DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Centrafrique: entre l’expectative du peuple et le bal des débatteurs sur RFI…

Par RJP MAYTE - 24/09/2013

Par Rodrigue Joseph Prudence MAYTE, Chroniqueur, Polémiste

 

Lorsqu’on sait que la Centrafrique traîne un virus d’instabilité depuis les indépendances jusqu’à nos jours, lorsqu’on comptabilise les coups d’états, les mutineries, les rebellions, les différentes plates formes d’échanges et de débats (forum national, forum de réconciliation, dialogue national, dialogue politique, dialogue de réconciliation, dialogue politique inclusif etc) que le pays a connus, lorsqu’on inventorie les pires atrocités que le peuple centrafricain a connues à travers les régimes qui se sont succédés (base balawa, base karako, banyamulenge, mercenaires tchadiens, soudanais et seleka), lorsqu’on sait que la Centrafrique dispose un sous développement structurel viscéral, lorsqu’on sait que le pays a un manque de maturation politique, lorsqu’on croit qu’il faut nécessairement un renouvellement de l’élite dans le pays, lorsqu’on sait que la politicaillerie centrafricaine est truffée des transfuges et des briscards qui grignotent à tous les râteliers, lorsqu’on sait que les crises récurrentes du pays ont à la fois une cause exogène et endogène…

 


© journaldebangui.com
Rodrigue Joseph Prudence MAYTE
Alors il faut admettre que le pays sombrera toujours dans le chaos tant que les hommes politiques centrafricains continueront à s’offrir en spectacle tout en occultant l’essentiel. En passant au crible de la raison le débat africain du dimanche 22 Septembre 2013 sur la Centrafrique, on constate que les hommes carrés deviennent ronds dans leurs discours. Une reculade stratégique et une procrastination ambivalente qui arriment inéluctablement l’expectative du peuple centrafricain. A coups de rustines, on assiste à un bricolage de la langue de Molière chez certains intervenants visant à épuiser lamentablement leurs temps de parole. Là où le bât blesse, ces intervenants décousus représentent des entités nobles qui font partie intégrante des forces vives de la nation. Manifestement, tous les intervenants sont restés terrer dans leurs anfractuosités et ils présentent des caractéristiques de clivages non négociables. Une attitude désopilante qui alimente avec outrecuidance l’actuel débat sur la mise sous tutorat onusien de la Centrafrique. Une polémique qui n’est rien d’autre que la résultante du manque de maturation politique en Centrafrique.

Au lieu que les hommes politiques centrafricains continuent toujours de se bouffer le nez en s’accusant à tour de bras, ils feraient mieux de s’accorder sur l’essentiel en vue de mettre fin à cette crise à répétition. A l’instar d’une plante de citrouille, la crise centrafricaine dispose plusieurs ramifications et il serait souhaitable de la solutionner en profondeur. Déjà, plusieurs Centrafricains souhaitent un forum républicain pour décrisper totalement la crise. Certains Centrafricains proposent que l’ONU contrecarre la candidature de tous les leaders politiques impliqués de près ou de loin dans les différentes crises que le pays a connues durant les prochaines échéances électorales. Une telle disposition mettra non seulement un terme aux ambitions personnelles et carriéristes des fauteurs de troubles mais permettra également au peuple centrafricain d’espérer une renaissance politique. Il y’a un adage africain qui dit: «Pour tuer une famille de lion, il faut toujours commencer par la mère». Peut-être qu’en écartant politiquement tous ces leaders assoiffés, le pays décollera définitivement.

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Applaudisseur

Par Bozize

01/10/2013 11:47

De discours sans intérêt, vide de sens dont on ne connaît même pas le pourquoi.
C'est bien toi qui as conduit Bozize en dérive en détournant de fonds colossaux appartenant à l'État à des fins personnels aujourd'hui tu te fais justicier tu as cité les forces non conventionnelles la séléka, bagnanmoulengué, mais tu as oublié les zakawa qui t'ont emmené en pouvoir en 2003. Laisse moi te dire que ce sont ces mêmes combattants lésés dans leurs droit qui se sont combattus sous la bannière de séléka c'est toi qui es la cause des souffrances des Centrafricains parce que tu as signé une alliance avec ces mercenaires en 2003 pour renverser le régime de Patassé.

En tout cas mon compatriote J.P.Mayte votre analyse et propositions sont bonnes.

Par SOROKATE

01/10/2013 12:04

C'est de cela que souffre notre pays la RCA. La Centrafrique est prise en otage par des hommes politiques centrafricains pour leurs intérêts personnels. Tous ceux qui se battent n'ont nullement reçu aucun mandat du peuple pour une quelconque rébellion.

De Bokassa, Dacko, Kolingba, Bozize et encore l'inconnu de Djotodia aucun d'eux n'a le soutien du peuple sauf le feu A.F.PATASSE qui a été le seul et unique président démocratiquement élu en RCA. Le peuple Centrafricain ne s’intéresse pas à la politique mais on l'associe à des projets diaboliques fatales à la cohésion nationale comme le cas de la seleka venue d'ailleurs pour nous imposer un inconnu Djotodia .

C'est dommage.

Cher compatriote MAYTE vos analyses sont pointues mais c'est prêcher dans le désert, s'adresser aux sourds et aveugles. Certainement après Djotodia viendra un autre enfer d'ici peu ainsi recommencera le cycle maléfique centrafricain.

Si les politicards de centrafricains n'enterrent pas leur avidité du pouvoir égoïste responsable de notre souffrance ,quoique nous fassions il n y aura jamais du soleil en RCA. Cela est possible à seule condition si la nation Centrafricaine aime sa patrie.

" Quel homme politique centrafricain vit régulièrement en RCA? je peux compter une poignée comme "J. BODOUNGA, Gl MALENDOMA, R.E G NAKOMBO..." à ma connaissance alors que les pays démocrates être politicien impose au prétendant une résidence régulière avérée sur le sol national. Les voilà de retour en RCA après que la seleka a fini de se partager toute la république entre les chefs de guerre comme des présidents en miniature néo colonisateurs.

C'est dommage.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Rodrigue Joseph Prudence MAYTE
  • mayterodrigue@yahoo.fr
  • France, Vitré
  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués