DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Une politique africaine à redéfinir: du Mali à la Centrafrique

Par Koffi Souza-republicoftogo.com - 23/09/2013

C’est peu de dire que durant ces dix dernières années, le retrait de la France de l’Afrique s’est accéléré

 

Le souci de la France de se désengager de ses anciennes colonies africaines a été marqué entre autres par une révision des accords militaires autorisant la France à intervenir militairement à la demande des Gouvernements africains. Or, paradoxalement, la crise au Mali a montré la nécessité pour la France de se porter agui secours d’un pays menacé par les divisions et le terrorisme. Comme l’a exprimé à Bamako ce 20 septembre le président François Hollande en évoquant sa précédente visite, le 2 février, au début d'une opération Serval "Nous étions au tout début de notre combat commun. Aujourd'hui, nous sommes à son aboutissement ».Sans l’intervention des forces françaises et africaines, "aujourd'hui, ce seraient les terroristes qui seraient ici, à Bamako". Le hasard des responsabilités a fait que c’est un président socialiste qui a dû décider et conduire avec succès cette opération militaire alors que les socialistes étaient les premiers à dénoncer naguère les intrusions de la France dans la vie politique des Etats africains.

 


© journaldutchad.com
Il est vrai que la doctrine française s’est précisée. Il n’est plus question pour la France de se porter au secours de pouvoirs contestés par la population. Il n’est plus davantage question pour la France d’intervenir en solitaire. La France souhaite que les Africains soient les premiers à s’aider eux-mêmes et elle désire que son action éventuelle soit avalisée par les instances internationales et notamment le Conseil de Sécurité de l’ONU. Mais l’exemple malien le montre: pressée par les circonstances et la lenteur des autres acteurs, la France garde la responsabilité majeure de l’initiative militaire et le poids de la décision stratégique. Elle ne peut agir partout et en même temps: pendant que de nombreux chefs d’état festoyaient en se réjouissant de l’unité retrouvée du Mali la Centrafrique était livrée aux pillages et aux combats atteinte par une «somalisation» que nul n’a réussi jusqu’à présent à endiguer.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

lettre ouverte a monsieur ROLAND MARCHAL

Par famoundjou

23/09/2013 23:08

monsieur roland marchal,vous etes chercheur au cnrs,specialiste de la republique centrafricaine.je vous ait suivis au debut des evenements tragiques qui ont secouer la rca,sur la presse audiovsuelle francaise et anglaise et vos analyses.fort est de constater que vos analyse sont tailles sur mesure,vous vous alignez sur la ligne de la politique africaine de la france votre pays je comprend.

apres cette croisade islamique barbare et brutale sur une population sans defence,la france votre pays n,est elle pas derriere ce coup? bien sur que oui,trois jours avant la chutte du regime vous l,avez annoncer d,avance,vous disiez sauf un retournement de situation,vous avez parler de l,apres guerre,cette situation chaotique et ce genocide et haulocauste en miniature n,etait pas le scenario prevue.

vous defendez corps et ame votre nation et sa politique neocoloniale visant a placer qui travaille contre l,avis du peuple et suit les instructions depuis l,elysee.votre pays veux garder son hegemonie sur toute l,afrique francophone,avec une politique monarchique visant a proteger les dictateurs jusqu,a leur mort au pouvoir et une tansmission du pouvoir de pere en fils,pour assoir votre influence en afrique vous monter des guerres qui ont des consequences nefastes sur la vie des milliers de personnes,votre pays est connue dans le monde pour avoir provoquer le genocide au rwanda c,est que l,histoire retiendra et on ne niera jamais l,histoire contemporaine.

vous dites que votre pays est un pays des droits de l,homme oui mais sur votre territoire,la colonisation francaise reste la plus brutale et plus extremiste que tous les pays qui ont coloniser,bref vous etes ennemis de la democratie et amis a vos interets.vos bases militaires installees partout en afrique ont pour but de controler les hommes et les etats vous permettants d,organiser les coups_etats militaires.si vous avez declarer la guerre au leader panafricaniste lybien en le tuant,le but est recoloniser l,afrique a nouveau,mais le 21eme siecle nous reserve des surprises.

aucune nation ne peux empecher les peuples de prendre leur destin en main,comme a dit gamal abdel nasser la pauvrete n,est pas une honte mais l,exploitation des petites nations qui en ait une.ce qui est arriver a l,empire romain,ottoman et l,empire grec,vous arrivera,vous voyer votre descente aux enfers ne fait que commencer.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués