DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Séléka: «Cinq mois plus tard, le bilan matériel et humain est incalculable»

Par Clement De Boutet-M'bamba - 30/08/2013

«Au-delà du leitmotiv des ‘’éléments incontrôlés‘’, la persistance de cette crise pose le problème de la continuité de la transition»

 

Le 24 mars 2013, la coalition SELEKA au terme d’une campagne militaire durant laquelle chaque parcelle conquise du territoire centrafricain fut méticuleusement détruite, est entrée dans Bangui avec son cortège de désolation. Cinq mois plus tard, le bilan matériel et humain est incalculable. Chaque fois que le ciel s’éclaircit, une nouvelle tragédie vient l’assombrir. Nous voudrions ici nous incliner devant la mémoire des milliers de personnes décédées par armes, famine, malnutrition, maladie à Bangui et dans le reste du pays sans oublier ceux qui errent ici et là dans les camps de réfugiés ou à la merci de la pluie, du vent et du soleil. Pour célébrer le 5ème mois de sa prise de pouvoir, après l’holocauste de Boyrabe, la Seleka a investi depuis 48 heures le quartier Boeing provoquant le déplacement d’une majorité de ses résidents sur le site de l’aéroport International Bangui Mpoko, seule parcelle de la RCA où la Seleka n’a pu dicter sa loi car sous protection française. Cette nouvelle crise qui fait craindre, après Boyrabe, des atteintes aux droits de l’homme et la violation des patrimoines privés appelle de notre part une condamnation totale. Rien, en effet, ne peut excuser ces crimes qui sous d’autres cieux auraient déjà donné lieu à une action au niveau de la justice locale ou internationale. Chaque jour qui passe, à Bangui et dans le reste du pays, un Centrafricain se fait rançonner, un autre se fait violer, tandis qu'un autre est exécuté. Au-delà du leitmotiv des « éléments incontrôlés », la persistance de cette crise pose le problème de la continuité de la transition. Autrement dit, est posée la question de la responsabilité politique et pénale du Chef de l’État de Transition, du 1er Ministre, du Président du CNT, des membres du gouvernent ainsi que ceux du Conseil National de Transition.

 


© journaldebangui.com
Clement De Boutet-M'bamba
Nous exigeons:
- La «DESELEKALISATION» immédiate de Bangui et de tous les Centres urbains de Centrafrique;
- Le cantonnement volontaire ou obligatoire des Séléka originels et des auto-incorporés;
- Le regroupement des agents de la Police, Gendarmerie, Douane, Garde-forestier suivi de la mise en place des brigades mixtes avec la composante policière de la FOMAC(MISCA) et leur déploiement sur l’ensemble du territoire national ainsi que dans les huit arrondissements de Bangui;
- Le lancement immédiat du processus DDR et la Réforme du Secteur de Sécurité coordonné par les Nations-Unies qui doit aboutir à la mise en place des nouvelles Forces Armées Centrafricaines;
- L’annulation immédiate des promotions militaires décrétées entre le 24 mars et le 18 août 2013;
- Le retrait sans condition de la composante Tchadienne de la FOMAC(MISCA) et son remplacement par des troupes de pays non belligérants dans la crise centrafricaine tels que le Kenya, l’Éthiopie, l’Ouganda et l’Angola;
- La mise en place d’une Cour Pénale Spéciale ouverte à l’Union Africaine, l’Union Européenne et la Cour Pénale Internationale pour instruire les dossiers des atteintes aux droits de l’homme depuis le 10 décembre 2012 à ce jour.

 

Afin de restaurer la République et de sauver l’essentiel à savoir le Centrafricain, nous demandons:
A la CEEAC et à l’UA de constater les limites des responsables de la Transition et de diligenter la diplomatie nécessaire afin de sauver le Centrafrique et de porter assistance aux Centrafricains.
A la Communauté Internationale qui se réunira à partir du 17 septembre 2013 à New York pour la 68ème session Annuelle de l’assemblée Générale des Nations-Unies de se servir du rapport du Secrétaire Général du 05 août 2013 afin d’aider la République Centrafricaine à renaître de ses cendres et mettre un terme à la souffrance des cinq millions de Centrafricains, otages dans leur propre pays.

A la France d’aider la RCA et les Centrafricains à sauver le pays et les vies comme au Mali. Au Rwanda vous y étiez et à tort ou à raison on vous accuse d’avoir laissé le génocide se produire. Présente en République Centrafricaine, vous ne pouvez pas dire que vous ne savez pas. Aidez-nous à nous sauver!

A mes Frères et Sœurs du Rassemblement Démocratique Centrafricain, au stade actuel, sans rectificatif majeur, la question de notre présence dans les institutions de cette transition doit être posée car c’est pour restaurer la République et protéger le Centrafricain que nous y sommes, c'est cela le SO ZO LA. Or, avec ces tragédies quasi quotidiennes, nous accompagnons plutôt le pays et le peuple vers la liquidation totale.

Au peuple de Centrafrique que l’audace de résister et de vivre soit l'unique motivation. A toi, responsables de Boeing, Boulata que les autorités transitoires recevront ce jour, l'unique exigence est la PAIX, là, maintenant. Elle ne saurait faire l'objet de marchandage. Refuses donc les enveloppes de CFA qui seront distribuées et demandes aux autres qui ont reçu de les restituer car ton sang et ta paix ne sont pas des valeurs marchandes.

À toi, fils et fille de Boeing, Cattin, Ouango, Boyrabe, Bangui, Bimbo et de toute la République revient la mission d’opposer aux canons et à la barbarie, ta soif de liberté, de démocratie, de laïcité et de vie. Que Bangui-Mpoko, la Place de la République, le Monument des Martyrs et toutes les places de nos villes et villages deviennent nos Tahrir Square car notre sang versé et les souffrances subies crient à la liberté pour briser la misère et la Tyrannie.

Bucarest, 29 août 2013
 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

reponse aux parleurs des 4 coins du monde

Par syrus

03/09/2013 10:42

bjr. J'aimerai souligner que tous ces beaux parleurs épinglés et affublés de sigles de partis sans cesse crées, et dont on ne sais jamais qui ils sont vraiment ni leurs faits d'armes qui leur permettent de s'exprimer, feraient mieux d'avoir le courage de venir à bangui et de dire à la face de dotodjia et tiangaye ce qu'ils savent dire du bout de leurs plumes.
et une fois qu'ils auront dit les 4 vérités à ces 2 messieurs, partir tenir barricade avec le peuple qui n'attend que ça.
a ce moment leur courage leur permettra de s'exprimer au nom du peuple et le respect qu'il attirera appellera les nations éprises de démocratie de leur venir en aide.
c tres simple à faire mais qui est capable?
mrs ziguelé et cie à vous de jouer et nous verrons si vous aimez votre peuple ou si vous ne désirez qu'assouvir vos ambitions personnelles.
a bon entendeur salut et évitez dorénavant de vous apitoyer sur le sort d'un peuple qui se meurt pendant que vous sucrez votre apéritif dans les diverses capitales qui ne connaissent que le gout de l'argent c à dire le votre.

solution du problème

Par marnia

03/09/2013 10:50

la solution du problème est simple.
ne plus s'apitoyer.
Trouver un vrai leader qui ira voir les 2 patrons et qui leur dira qu'il doivent partir. cela étant impossible.
il ira tenir barricades à travers tous les quartiers, aidé par toute la population et en même temps préviendra la communauté internationale.
il y aura du sang de versé mais la victoire sera au bout car toutes les forces éprises de justice viendront à leur aide
il n'y a pas d'autre solution ni d'autre alternative

MERCI

Par abou

04/09/2013 04:14

MERCI A CE BEAU ET FIER FILS DU PAYS. EN PRIANT DIEU QUE LA DESEKELISATION SOIT DÉCIDÉE PAR LE CONSEIL DE SÉCURITÉ EN FIN SEPTEMBRE 2013. SINON NOUS SERIONS OBLIGÉS DE PRENDRE LES ARMES.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués