DOSSIERS  |     DOSSIERS+  |     FORUM BRAZZAVILLE  |    

Centrafrique: le cri d’alarme de la société civile aux Nations unies

Par Lucie Nkouka avec autres médias - 25/09/2013

Les représentants centrafricains vont plaider pour une plus grande implication de la communauté internationale et le renforcement de la force africaine

 

Ils seront quelques-uns à prendre part ce mercredi à la réunion qu’organise, la France, l’Union européenne et l’Union africaine au sujet de la République Centrafricaine à New-York. Les cinq représentants de la société civile centrafricaines et en collaboration avec des organisations internationales œuvrant en Centrafrique et/ou pour les droits de l’homme, plaideront dans les débats, pour une plus grande implication de la communauté internationale et le renforcement de la force africaine. Deux ONG françaises, le Secours catholique et le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) leur ont permis de faire ce voyage. Sur le terrain, le conflit en RCA est devenu très complexe, et les inquiétudes sont très fortes après les dernières violences dans le Nord-Ouest, notamment dans la région de Bossangoa. L’instrumentalisation par les politiques du fait religieux revient de plus en plus dans les discours, avec une minorité musulmane qui serait défendue par la rébellion Seleka.

 


© elysée.fr
Le président français avait reçus les ONG œuvrant en Centrafrique
La Seleka vise surtout des chrétiens
Mgr Nestor Désiré Nongo Aziagbia fait partie de la délégation. Evêque du diocèse de Bossangoa, une ville du nord-ouest du pays où les combats entre milices d’autodéfense et rebelles de la Seleka ont fait plus de 100 morts en septembre, il témoigne: «Il existait déjà une cohabitation difficile entre les éleveurs venus du Tchad et les agriculteurs sédentaires... Les éleveurs ne sont plus armés de bâtons mais de kalachnikov, et profitent de la situation pour faire des razzias dans les champs des paysans. Toute réaction donne lieu à des représailles violentes, les éleveurs appelant la Seleka à la rescousse pour faire la justice à leur manière. Les paysans sont abattus et les villages incendiés.» C’est ainsi qu’après les dernières violences, les villageois se sont organisés et sont prêts à riposter comme le raconte à RFI, Mgr Nongo-Aziagbia, l’évêque de Bossangoa: «Un homme nous a dit que des éléments de la Seleka l’avaient complément dépouillé. Désormais, il n’a plus rien à perdre, même s’il faut mourir. Parce que la dignité humaine a été complètement bafouée. De part et d’autre, les exactions qui sont commises sont vraiment effroyables.» Ce sont des dizaines de milliers de personnes qui sont toujours réfugiées dans une école et l’évêché. Deux lieux où les conditions de vie sont très préoccupantes. Peu de nourriture, d’eau, pas d’accès au soin, les conditions d’hygiène et d’assainissement déplorables.

La communauté internationale doit prendre ses responsabilités
Face à la situation, la Centrafrique a besoin d’aide, plaide Mathias Morouba, le président de l’observatoire des droits de l’homme dans le pays: «Le peuple centrafricain se meurt. Nous ne pouvons pas comprendre, en tant que membre de la communauté internationale, et alors que nous sommes en train de traverser des moments difficiles de son histoire, cette communauté ne puisse pas prendre ses responsabilités.» Une position que ces représentants de la société civile partagent et la défendre aux Nations unies à New York où un projet de résolution sur la Centrafrique doit être débattu. Paris veut proposer rapidement au Conseil de sécurité un projet de résolution permettant de «faire monter en puissance» la Misca, qui pourrait à terme se transformer en mission de maintien de la paix de l’ONU.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Toute la seleka et la RLA doivent savoir que le début de la fin s'annonce...

Par SOROKATE

25/09/2013 11:52

Comme j'avais évoqué dans une de mes analyses concernant l'abandon de "rébellion" par la RLA en RCA, trouve justification à cette mobilisation de l'opinion internationale à s'impliquer dans la recherche de solutions définitives pour stopper toute poche de terrorismes et rébellions dans cette région de l’Afrique.

voyant le danger venir à l'horizon, Djotodia a dissout toute la seleka pour les fondre dans la nature puisque celle-ci est constituée majoritairement que par des mercenaires étrangers anciens éléments de la RLA de Joseph KONY, averti par Djotodia Joseph Kony est contraint de se rendre car aucune échappatoire n'est possible.

A l'issue de l'A.G des Nations Unies tenue le 25 septembre 2013 la RCA était au menu des réoccupations ce qui est donc un signal fort aux illusionnistes seigneurs officiers selekassistes qu'une grande opération de nettoyage est enclenchée. Quatre vingt neuf jours pour le voleur, seulement Un jour pour le propriétaire.

"Un homme averti en vaut DEUX" qui mô wara.

wait we see.

Je me croisse les deux doigts.
Centrafricainement

SOROKATE Alias Domzan bene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués