DOSSIERS  |     DOSSIERS+  |     FORUM BRAZZAVILLE  |    

Quand les centrafricains du BM2 libérèrent Paris en août 1945

Par Passema Endjiago F. Président du CACDCA - 26/08/2013

Lundi 26 août 2013, sur la place de l’Hôtel de ville de Paris, de vibrants hommages seront rendus à tous ceux qui ont participé à la libération de la capitale française

 

Le 25 août 1945, sur la place de l’Hôtel de ville de Paris, le général de Gaulle prononçait la célèbre formule «Paris outragée, Paris brisée, Paris martyrisée, mais Paris libérée… ».

Aujourd’hui, dimanche 25 août 2013
Les Parisiens, autour de leur Maire, Bertrand DELANOY et les élus de la capitale, rendent hommage aux libérateurs, aux résistants qui, il y a 69 ans, ont bouté hors de la Ville l’occupant nazi. Parmi les libérateurs de Paris, il y avait des soldats CENTRAFRICAINS qui avaient combattus avec tant de bravoure, or la Centrafrique est depuis outragée, brisée, martyrisée, mais personne ne veut entreprendre quoique ce soit pour qu’elle soit libérée. Après l’appel du 18 juin 1940, suite à l’invasion de la France par l’Allemagne nazie, le 23 octobre 1940, le général de Gaulle arrive à BANGUI en provenance de DOUALA pour chercher la participation de nos pères à la libération de la France.

 


© journaldebangui.com
Passema Endjiago F. Président du CACDCA
Le 1er novembre 1940, le Commandant René de Roux, de la garnison de BANGUI, met sur pied une unité de marche, appelée Bataillon de Marche N° 2 (BM2), destinée à participer aux combats futurs de libération de la France. Des centaines de CENTRAFRICAINS, dont KOUDOUKOU, DOUMBIA, ENDJIAGO, KOUDOUSSARAGNE, ANGBADROU, MOUNIRO….ont ainsi été mobilisé pour cette entreprise. La Bataillon de Marche de l’Oubangui (BM2) était réparti en cinq (5) groupes :
- un groupe franc commandé par le sergent-chef Conus,
- la 5e Compagnie avec le capitaine Amiel,
- la 6e Compagnie avec le lieutenant Hautefeuille
- la 7e Compagnie avec le lieutenant Ferand
- la 7e compagnie d’accompagnement avec le capitaine Duché de Bricourt.

Le 25 décembre 1940, les CENTRAFRICAINS quittent BANGUI pour Brazzaville et Pointe Noire d’où ils partirent vers Port-Soudan, via l’Afrique du Sud. Ils n’arriveront à destination que le 9 avril 1941 après la fin des combats en Erythrée. Après avoir rejoint d’autres unités de la division Legentilhomme à Qastina en Palestine, les combattants CENTRAFRICAINS prendront part à la campagne de Syrie, où ils se distingueront lors des combats de la route des Djebels (Djebel Galaat Hassane, Djebel Bou Atriz) et de la prise de Damas (21-22 juin 1941). Ils participèrent ensuite au maintien de l’ordre dans la région de Homs (Syrie), à Alep et sur les bords de l’Euphrate.

Après avoir contribué à la reddition de la garnison allemande d’Halfaya, les combattants CENTRAFRICAINS vont participer aux opérations précédant le siège de Bir Hakeim (février-mai 1942). Chargés de la défense du secteur nord-ouest, l’un des plus violemment attaqué par les troupes de l’axe, ils perdront durant de furieux combats près de 40% de leurs effectifs (dont plusieurs centaines de tués). Revenus à Beyrouth en juillet 1942, les combattants CENTRAFRICAINS sont passés en revue par le général de Gaulle le 12 août. En leur décernant une citation à l’ordre de l’armée le 28 août 1942, de Gaulle évoquera en ces termes le BM2: «Blancs et Noirs de l’Oubangui, étroitement unis, ont donné dans la campagne 1941-1942, un bel exemple de patriotisme et de valeur militaire». Le 2ème Bataillon de Marche de l’Oubangui (BM2) sera fait compagnon de la libération le 20 novembre.

Au début de décembre 1942, les combattants CENTRAFRICAINS sont envoyés à MADAGASCAR où ils débarquent à Tamatave à la fin de février 1943. De retour à BANGUI le 24 octobre 1943, nos pères, les combattants CENTRAFRICAINS, étaient triomphalement accueillis. En mars 1944, nos papas combattants repartiront pour la France où ils n’y parviendront qu’au début de 1945 pour prendre position devant la poche allemande de Royan dont ils enlevèrent plusieurs positions à la mi-avril. Le 18 juin 1945, le BM2 marche en tête des Forces Françaises Libres (FFL), conduites par le général de Larminat sur les Champs-Elysées à Paris.

Lundi 26 août 2013 sur la place de l’Hôtel de ville de Paris de vibrants hommages seront rendus à tous ceux qui ont participé à la libération de la capitale; Nous invitons les Parisiens, les élus et les agents de la Ville de Paris à avoir une pensée pour les descendants de ces CENTRAFRICAINS du Bataillon de Marche de l’Oubangui (BM2) qui se sont battus avec bravoure pour la libération de la France en général et de Paris en particulier.

 

 
MOTS CLES :

7 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

en août 1945 Paris est libéré depuis un an

Par Jacques Ghémard

26/08/2013 16:21

Oui, Paris a été libéré par la 2e DB française et la 4e DI américaine, en août 1944. La guerre s'est terminé en Europe en mai 1945 et elle est sur le point de se terminer au Japon ce 25 août 1945.

Le BM2 n'a donc pas combattu à Paris mais n'a fait qu'y défiler.

Et peut être serait-il bon de rappeler que les combats en Syrie, c'était contre les Français obéissant à Vichy.

merci mingui

Par simpliste

26/08/2013 22:55

Amertume quand tu me prends???, je ne suis pas historien et tout ce que je sais de cette époque, c'est les témoignages de mes grands parents avec des photos qu'ils gardaient fièrement et qu'ils ressortaient pour nous montrer pendant les commémorations des anciens combattant. Le dernier d'entre eux était mort dans l'indifférence totale, dans la souffrance. Il avait encore dans une des jambes, une balle non extraite qui l'empêchait de vaquer à ses occupations( pour faire 100m il mettait seulement 1 heure) Bref... IL AVAIT RECU CETTE BALLE LORS DU DEFILE DE PARIS.

Amertume quand tu prends???, C'est vrai que entre Déclassification partielle des documents de l'époque, Rôle positif de la colonisation et Non intéressement des historiens Centrafricains, c'est difficile de savoir la vérité.

Amertume..., je sais que, indépendance oblige, c'est aux centrafricain de construire leur pays. C'est pour cela que je n'en veux pas aux français qui sont de bons amis, et je comprends qu'ils en ont marre de la Centrafrique qui n'a jamais fait comme les autres anciennes colonies françaises; MAIS C'EST PLUTÔT A CES MARCHANDS D'HYPOTHEQUE DE L'AVENIR DE LA JEUNESSE CENTRAFRICAINE QUI ONT GOUVERNE CE PAYS JUSQU'A CE JOUR ET QUI ONT FAIT DE CE PAYS "UN ETAT MENDIANT" alors qu'il y a un potentiel énorme.

J'ESPERE QUE C'EST LE DERNIER EVENEMENT DE CE GENRE, ET QUE CHAQUE RESSORTISSANT CENTRAFRICAIN DOIT SE REMETTRE EN QUESTION POUR UNE VERITABLE REVOLUTION DE MENTALITE: C'EST URGENT POUR LA PAIX ET LE DEVELOPPEMENT DE CE PAYS

CENTRAFRICAINEMENT

Aucune difficulté pour connaitre la vérité sur le BM2

Par Jacques Ghémard

26/08/2013 23:41

Ce bataillon étant Compagnon de la libération, il n'y a aucune difficulté pour connaitre son histoire qui est résumée sur le site de l'Ordre de la Libération

http://www.ordredelaliberation.fr/fr_unite/bm2.html

Et son histoire se termine ainsi : "le BM2 se distingue ensuite particulièrement les 15 et 16 avril en enlevant une série de positions ennemies truffées de blockhaus et en prenant le village de Didonne. Il compte pour les combats de libération de Royan 23 tués et 84 blessés. Transporté sur le front de La Rochelle le 30 avril, le Bataillon participe aux dernières opérations de nettoyage jusqu’à la capitulation allemande.

Le 18 juin 1945, à Paris, un détachement du BM2 a l'honneur de défiler sous l'Arc de Triomphe. Rapidement, les réservistes quittent le bataillon avant le rapatriement des Africains à partir de septembre 1945 alors que les cadres rejoignent diverses affectations. Le Bataillon de marche n° 2 est officiellement dissout le 1er novembre 1945. Durant tous les combats auxquels il a pris part, il aura perdu 473 des siens, 167 tués et 306 blessés. 20 compagnons de la Libération sont issus de ses rangs."

Maintenant si vous voulez imaginer des combats dans Paris alors que cette ville est libérée depuis un an et que l'Allemagne a capitulé depuis 3 mois, c'est votre liberté poétique.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • F. PASSEMA ENDJIAGO - cacdca@hotmail.com
  • Mob. : 06 85 65 61 19

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués