DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Société civile: L’appel pour la sortie de crise en République Centrafricaine

Par Autres médias - 26/09/2013

La crise que connaît la République centrafricaine (RCA) reçoit fort heureusement une attention grandissante de la part de la communauté internationale

 

Aux nombreux défis sécuritaires s’ajoutent aujourd’hui des défis humanitaires qui doivent être réglés au plus vite afin de préserver le pays et toute la région de l’implosion. Nous, acteurs de la société civile et représentants des communautés religieuses, appelons les Etats réunis cette semaine à New York à adopter les recommandations ci-dessous:

1. Sur le volet sécuritaire
Le dispositif actuel pour restaurer la sécurité a montré ses limites. Pour diverses raisons, les forces de l’Afrique centrale n’arrivent pas à assurer la protection des populations civiles des exactions commises par les Séléka. Il faut donc :
Renforcer le mandat de la MISCA en lui permettant de passer sous le chapitre VII de la charte des Nations unies ;
Apporter un appui logistique et financier pour le déploiement de la MISCA sur tout le territoire ;
Travailler à l’élargissement de la MISCA à des forces armées des autres pays de l’Afrique ;
Développer une politique concertée de DDR pour rapatrier les mercenaires étrangers présents sur le territoire de la RCA et réinsérer les nationaux dans le tissu socioéconomique ;
Mettre en place une stratégie pour une réforme du secteur de la sécurité.

2. Sur les droits de l’homme et la lutte contre l’impunité
Au cours de ces 10 dernières années, la situation des droits de l’homme n’a cessé de se détériorer. Les exactions et abus dont seraient auteurs les différents protagonistes de la crise ne peuvent pas rester impunis si l’on veut ramener la paix. Nous appelons donc :
A la mise sur pied d’une commission d’enquête internationale pour établir les responsabilités dans les violations des Droits de l’homme de 2003 à 2013 ;
Au renforcement de la commission mixte d’enquête en lui donnant des moyens logistiques et une assistance technique ;
Au renforcement de l’Etat de droit.

3. Sur le volet humanitaire
L’amplification de la crise ces derniers mois a aggravé la situation humanitaire. Le nombre de déplacés ne cesse d’augmenter. Craignant pour leur vie, les humanitaires ont déserté le pays. Nous voulons :
Une sécurisation des couloirs et du personnel humanitaires ;
Une aide au retour des personnes déplacées et des réfugiés ;
Une attention particulière à la reconstitution des outils de production des populations notamment dans le domaine agro pastoral.

4. Sur la dimension économique du conflit
Les rebelles de la Seleka contrôlent les sites d’exploitation du diamant et d’autres ressources naturelles. Ils ont utilisé les revenus du commerce de ces ressources pour financer le récent coup d’Etat. Il faut aller plus loin que la simple suspension de la RCA du processus de Kimberley en :
Favorisant une cartographie détaillée de la présence des groupes rebelles sur les sites d’exploitation des ressources naturelles (diamant, or...) ;
Donnant le mandat à la MISCA de sécuriser les sites d’exploitation des ressources naturelles ;
Permettant une coopération sous régionale afin d’empêcher que les ressources naturelles qui financent les violences aient des débouchés internationaux.

5. Sur l’implication de la société civile
Depuis quelques mois, nous constatons des signes inquiétants qui font craindre une confrontation entre communautés chrétiennes et musulmanes. La société civile et les confessions religieuses sont particulièrement actives sur la préservation du vivre ensemble de plus en plus menacé en RCA. Aussi demandons-nous :
Qu’elles soient reconnues et renforcées dans leurs capacités d’action.
Qu’elles soient associées au processus de réconciliation et de reconstruction
Pour nous, le retour à une paix durable en RCA ne se fera pas sans la participation de la société civile. A toutes les étapes du processus, il serait dangereux de ne consulter que les forces politiques ou militaires.

Fait à New York, le 24 septembre 2013
Mme Béatrice Emilie EPAYE - présidente de La Voix du Cœur
Mgr Nestor Désiré NONGO AZIAGBIA - évêque de Bossangoa
Rev. Nicolas GUEREKOYAME-GBANGOU - président du Comité exécutif de l’Alliance des Évangéliques en Centrafrique
Me Mathias Barthélemy MOROUBA - président de l’Observatoire centrafricain des droits de l’Homme (OCDH)

 

 

 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Je vous ai suivi sur les chaines Internationales-Vous avez fait un rapport excellent de la situation en Centrafrique, vous avez su eclairer le monde entier, des rapports ont ete aussi fait en Anglais partout. Les noms des commanditaires des crimes sont au

Par Patriote

29/09/2013 18:54

Mes Chers Compatriotes,
Je vous suivi de prêt dans toutes vos démarches, rapports et explications!!
Que Dieu vous bénisse, et qui vous enrichi en sagesse, qu’il vous a déjà donnée !!
Je n’ai rien a ajouter sinon, j’aimerais dire ceci : Qu’après tout il faudrait que les troupes Tchadiennes et mercenaires Tchadiens soient expulsées de la RCA ou traduit au Tribunal Pénal International.
Chers compatriotes, nous avons toujours vécu ensemble, sans histoires, malgré certains débordements de nos présidents mais cette fois ci, la RCA a été atteint a fond dans toutes ses valeurs ! cela ne doit pas rester impunis.

A Patriote,

Par sorokaté

16/12/2013 21:41

Compatriote PATRIOTE, vous avez raison de dire que les troupes Tchadiennes et Soudanaises doivent rentrer dans leurs pays.
Avez vous vu quelque part les amis de la" RCA" se prononcer sur ce sujet?
Alors que les vraies solutions efficaces pour une sortie de crise en RCA est ce là: Imposer à Idriss Déby de cesser à s’ingèrer dans la gestion politique de notre pays aussi souverain qu'il s'occupe de son pays.

Et ce là est valable pour les du-eux pays Soudans épicentre des sévères guerres civiles sauvages au monde.
L'opinion Internationale s'est bien que le président Tchadien agit au nom de la France pour les interêts coloniaux de celle -ci. mais personne n'interpelle monsieur Idriss Déby sur son implication.

Voyez vous comment les politicards AFRICAINS sont mauvais , ils trahissent les âmes pour dans l’intérêt du colonialisme.
Quant à l'Union Africaine c'est une institution sous traitance du néocolonialisme. L'UA n'existe que du nom, elle n'a aucune influence. C'est dommage.

Tous les autres chefs africains savent que la France passe par Déby pour infliger la souffrance atroce au peuple Centrafricain mais n'ont pas de voix.

Qu'est qui nous fera croire que nous aurons un président nationaliste en RCA pour se mettre au service de son peuple en Mettant en place une armée digne du nom, une administration nationale forte et patriote, une éducation fiable et accessible dans toute la RCA, de l'eau potable à la porté de toute la nation.
De l'électricité à volonté sans les intempestives coupures chroniques.

Du travail pour garantir un avenir meilleur aux éventuels candidats de la retraite.
Des infrastructures publiques( HÔPITAUX, ECOLES, Banques, des auto routes, échangeurs, des aéroports dans toutes les préfectures.

C'est possible car la volonté politique n'y est pas.
C'est dommage,
Sorokaté Alias Domzan bene.

CIRCULAIRE AUX PATRIOTES CENTRAFRICAINS

Par Patriote centrafricain

01/04/2014 11:31

CIRCULAIRE AUX PATRIOTES CENTRAFRICAINS
Chers compatriotes ! Attention, attention ! Réveillez-vous en tant que centrafricains nationalistes ! Ne comptez pas sur les français et la MISCA pour avoir la sécurité et la paix. Eux-même ils ont fui devant les mercenaires séléka déguisés en MISCA tchadienne dans le but de reprendre le contrôle de Bangui. La sécurité ne peut que se réaliser grâce aux efforts de chaque patriote centrafricain.

Dénoncez tous sur toutes les ondes et médias les atrocités que les sangaris et la MISCA tchadienne et burundaise sont en train de nous faire subir. Dénoncez tous aux opinions internationales et à l'ONU que les sangaris et les MISCA ci-dessus citées sont venus juste pour leurs propres intérêts égoïstes, pas pour libérer le peuple centrafricain des griffes des mercenaires de séléka. Les mercenaires séléka sont de retour ! Ils sont là sous nos pieds, dans chaque recoin de Bangui par la complicité des français de sangaris , de la MISCA tchadienne et Burundaise ainsi que de la Présidente et son lugubre entourage de séléka. La RCA n'est qu'un chantier de business des français, tchadiens, burundais et Congo Brazza où tous sont venus pour s'enrichir, pour intimider et décourager les investisseurs de notre pays afin que nos pétrole, ciment et autres ressources minières ne soient pas exploités.

La RCA est en train de sombrer dans un chao sans fin à cause des "loups déguisés en agneaux" feignant de vouloir amener la sécurité et la paix, de vouloir diriger le pays, alors qu'ils ne sont que des marionnettes des bourreaux français, tchadiens, soudanais et congolais(de Brazzaville). Prouvons-leurs que nous ne sommes pas dupes ! N'oubliez pas que le régime "Mme SAMBA PANZA" dans lequel nous vivons n'est qu'une continuité de celui de M. NDOTODJA avec d'innombrables ministres séléka. Mais en plus et, à l'heure actuelle, les mercenaires séléka(tchadiens, soudanais et Boko-haram recrutés par NOURADINE au Nigéria) sont en train de s'infiltrer dans la ville de Bangui par la complicité de la Présidente, de la MISCA tchadienne et Burundaise pour un assaut final contre les FACA en caserne et les antibalaka afin de reprendre le contrôle de Bangui(Ils ont déjà pris le contrôle de beaucoup de provinces).

C'est pourquoi nous, patriotes centrafricains, au nom de la Démocratie, au nom de la liberté et la paix, réclamons nos droits en demandant aux français de sangaris et à la MISCA à l'aide des actions suivantes:

1°) Des opérations "Casseroles" dans tout Bangui chaque jour à 18h00 pour la période d'une(1) semaine, à compter de ce Jeudi, 3 Avril 2014;

2°) Ensuite, participez tous à la marche pacifique et civilisée prévue pour ce samedi, 5 Avril 2014 à partir de 8hOO. Tous les arrondissements de la ville de Bangui doivent participer à cette marche pour montrer aux opinions internationales et à l'ONU notre mécontentement auprès de la MISCA tchadienne, Burundaise et français de sangaris. Le lieu de la rencontre est le "Rond-point" du Centre Ville ((De OUANGO au Centre Ville; De Pétévo au Centre Ville; De km5 au Centre Ville; De Pk12, Combattant au Centre Ville).

3°) Intenter une action en justices internationales contre les français de sangaris et de la MISCA tchadienne et burundaise pour leurs complicités aux infiltrations et aux exactions qu'ont commis les mercenaires de séléka et tchadiens et soudanais sur le sol centrafricain.

Le motif de ces opérations consiste à réclamer dans l'immédiat et sans conditions aux sangaris et à la MISCA :

- Le désarmement de km5 (3ème Arrondissement) dans l'esprit de la résolution 2127 (désarmement de gré ou de force)
- Le désarmement de tous séléka en cantonnement (Pk12, les peuhls sur la route de Damara, Camp Béal, Pk3) ainsi que les séléka éparpillés dans certains quartiers de Bangui(Centre ville; 14 villas; 200 villas, 36 villas;Sica1,2et 3; Lakwanga, km5).

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES
La RCA n'est plus ce qu'elle était. Elle est déjà vendue.

1°) N'oubliez pas que la présidente (née au Tchad, grandie au tchad et parlant bien l'arabe) n'a pas été votée par le peuple centrafricain. Elle a été votée par les Conseillers Nationaux corrompus par la 1ère Vice Présidente du CNT (Mme DOUMTA), elle aussi corrompue par les alliés de M. NDOTODJA(Tchad, Congo Brazza etc..)

2°) Pour parvenir à ses fins diaboliques(plan B), la Présidente a menti au peuple centrafricain au nom de l'ONU comme quoi l'ONU lui aurait refusé le réarmement des FACA, alors que c'est juste un prétexte afin de faire exterminer ces FACA et les antibalaka par les mercenaires dont elle est l'une des complices de leurs infiltrations dans Bangui. Pour cela, certains ministères clés de la sécurité ont les "pieds et mains liés" : Par exemple, le Ministère de l'intérieur est étouffé, sous informé et sans énergie, il ne fonctionne pratiquement pas. Ce que nous voyons faire n'est qu'une farce. Le Ministère de la Défense est "cadenassé, ligoté et emprisonné" puisque sans armes alors qu'on aurait tout simplement désarmé les séléka et transféré leurs armes aux FACA avec celles que les français de sangaris ont déjà en mains.

3°) Ces mercenaires composés des Boko haram, des séléka, des tchadiens et soudanais sont rentrés dans Bangui à l'aide du semblant de la mission d'escorte des civils musulmans.

4°) Désiré Kolingba(de mère tchadienne) qui est lui aussi l'un des pions d'Idriss Déby est en train d'organiser un Coup d'État avec ses mercenaires nommés "Gbanda" ou "Filet";

5°) Vous remarquerez que tous les entourages et hommes de garde des ministres pro-séléka sont des séléka qui détiennent encore leurs armes. Alors, où est la valeur et la qualité des opérations sangaris et de la MISCA ? Ils sont là en train de se pavaner avec leurs arsenaux de guerre en faisant du "m'as-tu vu" sur les grandes routes alors que le peuple attend d'eux d'être libéré et sécurisé.

6°) Les sangaris et la MISCA ont refusé au départ l'envoi des casques bleus. Ils ont demandé à l'ONU de leurs accorder une seconde chance. Or, en effet, cela n'est qu'un prétexte pour continuer à tailler leur part du lion. La RCA pour eux n'est qu'un terrain qui garantirait leurs retraites quand ils seront de retour dans leurs pays respectifs.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués