes de faussaires ont été interpellés par la Police centrafricaine et présenté le 30 septembre par le ministre de la Sécurité, Josué Binoua. Parmi ces faussaires, un élève prêtre, un journaliste et un agent de Police. Selon Josué Binoua, « avec les problèmes de sécurité actuels, si on ajoute les problèmes de faux passeports, on ne va plus savoir qui est Centrafricain et qui ne l’est pas. Ce monsieur s’est dit étudiant prêtre et est venu de Kaga-Bandoro. Il dit vouloir aller au Benin pour faire une formation et au niveau du Consulat du Benin on lui a demandé la présentation de son passeport. Une secrétaire de ce même Consulat du Benin propose à cet étudiant prêtre d’avoir un faux passeport en deux jours. Et cette secrétaire appelle un journaliste du nom de Pabandji, à qui l’étudiant prêtre a remis 70.000 FCFA pour ce faux passeport, alors que le passeport est à 50.000 FCFA pour tout Centrafricain. Pabandji ramène ce faux Passeport en deux jours au faux prêtre qui, à son tour, l’amène au Consulat du Benin. Le Consulat s’est rendu compte qu’il s’agit d’un faux Passeport. Nous félicitons le Consul du Benin qui a contacté la Police et qui nous a permis de démanteler cette bande organisée. Le Gouvernement est en train de faire de gros efforts pour que la sécurité revient dans notre pays mais si des journalistes et des gens qui se disent prêtres, des Secrétaires et des faussaires compliquent la situation, alors on ne sait pas ce qu’on va devenir. Le deuxième cas concerne un agent de Police qui a fait un document au nom de Claude Richard Gouandjia, avec une fausse signature et un faux nom, ce matin il avait une fausse signature de Josué Binoua, avec un faux nom. Ils ont été attrapés à l’aéroport ». Josué Binoua a ajouté qu’une enquête est en cours pour démanteler ces réseaux pour le bien-être des Centrafricains. Radio nationale/TVCA

Social et développement
Le ministre d’État en charge de l’Equipement, des travaux publics et du désenclavement, Crépin Mboli Goumba, a visité lee 30 septembre le chantier de réhabilitation sur la route nationale N°1, au niveau de l’hôpital de l’amitié. L’objectif de cette descente sur le terrain est de se rendre compte de l’état d’avancement des travaux suite à la dégradation avancée de l’ancienne buse construite depuis plus de 30 ans. Selon le Directeur technique de l’Office National du Matériel (ONM), Marie-Bernard Ngolo, « nous avons déjà commencé à poser une nouvelle buse et pour cela les véhicules ont été déviés sur l’avenue Mbaikoua. D’ici deux semaines cela sera fait car nous avons remplacé la buse par une autre de plus grand diamètre». Radio nationale/TVCA

Le site de la cimenterie de Nzila, au PK13 sur la route de Mbaiki, a été visité le 30 septembre par le ministre des Finances et du Budget, Christophe Mbremaidou, accompagné par l’Administrateur adjoint dudit projet, Michel Koit. Le but de cette visite est de constater la présence effective de plus de 30 véhicules dont des camions bennes, des camions tracteurs et des camions de transport. Selon Christophe Mbremaidou, « je suis satisfait de cette visite car ces véhicules permettront le transport de la matière première, le calcaire, depuis Bobassa à l’usine. Nous sommes à la dernière phase et d’ici la fin de l’année nous aurons le premier sac de ciment centrafricain ». Le ministre Mbremaidou a remercié la France pour la sécurisation du site de Nzila et a ajouté que le Gouvernement est à pied d’œuvre. (Radio nationale/TVCA)

Face à plus de 37.000 personnes déplacées qui ont fui les hostilités pour se réfugier à l’Evêché de Bossangoa, le Vicaire général du diocèse de cette ville, Abbé Frédéric Tonfio, a lancé un cri de détresse. Selon l’Abbé Frédéric Tonfio, « nous avons crié sur les ondes, nous avons dénoncé les exactions sur le centre ici. Depuis pratiquement deux semaines, nous sommes là avec ces gens et aucune assistance n’est arrivée. Nous avons demandé à ce qu’on nous fasse des latrines rapidement car tout ce monde ne peut plus sortir en dehors, mais rien n’est fait. Les gens mangent sur place, ils vont se soulager sur place, ils se lavent sur place, ils dorment sur place, ils font tout sur place. Avec la pluie, je vous assure qu’il y aura des épidémies ici parce que tout se fait sur place et les gens n’étaient pas préparés à cela. Je me demande pourquoi ce retard jusqu’aujourd’hui. J’étais obligé de faire appel à tous les jeunes ici afin de construire des latrines, comme dans les villages. Nous n’avons pas été préparés à cette situation ». Le médecin chef adjoint de l’hôpital de Bossangoa, a pour sa part lancé un appel au Gouvernement et aux ONGs humanitaires de tout faire pour la population de Bossangoa afin d’éviter toute épidémie, « nous demandons aussi aux autorités de trouver des solutions rapides afin de permettre à la population de regagner leurs foyers sinon nous risquons d’avoir beaucoup de maladies. En ce moment il n’y a pas d’hôpital et l’équipe de MSF qui est là est débordée. Toute la population est exposée en ce moment, plus grave pour les enfants de 0 à 5 ans ». Radio nationale/TVCA

L’ONG Cordaid organise du 30 septembre au 03 octobre, une session de formation à l’intention des Directeurs d’école du fondamental 1 de la Nana-Mambéré. Le but de cette formation est d’outiller ces Directeurs d’écoles sur le principe du financement basé sur la performance et sensibiliser ces responsables d’écoles sur l’importance de la scolarisation des filles et sur un environnement favorable à la bonne collaboration entre les enseignants. Durant cette formation, les 46 Directeurs d’écoles de la Nana-Mambéré seront édifiés sur les calculs des subsides par rapport au principe du financement basé sur la performance. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le préfet de la Nana-Mambéré, Augustin Yangana, qui a souhaité qu’un suivi soit effectué dans chaque école pour permettre de connaitre le sérieux dans l’enseignement. Radio nationale/TVCA

Rentrée académique 2013-2014, les violons ne s’accordent pas en Centrafrique
Les responsables académiques du Sud-est à Bangassou dans le Mbomou, s’inquiètent de l’ouverture des classes au titre de l’année 2013-2014. Malgré l’effort du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), pour redéployer les enseignants du fondamental I à Bangassou, les instituteurs nouvellement admis dans la Fonction Publique centrafricaine, et en poste dans la région ont désisté. Le constat a été fait par le chef de la circonscription scolaire du Mbomou. Ce responsable scolaire a déploré le retour à Bangui de la plupart des enseignants qui venaient d’arriver en mis septembre 2013. Certains devaient en fait se rendre à leur poste dans la zone pédagogique 2 afin de dispenser les cours et organiser les examens de fin d’année. Les conséquences de ce comportement est l’abandon pur et simple des élèves qui risquent de reprendre innocemment les classes. La localité manquera dans l’avenir de cadres qualifiés et d’intellectuels de l’avis de certaines personnes interrogées. Un effort devra être consenti au niveau de toutes les couches sociales du pays pour remettre le système éducatif sur les rails. Le Ministère centrafricain de l’Education détient dès lors le dernier mot en vue de normaliser le pendule à l’heure. Par contre à Sibut dans la Kémo au centre de la République Centrafricaine, les responsables en charge de l’Education dans la région, les parents d’élèves et les élèves luttent contre l’année blanche. Radio Ndeke Luka

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les informations contenues dans ce monitoring vous sont transmises via la section Information Publique du Bureau Intégré des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix en République Centrafricaine (BINUCA). Elles ne reflètent pas nécessairement le point de vue du BINUCA ou de l’ONU. Si vous lisez, réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez des éléments de ce média monitoring, merci de tenir compte de cette réserve.

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués