SOCIéTé  |    

Bouca: des tirs nourris font plus d’une cinquantaine de morts

Par journaldebangui.com - AFP - 09/09/2013

Au cours des affrontements, près d'une dizaine de personnes ont trouvé la mort, parmi lesquelles deux travailleurs locaux de l'ONG humanitaire ACTED, tués par des éléments du Séléka

 

Au moins 60 personnes ont été tuées dimanche et lundi dans l'ouest de la Centrafrique au cours de combats opposant les forces du nouveau régime à des hommes armés présentés comme des partisans de l'ex-président François Bozizé, a indiqué la présidence centrafricaine. "Cela fait deux jours aujourd'hui que des hommes armés se réclamant de l'ex-président François Bozizé se sont infiltrés dans les villages autour de Bossangoa (250 km au nord-ouest de Bangui). Ils ont détruit les ponts et autres infrastructures, se livrant à une vengeance contre la population musulmane (...) Soixante personnes au moins ont été tuées dans ces attaques", a déclaré lundi le porte-parole de la présidence, Guy-Simplice Kodégué.

 


© afp
Quand arrivera la fin de cette situation?
La préfecture d'Ouham, dont Bossangoa est le chef-lieu, est la région natale du général Bozizé, renversé le 24 mars par la coalition rebelle Séléka dirigée par Michel Djotodia. Lundi matin, "des tirs nourris d'armes lourdes et légères" ont également été entendus dans la localité de Bouca, sur la route menant à Bossangoa, a indiqué à l'AFP sous couvert d'anonymat une source militaire à Bangui. "Ces tirs ont fait fuir les habitants dans tous les sens", selon la même source. Ces affrontements ont fait une dizaine de morts à Bossangoa dimanche, dont deux employés locaux de l'ONG humanitaire ACTED, tués par des éléments du Séléka", selon cette source.

Au moins quatre combattants du Séléka ont également été tués, selon le porte-parole de la présidence. En août, le général Bozizé, de passage en France, s'était dit prêt à reprendre le pouvoir "si l'occasion se présentait", en affirmant cependant privilégier "la voie politique puisque la voie des armes ne vient que lorsque la solution politique n'est pas trouvée". La semaine dernière, le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) avait annoncé que des milliers de personnes avaient été déplacées et au moins huit villages incendiés au cours de récentes violences dans le nord de la Centrafrique.

Depuis la prise de pouvoir par le Séléka, la situation sécuritaire reste chaotique dans le pays et le nouveau président Michel Djotodia peine à restaurer l'ordre et à désarmer les ex-combattants, accusés de multiplues exactions contre la population.

Une force africaine, la Misca, a commencé à se déployer à Bangui, où est également positionné un contingent de l'armée française. La Misca compte actuellement 750 hommes.

 

 
MOTS CLES :

11 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

ASSEZ

Par simpliste

10/09/2013 00:13

ASSEZ DE SANG COULEZ. PLUS PERSONNE NE DOIT MOURIR POUR QUI QUE CE SOIT. LAISSONS LE TEMPS A LA TRANSITION DE PARTIR.
DE TOUTE LES FACONS, ILS SERONS MALHEUREUX ET NE PROFITERONT JAMAIS DE TOUT CE QU'ILS ONT VOLE. QUELQU'UN QUI A PASSE PLUS DE 25 ANS DE SA EN ERRANCE DANS LA BROUSSE N'A PAS LA NOTION DE LA VALEUR DES CHOSE.
CE N'EST PAS NECESSAIRE? DES SACRIFICES HUMAINS POUR DIRIGEANTS QUI NE LE MERITE PAS.
ON DOIT SE PREPARER DE PARTIR DE ZERO ET TOUT REFONDER LE FUTUR POUR LE BIEN DE LA JEUNESSE CENTRAFRICAINE.

bravo Simplice

Par kotoko Sembona

10/09/2013 03:27

Tu as raison de chanter ta chanson: la vie des rebelles Seleka coute plus chere que celle des populations civiles Gbaya qu'ils tuent lachement. Si quelqu'un de ta famille etait tue, tu saurais combien de c'est injustice de tuer des gens qui n'ont rien a avoir avec Bozize. Que tu le veuilles ou non les Seleka ne somnt pas invincibles. Le Dieu d'Abraham que les Gbaya ont donne leur sort saura les aider. Les Seleka et leurs complices comme toi ont affaire avec Dieu, et non pas avec les Gbaya. Le peuple vaincra. Vous ne reussirez pas de arreter cette marche du peuple pour sa liberté. Que Dieu vous benisse de continuer a soutenir les bourreaux des Gbaya.

Ce n'est ni question de Bozize, ni Gbaya et autres....la population civile en a marre des exactions de la Seleka! Ces vautours, buveurs de sang des Centrafricains vont payer

Par Patriote

10/09/2013 10:57

Mes Chers compatriotes,
C'est l'heure de l'unité nationale, eviter vos divergences et chassons les Tchadiens et Soudan de ce pays pour lequel notre president fondateur et tant d'autres se sont sacrifier! Soyons unis, peu importe le president de demain mais la RCA doit appartenir aux Centrafricains. C'est l'humiliation et le massacre de la population qui viennent de declencher tout ce qui se passe dans l'ensemble du territoire centrafricain. Les viols, pillages, executions sommaires, et destruction totale du pays.....ont emmené le peuple a la revolte! Ce n'est ni une question d'ethnie... Arrretons de se faire distraires par des voyous de mauvais odeur! On viol et on tue une vendeuse qui n'a pas de defenseur est ce cela le nouveau regime? terroriser, tuer, et islamiser? 6 mois apres le sursaut aucune paix, ni securité!!! en tout cas!! Dieu va aider ce pays et son peuple!!! Les centrafricains ont identifié leur tueurs!!

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués