SOCIéTé  |    

RCA: regain de tension autour de Bossangoa

Par Junior Linguangue-BBC Afrique - 09/09/2013

Des sources officielles proches de la présidence attribuent ces attaques à des partisans de l'ancien président déchu

 

L'information est confirmée par plusieurs sources officielles. Un bilan de 5 morts parmi les forces pro-gouvernementales ainsi que des victimes civiles circule depuis samedi 7 septembre. Contacté par BBC Afrique, le porte-parole du président de la transition, Michel Djotodia, a affirmé qu'"il est clairement établi que quatre villages dans la zone de Bossangoa sont occupés depuis vendredi 6 septembre. "Les points de passages de passages sont coupés pour empêcher les forces de défense de secourir la population civile". Se refusant pour l' instant à avancer un chiffre, Guy Simplice Kodegue parle d'un bilan lourd encore provisoire. Il affirme que deux mosquées ont été détruites, un imam égorgé avec toute sa famille. Il dénonce le fait que la communauté musulmane soit spécialement visée.

 


© Hippolyte Donossio
Des assaillants relevant de la Séléka
Concernant l'identité des assaillants le conseiller déclare qu'il s'agit "des branches armées de ceux qui se réclament de l'ancien président qui veulent mettre à mal le processus de transition en cours". Selon le conseiller un communiqué officiel imminent donnera un bilan précis de ces dernières attaques et la position du gouvernement par rapport à cette situation. Il laisse entendre aussi que le Conseil National de Sécurité (CNS) s'est déjà saisi de cette question pour examiner les mesures à prendre. Un autre conseiller (un militaire) du président et membre du conseil national de sécurité a confié à BBC Afrique que plusieurs véhicules des forces armées sont déjà en route pour la ville de Bossangoa.

 


© Hippolyte Donossio
Des habitations brûlées près de Bohong
A Bangui, la plupart des personnes interrogées dimanche matin ne cachaient pas leur inquiétude au sujet de cette nouvelle flambée de violences à l'intérieur du pays tout en espérant qu'elle ne se propage pas jusqu'à la capitale. Une bonne partie aussi s'oppose à la volonté affichée du président évincé François Bozizé de revenir au pouvoir par tous les moyens. Ces attaques surviennent deux semaines après des exactions par des hommes de la Seleka dans une dizaine de villages situés à 500 km à l'ouest de Bangui:4 500 maisons ont été incendiées et une église a été profanée. Ces violences ont fait une cinquantaine de morts parmi les civils et des milliers d'habitats ont fui.
 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Il n'y a que des criminels et les complices qui peuvent toujours utiliser le nom de Bozize pour tuer une population sans armes qui sont des Centrafricains

Par Patriote

09/09/2013 15:06

Vous Seleka et vos chefs avez pris ce pays sans resistance, le chef de l'etat sortant vous avait mis devant vos responsabilités mais votre haine vous a transformé en serpents venimeux dangereux, tuant tout civil sur votre passage, viols, pillages et une destruction totale de la RCA!
Demontrer nous que Bozize se trouve a Bouar, Bossangoa, Bambari, Mobaye Kaga Bandoro avec des hommes armés c'est pourquoi vous bulez ces villages et vous decimez la population, c'est de razzia et terrorisme islamique: VOUS AVEZ PROUVé par vos crimes que vous des terroristes, LES WAHBISTES DU TCHAD ET SALAFISTES DU SUDAN ET Boko Haram!! Vouz tuez pour terroriser et proceder a l'expansion!!cela fait partie de votre characteristiques
Deby a su rouler la communauté internationale dans la farime en se positionant comme DEFENSEUR DU MALI et d'autre part proceder a une conquete et expansion islamique!!! La RCA ne sera Jamais un pays islamique!! VOUS SEREZ PUNIS!!! LE TEMPS NOUS DIRA!!!

La situation de bossangoa est engendrée par les exactions continuent des Selekas sur des civiles pour rien, simplement parce qu ils sont de bossangoa. vraiment stupide

Par oronindji

10/09/2013 16:37

Quand ils tuent c'est normal,les gens organisent des résistances,ils crient à l'agression,comprennent-ils ce mot? C'est plutot les agresseurs agresssés.
Que djotodia nous explique,lui et son nguendet: leur feuille de route c'est de laisser tuer les centrafricains? Qui ce djotodia protège depuis qu il est arrive au pouvoir pour nous sortir aujourd'hui que des populations civiles sont agressés par les autres ,mais lui il s'asseoit sur les exactions des Selekas? Les populations civiles pour lui ce sont ce qu'il appelle musulmans tués et quels musulmans,il faut voir,le personnage est tellement menteur. verifier le coffrage des Selekas qui auraient arretes pour exactions à boyrabe car entre ce que ce goiuvernement et djotodia annoncent pour la communauté internationale et ce qui se passe sur le terrain,il y a une grande différence.Il nomme meme a des postes des gens que Selekas a deja tué,voyez vous y du sérieux?

L'heure de la vengeance de Dieu va bientôt sonner

Par Marie Pauline

10/09/2013 19:24

J'interviens en tant que Maman, Fille de Centrafrique.
Qui es tu djodjodjo tu sors d'ou je pense que tu n'es pas né d'une centrafricaine .Qu'es ce que la R C A t'a fait pour que tu ramènes des loups, des lions des barbares pour mettre à terre ce pays tant aimé L'épée du Seigneur te brisera toi et tes complices Qui t'a fait appel pour que tu viennes avec des étrangers traiter les filles et fils du pays comme des animaux trop c'est trop .L'heure de la vengeance de Dieu va sonner et sache que Dieu n'abandonne jamais les siens

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués