INTERVIEW  |    

Centrafrique: les craintes de l’archevêque de Bangui

Par ouest-france.fr - 24/09/2013

Monseigneur Dieudonné Nzapalainga, est inquiet pour l’avenir de son pays

 

L’archevêque de Bangui, Monseigneur Dieudonné Nzapalainga, est inquiet pour l’avenir de son pays. Dans un entretien avec l’envoyé spécial d’Ouest-France, il estime que le conflit n’est pas religieux mais que «ceux qui jouent avec la dimension religieuse jouent avec le feu».

<div align="center"><div class="containerKplayer" style="position: relative;"><div id="kwg_9da6e1b1272s" class="kwg_pr" name="kwg_9da6e1b1272s" ></div><div id="flash_kplayer_9da6e1b1272s" class="flash_kplayer" name="flash_kplayer" data-sig="9da6e1b1272s" data-playerkey="a48069b3c527" style="width:400px; height:300px;"><object width="100%" height="100%" type="application/x-shockwave-flash" data="http://sa.kewego.com/swf/kp.swf" name="kplayer_9da6e1b1272s" id="kplayer_9da6e1b1272s"><param name="bgcolor" value="0x000000" />
<param name="allowfullscreen" value="true" />
<param name="allowscriptaccess" value="always" />
<param name="flashVars" value="language_code=fr&playerKey=a48069b3c527&configKey=&suffix=&sig=9da6e1b1272s&autostart=false" />
<param name="movie" value="http://sa.kewego.com/swf/kp.swf" /><param name="wmode" value="opaque" /><param name="SeamlessTabbing" value="false" /><video poster="" height="100%" width="100%" preload="none" controls="controls"></video><script src="http://sa.kewego.com/embed/assets/kplayer-standalone.js"></script><script defer="defer">kitd.html5loader("flash_kplayer_9da6e1b1272s","http://api.kewego.com/video/getHTML5Thumbnail/?playerKey=a48069b3c527&sig=9da6e1b1272s");</script></object></div></div></div>

 

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Que des mesures soient prise par la France pour intervenir rapidement!! Deby est en train de jouer a l'islamisation toutes ses aides sont empoisonnees!! Les Centrafricains n'ont pas besoin de lui et ses troupes criminels. Lisez cette belle reaction de ce

Par Patriote

24/09/2013 19:07

.

Par le général Henri PINARD LEGRY
Le Président de l’ASAF
L’association de soutien à l’armée française

Depuis plusieurs mois déjà, la République centrafricaine est le théâtre de violences perpétrées par des milices islamiques venues du Tchad et du Soudan.
On en parle peu à la télévision !

La France y a renforcé son dispositif en déployant 500 soldats dont la mission est d’assurer la protection et l’évacuation de ses ressortissants en cas de menace directe.

Ce pays de 630 000 km2 – grand comme la métropole et la Guyane -, peuplé de moins de 5 millions d’habitants est l’un des plus pauvre du monde malgré des ressources naturelles potentielles – agriculture, élevage et minerais – très importantes.
La France est depuis toujours aimée par l’immense majorité des centrafricains.
Ceux-ci savent que seul notre pays peut assurer leur sécurité et les aider dans leur développement.

Sans une intervention militaire française à très court terme, la RCA va plonger une fois de plus dans le chaos, et devenir la cible des milices et des pillards.
Les évènements dramatiques qui s’y déroulent et qui ne cessent de s’amplifier, vont contraindre un jour ou l’autre la communauté internationale à demander à la France d’intervenir. Cela nécessitera alors des moyens plus importants que si l’intervention avait lieu maintenant.

Cette situation dramatique parfaitement connue de nos services et que le président de la République a évoquée lors de la conférence des ambassadeurs, exigerait de la France une réponse urgente.
Elle est possible.
Avec moins de 3 000 hommes, la France peut rétablir une situation qui devient chaque jour plus dramatique.
Elle est en mesure de conduire seule et rapidement une opération de sécurisation qui s’inscrirait parfaitement dans une stratégie globale et de long terme en Afrique subsaharienne, zone considérée dans le dernier Livre blanc comme une zone d’intérêt stratégique.

A quoi bon agir dans l’urgence et ponctuellement au Mali, si on laisse se dégrader la situation en RCA ?

Alors que la perspective d’un engagement opérationnel au Moyen-Orient s’éloigne, la France se doit d’agir avec célérité dans ce pays situé au cœur de l’Afrique pour protéger des populations civiles menacées et défendre ses intérêts stratégiques de long terme en Afrique.

Fermer les yeux serait la pire des lâchetés ; ce serait également un crime vis-à-vis de ce peuple ami et une faute politique sur ce continent aux potentialités énormes.

Henri PINARD LEGRY

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués