FOCUS  |     CONSEILS PRATIQUES  |    

La population civile prise pour cible dans une nouvelle vague de violence

Par msf.ca/fr - 13/09/2013

26 patients blessés par machette et par balle Médecins Sans Frontières (MSF) dénonce le ciblage de la population civile

 

À Bouca, un village situé à 325 kilomètres au nord de Bangui, la capitale centrafricaine, MSF a pris en charge 26 personnes blessées soit par des machettes soit par des armes à feu. Parmi elles, huit femmes et six enfants. Cette nouvelle vague de violence, qui a eu lieu ces derniers jours à Bouca et dans la région de Bossangoa, engendre de nouvelles souffrances pour les civils qui avaient déjà subi des mois de conflit et des déplacements répétés. Le mois dernier, les équipes médicales de MSF, qui travaillent à Bossangoa, Paoua et Batangafo, ont vu augmenter le nombre d’admissions de cas de blessures liées à la violence.

 


© msf.ca/fr
Une employée de MSF examine des patients à Bouca
MSF a été informée d’atrocités commises par les deux parties au conflit à Bouca, comme des meurtres, des exécutions sommaires et des incendies volontaires de maisons. Des habitants de la région de Bouca ont fui leurs villages où beaucoup de maisons ont été incendiées. Près de 300 personnes ont trouvé refuge au sein d’une communauté catholique de la ville. «Cette nouvelle escalade des combats et la violence des actes de représailles nous inquiètent beaucoup», dit Sylvain Groulx, chef de mission de MSF en RCA. MSF prévoit de mettre en place des cliniques mobiles pour aider les personnes forcées de prendre la fuite à cause des violences. À cette période de l’année, les risques de contracter le paludisme sont élevés.

Dans la ville voisine de Bossangoa, les équipes de MSF ont traité plus de 25 personnes blessées par machette et armes à feu ces deux dernières semaines. Alors que des milliers de personnes ont fui la ville pour se mettre à l’abri ailleurs, cette soudaine escalade de la violence exacerbe la peur au sein des communautés. MSF est également préoccupée par les attaques contre des professionnels de la santé qui ont été rapportées et condamne fermement le meurtre de deux travailleurs humanitaires la semaine dernière à Bossangoa. «MSF dénonce ces terribles actes de violence menés à l’encontre de la population et appelle toutes les parties au conflit à respecter la sécurité des civils ainsi que des travailleurs médicaux et humanitaires», déclare Sylvain Groulx.

<div align="center"><iframe width="420" height="315" src="//www.youtube.com/embed/YmV7JT7FhBc" frameborder="0" allowfullscreen></iframe></div>

 

MSF poursuit ses activités médicales dans tout le pays. Ceci comprend les projets de santé mis en place avant le coup d'état de mars 2013, ainsi que les activités récemment mises en place pour répondre aux besoins pressants des personnes déplacées, au nombre élevé des cas de paludisme et à l'effondrement du système de santé public. MSF mène sept projets médicaux réguliers en RCA et a dernièrement lancé des interventions d'urgence dans quatre autres localités.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués