INTERVIEW  |    

M. Bruno Konga, incursion dans l’athlétisme centrafricain

Par Luidor Nono - 02/09/2013

«Les États forts, stables contribuent énormément pour promouvoir le sport dans leur pays. Ils favorisent aussi l'émergence des opérateurs économiques pour soutenir le sport»

 

Cadre centrafricain des Assurances et nouvellement arrivé à la présidence de la Fédération centrafricaine d'Athlétisme, il a tenu à présenter la discipline dont il a la gestion, alors qu’il revient des mondiaux d’Athlétisme de Moscou, et se prépare pour les prochains jeux de la Francophonie de Nice en septembre 2013 en France. Entretien

Vous venez de participer aux 14èmes championnats du monde d’Athlétisme, quel a été le bilan de la délégation centrafricaine?
Je reviens du 49ème Congrès de la Fédération Internationale d'Athlétisme (IAAF) où nous avons participé dans un premier temps au Congrès de l'IAAF, ensuite au 1er Forum Mondial d'Athlétisme, à la réunion de la Confédération Africaine d'Athlétisme (CAA), et enfin à l'Assemblée Générale de l 'Association Francophone des Fédérations d'Athlétisme (AFFA). C'est en marge de toutes ces réunions et rencontres que s'est tenu le championnat du Monde d'Athlétisme. Il convient de souligner que nous étions invités à cette grande rencontre mondiale au nom de la République Centrafricaine et cela a été très bénéfique pour nous car nous venons d'arriver à la tête de cette Fédération. S'il faut parler de bilan, le bilan est positif surtout que nous avons appris beaucoup de choses.

 


© journaldebangui.com
Bruno Konga, Président de la Fédération centrafricaine d'Athlétisme
Quel bilan à titre individuel?
Nous étions invités à cette grande rencontre qui nous a permis de nous imprégner du fonctionnement de l'IAAF, de l'organisation des compétitions et des règles qui régissent les compétitions Internationales notamment les règles de dopage. Les documents, les enseignements que nous avons reçus nous permettront d'affiner le plan ou du moins le programme d'action de notre fédération. Aussi, je vous informe que nous avons conservé à l'occasion de l'assemblée Générale de AFFA (Association Francophone des Fédération d'Athlétisme), le poste de Trésorier Général Adjoint de cette association. C'est une bonne chose d'accéder à ce poste cela nous permet d'avoir une représentation dans ces Institutions Sportives Internationales et nous faire connaître.

La dernière fois que l’on a entendu parler de l’Athlétisme centrafricain, cela a été lors des jeux olympiques et lors de quelques compétition en Afrique, quelle est la tendance des athlètes aujourd’hui?
Je peux vous affirmer qu'aujourd'hui l'athlétisme centrafricain commence progressivement à ce remettre après plus d'une année d'inactivité dû à une incompréhension entre le bureau sortant, les athlètes et les encadreurs techniques. Ayant pris conscience de cette situation, tout le monde a décidé de tourner la page et de regarder l'avenir avec espoir. Nous avons décidé de redonner la légitimité à tous nos athlètes et de faire de l'athlétisme Centrafricain un sport tout aussi palpitant que le football et basket-ball. Comme vous le savez, nous fonctionnons en amateur et les athlètes doivent travailler dur, ils doivent être disciplinés et observer les règles de notre sport s'ils veulent évoluer vers le haut niveau.

 


© journaldebangui.com
Rencontre avec le Président de la Ligue d'Athlétisme de la région Rhône Alpes, M. Marcel Ferrari
Mais on a aussi constaté beaucoup de défections de la Centrafrique d’une manière générale, voulez-vous présenter les difficultés de l’athlétisme centrafricain?
Plusieurs difficultés font que nous ne pouvons pas faire décoller l''athlétisme Centrafricain, entre autre l'instabilité politique du pays n'est pas favorable pour faire un travail de suivi, continu et cohérent. Nous avons aussi, un problème d'encadreur technique, il nous manque des officiels de compétition, nous n'avons pas de chronométreur à cela il faut noter le problème des infrastructures. C'est vrai que nous avons une piste en tartan mais elle est en état de dégradation. Ce joyeux a été transformé en un stade de spectacle si bien que les véhicules circulent sur ces pistes, chose qu'on ne peut concevoir ailleurs. Pour finir, la fédération n'a pas de sponsors alors que pour promouvoir au développement du sport, il en faut. Voilà autant de problèmes que nous avons, mais la nouvelle équipe que je conduis, est déterminée à trouver des voies de sortie afin de promouvoir l'athlétisme centrafricain.

Aujourd’hui quelles sont les disciplines phares? Et en dehors de la course?
En dehors de la course nous sommes en train de développer les concours tels que les lancers de javelots, les sauts en hauteur et les lancer de poids pour donner plus de chance à nos athlètes de remporter des médailles, nous avons un potentiel énorme. Aussi, nous avons décidé de fabriquer des athlètes à l'image de Wabangui Denise, Conjugo, Ndissipou Ernest etc....

Quels sont vos projets pour redonner ses lettres de noblesses aux différentes disciplines? en RCA ou à l’Étranger?
Nous sommes entrain d'affiner notre plan d'action qui va nous servir de tableau de bord. Nous avons aussi comme projet de redynamiser nos ligues provinciales si le thermomètre du pays le permet, nous ferons de la détection une priorité. Nous entendons négocier avec nos partenaires pour abriter un stage de formation des encadreurs techniques de niveau IAAF et d'organiser un championnat sous régional. Mon séjour en France m'a permis de rencontrer quelques dirigeants des ligues de France notamment le Président de EFS REIMS M. Gilbert MARCY et le Président de la ligue d'athlétisme de Rhône Alpes monsieur Marcel FERRARI qui m'ont rassuré de leur disponibilité pour nous aider. Pour réussir tout cela, il nous faut une collaboration transparente et efficace avec tous nos partenaires que ça soit le gouvernement, le CNOSCA, la CAA, l'IAAF nous souhaitons qu'il y ait une lisibilité dans tout ce que nous aurons à faire pour le bien-être de nos athlètes.

 


© journaldebangui.com
Rencontre avec le Président de la fédération d'Athlétisme de Reims M. Gilbert Marcy
Vous avez bon espoir?
Je suis optimiste pour l'avenir de notre athlétisme mais la volonté seule n'est pas suffisante. Il nous faudra un appui des pouvoirs publics et de tous nos partenaires car nous avons des talents et une potentialité énorme à exploiter.

Quelles sont vos relations (ou même les résultats) avec les anciennes gloires de l’athlétisme centrafricain?
Je viens de prendre la commande de cette fédération, j'essaie de travailler sur l'historique de l'athlétisme afin de le faire connaître au grand public mais aussi, je ne délaisse pas les anciennes gloires que je peux citer ici telles que Conjugo Michael ancien champion d'Afrique de lancer de disque, ou bien Ndissipou Ernest détendeur du record national du semi-marathon ou encore Édouard Weafio et autres, nos relations sont au beau fixe.

Est-ce que vous avez des attentes particulières vis-à-vis de l’État centrafricain?
Les États forts, stables contribuent énormément pour promouvoir le sport dans leur pays. Ils favorisent aussi l'émergence des opérateurs économiques pour soutenir le sport. Vous n'êtes pas sans ignorer que c'est l’État qui est le premier sponsor des fédérations sportives nationales donc l’État doit définir une bonne politique pour le développement du sport. C’est le sport qui a permis à certains pays d'avoir des renommés à titre d'exemple les Jamaïcains et les Éthiopiens. Pour terminer, je souhaiterais que l’État et nos partenaires puissent mettre en place un fonds de développement du sport pour que le sport en général et l'athlétisme en particulier émerge. Je vous remercie une fois de plus de m'avoir offert votre tribune pour parler de l’athlétisme Centrafricain.
 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués