NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Coopération: des conseillers centrafricains au Niger

Par Source: APA - 28/08/2013

Une délégation d’officiels, conduite par Alexandre Ferdinand N’Guendet est en mission de travail au Niger jusqu’au 1er septembre

 

Elle veut s’inspirer de l’expérience nigérienne en matière de diplomatie parlementaire, pour soigner l’image du processus de transition engagée en Centrafrique, depuis la destitution par les rebelles de la Séléka du général François Bozizé. La mission composée des membres du Conseil national de la Transition, a eu d'intenses échanges avec le groupe parlementaire d'amitié Niger-Centrafrique, auquel elle a expliqué les défis qui se posent à la transition en cours dans ce pays d'Afrique centrale, confronté régulièrement à des soubresauts politiques. «Nous sommes venus au Niger pour bénéficier de l'expérience du Président de l'Assemblée qui a été plusieurs fois Premier ministre du Niger et celle du Président de la République qui a aussi joué un rôle important pendant les moments difficiles que le Niger a connu», a indiqué à la presse, Ferdinand N'Guendet, président du Conseil de transition en Centrafrique.

 


© http://news.aniamey.com/
Alexandre Ferdinand N’Guendet, président du Conseil National de Transition de la République Centrafricaine et Hama Amadou, Président de l’Assemblée Nationale du Niger
Bangui veut également entretenir des relations «privilégiées» avec Niamey où le groupe d'amitié Niger-Centrafrique travaille ardemment pour aider ce pays à retrouver la voie de la démocratie. Selon Ferdinand N'Guendet, «aujourd'hui un peu partout en Afrique, la diplomatie parlementaire joue un rôle très important dans l'encrage de la démocratie et le développement économique. Nous avons échangé sur les deux volets». Il a aussi souhaité une bonne implication de La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest, dont le Niger est membre, pour accompagner la Centrafrique, membre de la CEMAC, «à renouer avec la voie de l'émergence d'ici 2025». La situation sociale et sécuritaire reste précaire en Centrafrique depuis l'offensive éclair menée en mars dernier par les rebelles de la Séléka pour chasser le président Bozizé du pouvoir. Depuis lors, le nouvel homme fort de Centrafrique, Michel Djotodia, multiplie les efforts, pour soigner l'image de la transition en cours mais entachés souvent par des exactions contre des populations civiles notamment à Bangui, la capitale.

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

centrafrique/niger

Par Koraa

28/08/2013 23:50

Pendant que la population civile se fait massacrer par les mercenaires soudanais et tchadiens, ils vont courir toute l'afrique pour chercher experiences... mais ces experiences des autres sont l'aboutissement de leur patriotisme et de leurs capacites de defendre leur pays.Ceux qui les acceuillent doivent bien se moquer d'eux. Il faut les distraire avec les dollars venant d'ailleurs en leur offrant des illusions mondaines dont ils se gavent au detriment du people qui perit et broie de la poussiere.

Trio d'enfer

Par B. G. St Amour

29/08/2013 12:04

Pendant que le peuple souffre des exactions des éléments de la Séléka, il est honteux de voir un responsable de ce niveau se pavaner en jouant "au grand" alors qu'il n'est qu'un minable, un inconscient, un égoïste. Quelles exériences va-t-il chercher?

Chacun cherche à se remplir les poches en se doutant bien que cette transition risque de tourner court avec les exactions continuelles des Séléka!

Nguendet peut il justifier l'opportunité d'une telle mission alors que les retraités croupissent depuis plusieurs mois sans pensions?

Le PM Tiangaye peut-il justifier la cinquantaine de millions de f CFA qu'il a empochés pour sa fameuse mission d'à peine une semaine en France? Peut-il nous fournir les justificatifs de ses hypothétiques soins?

Djotodia peut-il nous justifier la présence de son épouse et de ses enfants dans toutes ses dernières missions à l'extérieur?

Pauvre Centrafrique!

Le trio d'enfer DJO-TIA-NGUE nous justifiera le moment venu tous ces détournements déguisé et leur silence complice par rapport aux exactions des Séléka!

On se pose de plus en plus la question de savoir quel peuple le CNT représente? Ce peuple qui souffre pendant qu'il se tape de bons moments dans les hotels de luxe dans les pays d'Afrique où les dirigeants se distinguent par leur volonté de faire avancer les choses dans leur pays?

Le Président du CNT n'a même pas eu la décence de dénoncer les exactions des quartiers Boy_rabe et BoeÏng. Dans tous les cas, il aurait emboité le pas aux autres pour soutenir l'hypothèse de sésarmement alors que tout le monde à Bangui, y compris les partenaires qui nous accopagnent savent pertinemment que le désarmement n'est qu'un prétexte!

Le trio d'enfer ne se rend même plus compte que personne de croit en leur fameux désarmement quand au vu et au su de tout le monde, des pick up remplis de biens volés qui sortent des quartiers investis! Quelle honte.

St Amour.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués