INTERVIEW  |    

ONU: la Centrafrique «est un pays qui n’existe presque plus»

Par Source: RFI - 25/09/2013

Dans le sillage du PM ministre centrafricain, des leaders de la société civile assistent et participent à la réunion de haut niveau sur la Centrafrique

 

C’est le cas de la Conseillère nationale Béatrice Epaye qui, en collaboration avec le CCFD-Terre solidaire, va apporter un témoignage à ce sommet sur la Centrafrique, prévu en marge de l'Assemblée générale de l'ONU. Cette ancienne députée indépendante dans la dernière Assemblée centrafricaine, siège aujourd'hui, elle lance un cri de détresse. Voici quelques-unes de ses déclarations au micro de RFI.

C’est la première fois qu’on parle d’une telle réunion depuis que la crise a commencé. Et on se rend compte que la Communauté internationale a peut-être décidé cette fois-ci, de prendre des bonnes décisions pour qu’on arrête ce drame et que les populations vivent en paix. Mais il faut que cette réunion soit décisive. C'est-à-dire qu’elle pose les jalons de la sécurisation du pays. Il faudra que les décideurs puissent s’engager à reconstruire cet Etat, qui aujourd’hui est comme un non Etat. C’est un pays qui n’existe presque plus, puisque l’armée est inexistante et il est à la merci des milices, des gens venus d’ailleurs, qui font leur loi.

 


© eldiario.es
La Conseillère nationale (CNT), Mme Béatrice Epaye
Vous êtes au Conseil national de transition, où vous représentez la préfecture de l'Ouham dont le chef-lieu est Bossangoa, au nord-ouest du pays. Qu’est-ce qui se passe en ce moment à Bossangoa ? Est-ce un conflit de nature politique ou religieuse?
Je crois qu’aujourd’hui, quand on voit des zones de résistance, c’est un ras-le-bol. Certains veulent l’expliquer par la politique, mais moi non.

«Le conflit est en train de devenir une confrontation religieuse», dit le président français, François Hollande. Etes-vous d’accord?
Il a raison. Parce que ce qui s’est passé à Bossangoa, à Bouca, on voit bien que c’est une confrontation entre les chrétiens et les musulmans. Et les Seleka viennent appuyer les musulmans contre les chrétiens. Mais il ne faut pas seulement le dire, il faut l’arrêter. C’est pour cela qu’on lance ce message à la France pour que ça ne fasse pas un effet boule de neige, pour que l’ensemble du pays ne s’embrase pas dans ce conflit qui devient de plus en plus religieux.

Et en même temps Michel Djotodia, le numéro un du pays, affirme dans le quotidien Libération: «Les tensions entre communautés religieuses n’ont pas de réalité, ça ne marchera pas».
Il a peut-être raison, mais c’est la Seleka, dans sa progression, dans sa conquête de pouvoir, qui a monté une communauté contre l’autre, qui a utilisé une communauté contre l’autre, assassiné, profané des églises avec le non-respect des choses sacrées, des femmes et des enfants. Les femmes ont été violées devant leurs maris. Ca a révolté les gens. La population centrafricaine a toujours vécu pacifiquement. Quand je me suis mariée à la cathédrale de Bossangoa, la famille de ma belle-mère qui est musulmane était à la cathédrale, avec nous. On n’a jamais connu ça. Quand il y a des ordinations à l’église catholique ou chez les pasteurs, il y a toujours l’imam qui est là pour accompagner les autres.

Pour la première fois depuis l’Indépendance, un musulman qui dirige le pays. Est-ce que ça ne change pas la donne religieuse?
Non, c’est un faux problème parce qu’en Centrafrique nous avons vu des ministres d’Etat musulmans. Mais maintenant les gens vont réfléchir. Les gens ont vu comment un chef musulman dirige la République Centrafricaine: comment on peut prendre le pouvoir chez toi, gouverner un pays en amenant des gens – dont on ne sait d’où ils viennent – pour casser ton pays, ridiculiser ton peuple. Ca va faire réfléchir.

Vous avez le sentiment d’être les oubliés de l’Afrique?
Nous sommes les oubliés de l’Afrique, même ce conflit a été oublié. Mon appel c’est qu’on ne nous oublie pas. Il ne faut qu’on nous laisse nous entretuer et on en est déjà arrivés là. Les communautés qui s’affrontent, des gens qui ont mangé ensemble qui s’affrontent, parce que des gens qui veulent le pouvoir les ont utilisés à s’entretuer. Il faut arrêter.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Quand on dit" RCA est un pays qui n'existe plus" cela veut dire que la RCA a existé mais!!!!!!

Par SOROKATE

06/10/2013 13:41

Bonnes analyses! Mais pourquoi ce brusque changement d'inexistence de la RCA?

Seule la France, le Tchad, le Soudan et l'ancien président incompétent F.BOZIZE Yangouvonda alias KANGARA détiennent les plus amples explications.

Le mot"plus" employé ici comme une négation fait allusion à une comparaison de ce qui a existé et qui, aujourd'hui ne l'est plus,mais pourquoi ce constat? en RCA?

La seleka est elle la cause? est elle la bien venue en RCA?
La seleka a une raison d'exister en RCA pour quel intérêt?

Ces multiples questions hantent toute la NATION Centrafricaine prise en otage par ce changement hégémonique. Quelle est la motivation de la seleka pour s'accaparer du pouvoir du peuple sans le peuple?

Quelles solutions sont envisagées pour empêcher à la RCA de perdre son existence? qui pourra éviter cela à la RCA?
Le constat est fait, mais il faut apporter de propositions,les quelles!!!
Je suis impatient de voir les paroles converties en actes salutaires au nom de la dignité HUMAINE au siècle de la démocratie.
L'UA,ONU,USA,les Humanitaires qu'avez vous fait pour que la RCA en arrive là? qui a mis la RCA dans cette merde? peut-on envisager des poursuites en JUSTICE pour le/les responsable(s) de l'enfer CENTRAFRICAIN? qui sont ils!!! d'où viennent-ils!!! où sont ils?
qui peut les inquiétés?

Il revient donc à la nation Centrafricaine de s'auto prendre en CHARGE car le salut ne viendra que par une "Rédemption", prise de conscience et le PATRIOTISME.

La nation Centrafricaine aime sa patrie? Comment comprendre le fait que nos politicards ne s'aiment pas? ils se haïssent radicalement! à chaque régime politique c'est le clanisme le népotisme au détriment du nationalisme. Pourquoi envisager une carrière politique en recrutant des mercenaires étrangers venir détruire toute la PATRIE pour s'imposer en PRÉSIDENT?

C'est dommage. Véritable bestialité.

"La souffrance de la RCA vient des politiciens aventuriers égoïstes sans vision nationale" on ne s'impose pas président mais on le dévient par adhésion populaire(suffrage universel).
Alors combien de présidents sont démocratiquement élus en RCA depuis l'ironique INDÉPENDANCE?
DACKO,BOKASSA,KOLINGBA,BOZIZE et le méconnu de tous DJOTODIA auto proclamé président virtuel.

Quelle la méthode d’accession au pouvoir de ces précités? et comment sont -ils partis du pouvoir?
Les conséquences corrigent mieux que les conseils.

Centrafricainement,
SOROKATE Alias Domzan bene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués