FOOTBALL   |     AUTRES SPORTS  |     SPéCIALE CAN 2013  |    

Du rififi à l'Union Belge ... de Taekwondo

Par D.Bertrand - 17/12/2010

Majid El Hamouti contraint de combattre sous licence Centrafricaine

 

Il s'appelle Majid El Hamouti. Il est belge, bruxellois, affilié à l'ABK Club de Saint-Gilles et membre de l'ABFT, l'association belge francophone de taekwondo. C'est un pratiquant de taekwondo qui a remporté récemment l'Open de Paris, l'un des plus grands tournois internationaux. Le problème, c'est que son association n'est plus reconnue par l'UNBTU, l'Union nationale belge majoritairement flamande, pour un différent datant de plusieurs années et toujours pendant devant le tribunal de Tongres. Majid doit donc combattre sous licence centrafricaine: on a des bonnes connaissances avec les centrafricains, ce sont de bons amis et ils nous ont permis de combattre pour eux. Lors de l'Open Paris qu'il a remporté, l'hymne et le drapeau centrafricain étaient déployés pour la cérémonie protocolaire mais Majid tenait le drapeau wallon dans les mains pour monter sur le podium.

 


© abft.be
L'athlète vainqueur et le drapeau wallon non reconnu
Certains pourraient y voir les ingrédients d'un conflit communautaire. Rien de tout cela assure Laurence Rase, ex-athlète francophone et aujourd'hui directrice sportive de l'aile flamande mais aussi manager de l'équipe nationale belge: C'est un problème de fédérations. Il n'y a pas de blocage des athlètes, c'est juste l'ABFT qui est une association dissidente qui ne fait plus partie de l'Union nationale. Le problème, c'est que l'ABFT reste reconnue par l'ADEPS qui continue à subventionner cette fédération qui n'est plus reconnue, qui ne peut plus participer aux Jeux Olympiques ou aux championnats du monde ou d'Europe. L'union nationale chapeaute trois fédérations linguistiques, une germanophone, le VTB côté flamand et la FBFT, côté francophone. Alors que l'Adeps continue à subventionner l'ABFT.

René Hamaite, directeur général de l'ADEPS explique: On se trouve dans une situation paradoxale. Cela ne peut plus durer comme cela. C'est très difficile de continuer une telle fédération alors qu'elle n'a pas fauté vis-à-vis des textes de la Communauté mais elle n'est plus dans la filière nationale et internationale, cela pose un problème. Il n'est toutefois pas question de reconnaître l'autre fédération non plus puisqu'elle n'a jamais demandé sa reconnaissance et puis ne me paraît pas correspondre aux conditions du décret. Le dossier a suscité une question parlementaire et sera soumis au conseil supérieur des sports ce lundi 20 décembre avec une seule solution, que les deux entités francophones n'en fassent plus qu'une. Mais pour le moment, de ce côté là, c'est le blocage complet. Même si pour les athlètes, la solution, elle, existe comme l'affirme Laurence Rase: Ils ne doivent pas dire qu'ils sont bloqués et pris en otage. Ils ont le choix et doivent changer de fédération.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués