DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

RCA: De la Transition politique à de la transhumance politique, l’écart est nul

Par Jean-Gualbert Togba - 17/09/2013

"Le glas du bruit des bottes qui résonnent dans l’arrière pays ressemble à un râle d'homme. Annonce d'agonie"

 

A 53 ans d’existence souveraine, la Centrafrique peine à dégoter ses repères et n’a pu trouver son pied d’appui. La désagrégation indéniable de ce si beau pays trouve son origine dès l’aube de l’indépendance, à l’image d’une maison dont la fondation ressemble à un bricolage et mal faite. Le pays s’affaisse à chaque régime politique, résultat de la politique fiction des apparatchiks centrafricains sans vergogne successifs à la tête de l’Etat et dont l’incapacité de Ndjotodia, le dernier maillon de toute la chaîne est l’assertion qui vient entaillée cette thèse. Depuis le 24 mars 2013, la Centrafrique est officiellement une déchetterie politique à ciel ouvert, une image caricaturale certes mais qui mériterait un gros projecteur. Là où l’on peut croiser de curieuses espèces animalières politiques, s’illustrant dans une cacophonie de concert des corbeaux et des oiseaux funestes attirées par de fortes odeurs des déchets éparpillés par les chiens et les chats errants. Ce qui entraîne de facto la prolifération des bactéries microbiennes politiques d’un autre genre dans cet immense foutoir causant à la Centrafrique une colique mortelle appelant la chiasse. L’horizon de développement devient de plus en plus brumeux : les décrets, les initiatives se multiplient sans aucune efficacité d’amélioration certaine à la hauteur des événements. Une politique de caniveau et de circonstance pour tenir en haleine la communauté internationale et le mécontentement d’une population spoliée de leur droit les plus primitifs.

 


© journaldebangui.com
Jean-Gualbert Togba
La Centrafrique serait habitée par un esprit autiste ?
Le FARE (Front pour l’Annulation et la Reprise des Elections de 2011) devenu la majorité Séléka Ndjotodia, d’un pouvoir illégal ressemble plus que jamais à un troupeau en quête de pâture qu’a des politicards, professionnels au service de la Nation avec l’honneur de servir le peuple et non le déshonneur de se servir du peuple. Cette ex classe politique qui s’illustre de compromis en compromission, hypothéquant la vie de millier des paisibles centrafricains pour assouvir leur soif gargantuesque du pouvoir rien que le pouvoir. Et maintenant, ils ont le pouvoir, ils en font quoi? Simplement que le pouvoir est entrain de les savourer parce que nul n’est censé ignorer qu’on ne peut pas jouir d’un pouvoir mal acquis par les armes qui aura aussi une fin tragique par les armes. La classe politique centrafricaine au coté du chef rebelle autoproclamé se nourrit du chaos et du désordre pour assouvir sa soif du pouvoir. Elle n’a pas encore compris qu’il est question d’une transition politique et non d’une transhumance dans laquelle leur migration a fait au passage, des centaines de milliers de victimes innocentes qu’ils ont piétinées pour accéder à leur pâture promise par le mal. Malheureusement pour eux, leur berger n’a pas un flair fin dans le choix de la pâture qui commence à manquer et il va falloir migrer encore dans la cour du prochain occupant! Le vase est plein et ça déborde! L’escobarderie politique n’a plus sa raison d’être dans la République! Tout laisse à présager que l’escapade des intermittents de la politique centrafricaine excelle dans l’art de la fourberie tire alors à sa fin.

Même dissoute, la Séléka ne pourra jamais être dissociée de celui qui l’a incarnée. Ça sera toujours sa référence et son matricule inamovible. Ndjotodia est née politiquement avec la Séléka même si de furtive tentative fut expérimentée lamentablement. Et pour ce fait, il doit s’éteindre avec la Séléka. Si aujourd’hui il nous annonce la dissolution de la Séléka, la logique veut qu’il s’éteigne aussi avec elle.

A en veux-tu, en voilà. Qu’est ce qui nous reste de la classe politique centrafricaine ?
L’homme connait l’appétit gargantuesque des hommes politiques qui n’hésitent pas à donner leur âme à Satan pour une bouchée de pain. Ils ont été servis sur un plateau du sang et de la traîtrise. Le mal Séléka a au moins le mérite de réveiller la conscience d’une population centrafricaine sous somnifère depuis une belle lurette. Une classe politique censée être démocratique qui fricote avec les délinquants institutionnels et qui se réjouie du coup d’Etat. De là, il devient assez cohérent de dresser un profil de cette classe politique qui n’a pas la conviction de son idéologie.

A la création du monde, Dieu a établi chaque espèce dans son environnement qui lui est propre, fruit de la bénédiction divine qui suit la création et perpétrée sur la terre. Cette règle divine est un droit de propriété divin reconnu à chaque espèce et leur survie en dépend. C’est ainsi que l’homme à la primauté sur les aliments seins. Les mouches, les asticots et autres se voient octroyées le droit de s’approprier de tout ce qui est matière en putréfaction, ils y trouvent leur bonheur. Les abeilles se réservent le droit le plus absolu sur le miel, etc. Ce qui est extraordinaire dans tout ça est que le corps de chaque espèce créée est adapté aux substances gastriques que la nature a offertes. Si par inadvertance vous intervertissez les substances mettant l’homme et les abeilles aux matières fécales en putréfaction, la conséquence immédiate de l’expérience sera une catastrophe digestive qui aura une répercutions instantanée sur son espérance vitale, ramener à quelques minutes et l’espèce sera décimée en un rien de temps. Pareil pour l’abeille qui aura une production de miel exécrable que personne n’en voudra voire même plus du tout de miel etc. Ce qui veut dire que chaque espèce dans son genre trouve normale ce qu’elle consomme.

En terme clair, quand on est sein d’esprit et souhaitant construire un environnement, un habitacle, un cadre de vie sein et viable, on évite tout ce qui est contagieux et pouvant arrêter le processus de vie, tout ce qui peut perturber la bonne marche de notre santé et de surcroît de la vie. C’est ainsi que tout ce qui peut altérer notre espace vitale est considéré comme nuisible car qui veut la vie doit éviter toute cohabitation avec des agents pathogènes vecteurs de la mort.

Autant de morts innocents pour une transition qui se devrait être une période consensuelle apaisée et rassurante?
A dire vrai, l’homme ( Ndjotodia ) n’a aucune qualité d’un chef d’Etat à fortiori celui d’un président de la transition qui est une période très difficile et délicate à manager du fait de la complexité des mesures à mettre en œuvre. Ça doit être un homme de consensus qui doit œuvrer pour la paix et préparer le pays à un autre défit. Ndjotodia n’est pas dans l’esprit de la transition parce que quand on initie une transition politique, c’est pour rompre une période tumultueuse combattue au profit d’une autre qu’on veut meilleur. En fait c’est le basculement, le passage d’un Etat à un autre. Par analogie, le principe de cette transition veut que les responsables qui sont auteurs et voir acteurs de la période décriée n’assument aucune fonction dans l’appareil qui est en charge du bon fonctionnement de la transition parce que l’esprit de la transition politique dont il est question ici est la rupture avec le désordre politique du passé, or dans le cas d’espèce présent, le chef d’orchestre est toujours en place et continue à diriger sa partition. Il est évident qu’il mettra tout en œuvre pour combattre d’une manière sournoise cette transition qui va à l’encontre de sa vision politique basée sur la haine, les tueries et l’islamisation de la Centrafrique. L’expérience parlante qui est la pierre d’achoppement à la crise que vit la Centrafrique en ce moment était celle du maintien comme chef d’Etat pour conduire la transition le président déchu Bozizé et l’intégration du chef rebelle Ndjotodia dans la transition comme le ministre de la défense. Sa et la sanction a été immédiate: transition bafouée parce que les deux protagonistes n’étaient pas dans l’esprit de la transition et moins encore dans les accords mais chacun vivait dans sa carapace de calcul politicien. Et par conséquent cette simagrée de transition qu’on veut faire admettre aux centrafricains s’avère dangereusement suicidaire et ruinera toutes les chances pour rompre avec le passé parce que, en plus des difficultés politiques chroniques que le pays drainent depuis l’indépendance vont s’ajouter de nouvelles donnes «made Ndjotodia» qui ont une capacité de nuisance assez dévastatrice.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués