SOCIéTé  |    

Centrafrique: François Hollande et les ONG

Par journaldebangui.com et autres médias - 25/08/2013

Le président français François Hollande a reçu vendredi 23 août, les représentants de plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) opérant en RCA

 

La présidence de la République française a indiqué, dans un communiqué, que six ONG ont participé à cette rencontre avec le chef d’Etat français, nommément la FIDH, le CCFD-Terre Solidaire, Action contre la faim, le Secours Catholique, Médecins sans Frontières, Médecins du Monde et "Crisis action". M. Hollande a profité de son entrevue avec des membres des 6 ONG présentes sur le terrain pour appeler l’ONU à "s’impliquer encore davantage pour résoudre la crise en RCA", tout en mentionnant la tenue, le 14 août dernier, de consultations au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies. Il a, en outre, souligné "la nécessité absolue de rétablir la sécurité pour assurer l’accès humanitaire à la population et permettre la mise en place d’un processus politique sur la base des accords de Libreville et de N' Djamena".

 


© elysee.fr
Rencontre avec les ONG travaillant en Centrafrique à l'Elysée
Les ONG n'ont accès qu'à 20% du territoire
Pour François Danel, directeur général d'Action contre la faim (ACF), cité par RFI, il y a, en effet, urgence. Soulignant qu’il y a actuellement «1,6 million de personnes qui sont en insécurité alimentaire», le directeur d’ACF a évoqué une situation catastrophique. «La saison agricole a été ratée, et donc la situation va encore s’aggraver, dans les mois qui viennent. La situation nutritionnelle est catastrophique. La situation de la santé est catastrophique», liste-t-il, insistant sur un chiffre: «Aujourd’hui, les humanitaires que nous sommes n’accèdent qu’à 20 % du territoire de la RCA.» François Danel accuse la situation sécuritaire dans le pays, qui empêche les ONG d’«assister les populations vulnérables».

 


© elysee.fr
Rencontre avec les ONG travaillant en Centrafrique à l'Elysée
Dans ce contexte, M. Hollande a tenu "à saluer le rôle et la mobilisation des ONG en faveur de la population de RCA", tout en rappelant le soutien de la France aux initiatives de l’Union africaine et de la Communauté des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC), en particulier la Mission Internationale de Soutien en Centrafrique (MISCA). «Il y a un vrai enjeu pour que la force africaine pacifie le pays, sécurise le pays, de manière à ce que les humanitaires et les autres puissent faire leur travail par rapport à une situation qui est dramatique et qui va encore s’aggraver», a plaidé sur le perron de l’Elysée, François Danel, à l’issue d’un échange avec le président français qu’il a inscrit dans une démarche de «mobilisation politique, pour que cette force africaine ait des moyens logistiques humains et financiers à la hauteur de la gravité de la situation dans le pays.»

«La totalité de la population (centrafricaine) de 4,5 millions d' habitants est affectée par la crise et 1,6 million de personnes ont un besoin urgent d' aide humanitaire avec 200 000 déplacés et 500 000 personnes souffrant de malnutrition», a précisé le communiqué. La RCA est confrontée à une crise politique profonde depuis la chute du président François Bozizé, à la suite de la prise de Bangui par les rebelles, le 24 mars dernier.
 
MOTS CLES :

5 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

La France aux ordres des americains ! Lisez plutôt ce rapport du Pentagone

Par ketezo

25/08/2013 20:52

Iran et le Soudan commencer à exécuter des mouvements de dominer Afrique occidentale et centrale et

Par Gregory R. Copley | Tue, 02 Juillet 2013 21:54 | 0

La République centrafricaine est devenue un acteur clé, travaillant sous soudanais et la direction iranienne, dans l'action djihadiste, visant à profiter de la baisse de l'influence de l'Occident en Afrique occidentale et centrale, même si elle remet en cause les intérêts de leur allié traditionnel, la République populaire de la Chine. Les gouvernements de l'Iran et le Soudan se préparent à une poussée stratégique majeur en Afrique de l'Ouest, à la fois dans le Sahel et sur les rives du golfe de Guinée.

Les mouvements ont déjà pris de l'ampleur et de défi de l'Iran et commanditaire majeur du Soudan, de la République populaire de Chine (RPC), ainsi que de l'Ouest. L'objectif ultime de cette poussée est de consolider le contrôle et / ou d'influence sur cette vaste région et son pétrole considérable, de gaz, d'uranium et d'autres minéraux (métaux rares et des terres rares) réserves.

Dans le même temps, la hausse serait d'anticiper et de prévenir à la fois les Etats-Unis / West / présence de l'OTAN et de la propagation de l'anti-chiites entités takfiri-djihadiste. La montée est d'une telle importance pour l'Iran et le Soudan qu'ils sont prêts à risquer une crise avec leur grand mécène d'énergie primaire, la République populaire de Chine. En cas de succès, cette montée pourrait transformer le statut d'Afrique de l'Ouest. Gouvernement religieux de l'Iran a cherché à devenir une puissance majeure en Afrique de l'Ouest depuis le début des années 1980, une fois que l'Administration Khomeini a consolidé sa base de pouvoir domestique après la chute du Shah en 1979.

Dès le début, l'Iran a travaillé en étroite collaboration avec les membres radicalisés de la communauté chiite libanaise le long des côtes du golfe de Guinée (et ceux-ci ont évolué dans les réseaux du Hezbollah). À l'époque, l'Iran a coopéré avec la Libye de Kadhafi (principalement dans le Sahel), y compris la conduite des frappes terroristes sophistiqués tels que l'explosion mi-air 19 Septembre 1989, qui a abattu le vol UTA 772 sur le Niger. Depuis la fin des années 1980, le principal partenaire de l'Iran en Afrique a été Pres. Le gouvernement soudanais d'Omar Hasan Ahmad al-Bashir. Khartoum a emboîté le pas et politiques, à tel point qu'il évoluerait dans le proxy de Téhéran sur plusieurs questions clés de Téhéran. Cependant, plus les développements mondiaux depuis le début du 21e siècle ont affecté la remontée régionale de l'Iran et le Soudan. En vue d'assurer la pleine expansion pénétration économique de la Chine dans la région, Pékin a exigé la stabilité croissante et a averti la fois Téhéran et Khartoum qui remet en question, ou des perturbations de, le développement économique ne seraient pas tolérées. Les deux Téhéran et Khartoum devaient respecter cette restriction, étant donné l'importance croissante des relations irano-chinois et soudanais chinois.

En outre, la République populaire de Chine compensé les deux pays avec l'aide militaire et économique somptueux, ainsi que les contrats pétroliers lucratifs. En outre, l'Iran ne pouvait ignorer les activités antiterroristes occidentaux sous commandement américain intenses dans le Sahel au lendemain du 11/9. Par conséquent, à la fois Téhéran et Khartoum a décidé d'abaisser le profil de leurs activités afin d'éviter les conflits et les confrontations inutiles.

Après tout, le commandement américain Ouest tentait de localiser et de détruire les bêtes noires takfiri-djihadiste de Téhéran dans la région. Par conséquent, l'Iran et ses alliés du Hezbollah locaux axés sur la construction d'infrastructures à long terme, des réseaux clandestins, et les caches d'armes souterrains à travers l'Afrique occidentale. À cette fin, l'Iran livré plusieurs
énormes quantités d'armes par bateau vers les ports du Golfe du Guinée.

L'une de ces expéditions fut capturé par les forces de sécurité nigérianes à la fin Octobre 2010. Pendant ce temps, le Soudan est retourné à se concentrer sur sa zone d'influence traditionnelle dans la Corne de l'Afrique avec l'Iran surveiller étroitement de ses forces militaires et des installations de renseignement à Assab, en Erythrée sud. Cependant, l'Iran n'a pas désengager complètement du bouleversement croissant et l'insurrection dans le Sahel. Pendant toute la durée de profil relativement bas dans les premières années du 21ème siècle, l'Iran est resté la principale source de munitions, d'explosifs et d'autres matériels de guerre pour toutes les forces anti-gouvernementales, indépendamment de leurs idéologies de toute l'Afrique occidentale.

La plupart des insurrections n'auraient pas pu être soutenue logistiquement et militairement sans les approvisionnements iraniens. Par conséquent, les services de renseignements iraniens a réussi à établir une présence sur toutes les lignes continentales de communications, ainsi que d'établir de bonnes relations et la coopération opérationnelle avec toutes les forces subversives dans cette vaste région, indépendamment de leurs objectifs et leurs motivations. La quasi-totalité de ces armes et munitions ont été poussés en Afrique de l'Ouest via le Soudan, où l'Iran a établi un vaste réseau de sites de stockage.

Au printemps et en été 2011, les énormes stocks d'armes qui Kadhafi avait construit pour le parrainage de «guerres de libération» en Afrique ont commencé à tomber aux mains des djihadistes. Beaucoup de ces djihadistes étaient protégés de Qods des Forces de l'Iran, tandis que de nombreux autres ont reçu un abri et un soutien dans de Bashir du Soudan. Avec leur aide, ainsi qu'avec l'aide des agents du Hamas première dirigée par Abdul Latif al-Ashkar (qui serait la cible tué par Israël près de Port Soudan le 5 Avril 2011), l'intelligence iranienne a lancé un effort énorme pour acheter complet libyen sites stratégiques de stockage, d'abord à Benghazi et dans le reste de la Cyrénaïque, puis dans le grand sud libyen.

Les djihadistes libyens envoyés envoyer plusieurs convois d'armes et de munitions à leurs frères dans le Sahel par Sabha et au Tchad, ainsi que plusieurs convois vers leurs frères dans la bande de Gaza et la péninsule du Sinaï. Cependant, loin de plus grandes quantités d'armes chimiques, des missiles, des roquettes, des armes légères, des munitions et autres équipements militaires sont allés au Soudan via Koufra. Ces convois étaient escortés par des djihadistes venus du Soudan qui sont entrés en Libye pendant la guerre. Dans la première moitié de 2012, des armes en Libye d'origine, les munitions et autres équipements militaires ont commencé à apparaître sur les lignes d'alimentation Iran à majorité originaires du Soudan dans toute l'Afrique de l'ouest.

La flambée irano-soudanais en Afrique de l'Ouest semble être sur la bonne voie. L'Iran a été catégorique sur le contrôle des gisements uranifères dans le Sahel pour son propre programme nucléaire, ainsi que de nier le pétrole et les métaux rares vers l'Ouest, tout en accélérant l'accès Chinois en échange de faveurs stratégiques. L'intervention militaire française et américaine contre les insurrections jihadistes dans le Sahel au début de 2013 n'a fait que renforcer l'Iran et du Soudan décident d'élargir considérablement leurs opérations à travers toute l'Afrique de l'ouest. Cependant, il y avait un nouveau tournant dans la stratégie iranienne soudanais. En plus de renforcer le soutien et la coopération avec AQMI et d'autres groupes djihadistes, Khartoum, en face d'un invisible Téhéran, également tendu la main aux collectivités locales qui étaient de plus en plus inquiets de la présence américaine et occidentale. Khartoum a souligné que l'US-led Ouest provoquait des troubles civils (au nom de la démocratie) et l'insurrection (par groupes ethniques, les tribus et les communautés islamistes djihadistes). Khartoum a promis gouvernements locaux qu'il capitaliser sur les relations spéciales entre le Soudan et AQMI et d'autres groupes ethno-centristes et jihadistes afin de les aider - les gouvernements assiégées - avec la réconciliation nationale aussi longtemps que les Etats-Unis, la France et l'Occident ont été mis à l'écart.

De plus en plus frustré et préoccupé par la lourde intervention américaine et occidentale, plusieurs gouvernements ont exprimé leur vif intérêt pour les offres de médiation soudanaise. Pendant ce temps, l'Iran a poursuivi en mettant l'accent sur son implication croissante dans la guerre en Syrie. Dès le début de 2013, Téhéran est devenu inquiet d'une intervention militaire de l'OTAN sous commandement américain en Syrie. La réalisation grand-stratégique principal de l'Iran est la consolidation d'un axe sur terre chiite dominé par l'Iran via l'Irak et la Syrie tout le chemin vers le bastion le Hezbollah sur les rives de la Méditerranée. La consolidation et le maintien de cet axe a coûté Iran et ses diverses procurations (le Hezbollah ainsi que irakiens, syriens et pakistanais milices chiites) beaucoup de sang et d'argent.

En dépit de ses grands succès à ce jour, Téhéran est conscient que le lancement d'une campagne aérienne de grande envergure contre la Syrie - apparemment à la définition d'imposer une "No Fly Zone" - mettrait en péril l'existence de cet axe. Par ailleurs, le brassage Faille de l'Iran avec le Hamas à Gaza et en Syrie rend le tracé terrestre alternatif via palestinien dominé par le nord de la Jordanie impossible. Par conséquent, les changements stratégiques possibles dans le Moyen-Orient ont rendu impérative l'Iran d'établir des voies d'approvisionnement alternatives pour le Hezbollah et la Syrie via la Méditerranée. Ces voies d'approvisionnement seraient par bateau, en provenance du Soudan via le canal de Suez vers le Levant.

Ainsi, Téhéran a décidé d'élargir considérablement le stockage de l'avant et de base d'approvisionnement à Port-Soudan afin de mieux et plus vite soutenir l'effort de guerre en Syrie et au Liban. Initialement, l'Iran et le Soudan ont convenu de simplement agrandir et moderniser la base avancée pour la fourniture du Hamas et d'autres entités de djihadistes dans la bande de Gaza et le Sinaï. Bunkers de stockage fortes étaient déjà en cours de construction à Port-Soudan à la suite du bombardement israélien de l'usine de missiles antimissiles Yarmouk et dépôts près de Khartoum à la fin Octobre 2012. La nouvelle stratégique prospective fondant à Port-Soudan permettrait Iran de fournir rapidement des armes aux clients et aux mandataires dans toute la région. Parallèlement, Téhéran a chargé le Hezbollah au printemps 2013 pour préparer les installations côtières sécurisés considérés comme cruciaux pour le maintien de l'approvisionnement en militaires iraniens clé Assad et l'élan du Hezbollah en Syrie. En mai 2013, il ya eu un soudain sentiment d'urgence à Téhéran en raison de l'évolution de l'Afrique occidentale.

Les forces de sécurité nigériane exposé un réseau Hezbollah au Nigeria et déterré l'énorme cache d'armes qu'il avait enterré. Plus que l'arrestation de quelques agents du Hezbollah, Téhéran a été alarmé par la corrosion des armes dans la cache qui les rendait inutilisable. Experts de renseignement iraniens craignent maintenant que les nombreux autres caches enterrées et cachées par le Hezbollah libanais agents le long de la côte du Golfe de Guinée sont en forme même inutilisable. Par conséquent, il a émergé un impératif urgent d'élargir considérablement sur terre axes logistiques pour pousser les grandes armes des quantités à la fois l'alimentation djihadiste mise poussée dans toute la région et restaurer les caches corrodés dans toute la région.

(La capture au Nigeria à la fin Octobre 2010, du navire d'armes iraniennes, dont des agents clés ont été reconnus coupables et condamnés par hasard toujours en mai 2013, convaincu Téhéran que l'utilisation d'opérations de contrebande via les ports maritimes était un itinéraire trop risqué, même si elles permettent plus grande arme expéditions.) Iran et le Soudan ont conclu que l'infrastructure militaire au Soudan doit être considérablement élargie et renforcée afin de soutenir la poussée en Afrique de l'Ouest ainsi que résister à des frappes de représailles possibles.
Ainsi, la décision de l'Iran de déferler vers l'ouest à travers l'Afrique occidentale tout le chemin vers les côtes de l'Atlantique a été le facteur dominant derrière les changements stratégiques au Soudan.

Le rythme de construction des installations militaires iraniennes dans tout le Soudan ramassé au printemps 2013. En mai 2013, le rythme et l'ampleur de la construction des bases navales, militaires et logistiques iraniens à Port-Soudan ont nettement progressé. Unités de CGR en civil et une vaste armée de travailleurs soudanais construire deux quais logistiques pour télécharger et envoyer rapidement des navires et des quais militaires pour soutenir les navires de guerre et sous-marins. Plus loin du port, les Iraniens et les Soudanais sont la construction de plusieurs nouvelles grappes de bunkers fortifiés et d'autres sites de stockage. Les deux nouveaux quais et les sites de stockage fortifiés seraient en mesure de gérer des chars et des véhicules de combat, des systèmes de missiles, de l'artillerie automotrice et d'autres armes lourdes. À la mi-mai 2013, les unités du CGR a commencé la construction de clôtures, miradors et les fortifications, ainsi que la construction de postes de défense aérienne fortifiés où seraient déployés batteries SAM.

A l'heure actuelle, l'ampleur des activités de l'Iran et le Soudan est difficile à dissimuler. Khartoum et Téhéran s'inquiètent de plus en plus qu'Israël, les Etats-Unis ou d'autres puissances occidentales, suivent de près les progrès et même pourraient tenter de saboter les nouvelles installations portuaires. Les experts en sécurité iraniennes ont averti que leurs nouvelles installations étaient pratiquement adjacent aux installations exportateurs de pétrole de Port Soudan. À la mi-mai 2013, le Soudan du Sud était de commencer à exporter son pétrole à travers les installations de chargement de pétrole à Port Soudan. Téhéran craint que lorsque les clients de pétrole du Soudan du Sud - l'ami fidèle de l'Occident et Israël - arrivent avec des camions-citernes, ils seront en excellente position pour espionner, et même grève, les installations militaires iraniennes tentaculaires à Port-Soudan.

Ainsi, le 8 Juin 2013, les Prés du Soudan. Omar al-Bashir a soudainement annoncé l'arrêt des exportations de pétrole soudanais du Sud via le pipeline du Soudan. Bashir a annoncé, avec de grandes envolées lyriques populistes, sa décision de fermer l'oléoduc dans un rassemblement public à Khartoum. Sur scène, Bashir se tourna vers le ministre du Pétrole Awad al-Jaz, qui se tenait derrière lui, et lui a donné des instructions sur les questions de l'Etat. "Demain, vous ... ordonnera que les compagnies pétrolières à fermer le pipeline ", a déclaré Bashir al-Jaz avec les micros ouverts et les caméras de télévision de roulement. Bashir puis se tourna vers le public acclamant et a expliqué que sa décision faisait suite à la poursuite du financement du Soudan du Sud de rebelles dans le sud du Soudan.

Bashir a déclaré que la "décision fait suite à une étude minutieuse de toutes ses conséquences et les répercussions". La foule a commencé à applaudir. "Le Soudan ne permettra pas à des recettes provenant des exportations de pétrole du Soudan du Sud à être utilisés pour acheter des armes pour les rebelles et les mercenaires", a déclaré Bashir. C'était un engagement de politique publique visant à maximiser les récompenses politiques pour Bashir. Malgré les pressions exercées par les Etats-Unis, la République populaire de Chine et plusieurs puissances mondiales sur Khartoum pour se conformer à l'accord de Mars 2013 entre Juba et Khartoum, Bashir reste inflexible. En fin de compte, cependant, la mise en œuvre serré de coupure de Bashir a été reporté et quelques exportations de pétrole du Sud Soudan a toujours lieu à la fin de Juin 2013. Mais le sort en est jeté. Le 21 Juin 2013, Bashir a réaffirmé que jusqu'à Soudan du Sud en œuvre «tous les accords de 100 pour cent, aucun baril de pétrole sera acheminé à Port-Soudan".

Les protestations de Pékin, longtemps un des principaux mécènes du Soudan et un consommateur de pétrole du Soudan du Sud, ont été ignorés par Khartoum.

Pendant ce temps, les préparatifs étaient chargés, par la fin de Juin 2013, qui aura lieu à Khartoum pour l'escalade de la flambée en Afrique de l'Ouest. L'Iran et le Soudan considèrent la République centrafricaine (RCA), un lieu crucial parce que la RCA permet un déplacement vers l'ouest à travers le chaos au Darfour et de la présence française à N'Djamena.

En outre, Bangui permet un accès rapide vers le golfe de Guinée, ainsi que sur la chaussée sous-sahélienne est-ouest qui traverse principales capitales de la région - ceux qui Khartoum a récemment été courtisé - tout le chemin à Dakar. Le 17 Juin 2013, pres. Omar al-Bashir du Soudan et Président Michel Djotodia de la République centrafricaine a supervisé à Khartoum une série de discussions multi-nationales secrètes qui facilitent maintenant un dramatique break-out vers l'ouest pour le Soudan, l'Iran, la République centrafricaine et de leurs alliés.

Djotodia est le premier musulman à diriger la RCA, important puisque seulement 15 pour cent de la population est musulmane et la plupart d'entre eux pratiquent des ramifications tribus sous influence de l'Islam. Djotodia, en revanche, a été conseiller à l'ambassade de la RCA, au Soudan, mais basé au Darfour où il a été converti à l'islamisme, le jihadisme par ses hôtes soudanais. Il est convaincu dans le principe soudanais qu'un noyau djihadiste forte est indispensable pour garantir la loyauté et la cohésion de tout mouvement révolutionnaire, indépendamment de son idéologie ou de politique ouvertement déclarée.

En effet, les postes de sécurité et de renseignement internes clés de la coalition Seleka de Djotodia sont détenus par d'autres djihadistes et leurs propres milices tribales djihadistes vaillants. Par conséquent, Djotodia est convaincu qu'il est redevable à de Bashir du Soudan pour son accession au pouvoir. Il n'est guère étonnant que la peur de la majorité chrétienne de la voiture qui Djotodia et ses alliés musulmans du nord intention d'imposer un régime islamiste sur la nation. Retour au début de 2013, Khartoum convaincu Djotodia de revenir sur ses accords avec Paris et Bangui en 2013: Accord de Libreville Janvier.

La coalition Seleka a lancé une nouvelle offensive qui a abouti à l'occupation de Bangui le 24 Mars 2013, et le renversement de l'époque, Prés. François Bozizé. Pendant l'offensive, les forces Seleka également attaqué les forces de l'UA, tuant plusieurs pays d'Afrique du Sud et les troupes ougandaises. Djotodia n'a pas oublié Khartoum, et peu de temps après sa prise de pouvoir à Bangui commencé à envoyer des quantités de diamants centrafricains à ses amis dans les milices janjawids soutenues par Khartoum au Darfour pour aider à financer leur lutte génocidaire. Par la suite, Djotodia agi rapidement pour transformer la voiture en une «zone grise» au cœur de l'Afrique.

La voiture est transformé d'un havre de facto pour les différents groupes armés, en raison d'un manque de gouvernance dans les zones reculées, dans un parrain et animateur de groupes révolutionnaires et les réseaux criminels volontaire et active afin de miner davantage la stabilité régionale. Ainsi, alors que l'Armée de résistance (LRA) des groupes de taille variable du Seigneur étaient tolérés dans certaines régions de la RCA depuis 2008, la coopération croissante entre Bashir et Djotodia changé l'importance et le rôle de la LRA.

En fin Avril 2013, Joseph Kony a été invité au Soudan et fournitures promises et un abri en échange d'une coopération militaire dans la voiture et l'Ouganda. La RCA est donc devenue une plaque tournante de la subversion au cœur de l'Afrique avec l'ramifications géopolitiques qui s'étend bien au-delà des frontières et des capacités de la voiture elle-même. Ainsi, le Juin 17-18 2013, visite à Khartoum par Djotodia et sa délégation ont constitué une importante up-grade du rôle de la RCA, et la contribution à l'alliance Iran-Soudan. Dans leur première
réunion privée, Bashir a assuré Djotodia de l'engagement du Soudan à appuyer et à soutenir économiquement la RCA en contrepartie de la voiture est de jouer un rôle plus important dans les modèles continentaux de l'Iran et le Soudan.

Djotodia accepté sans réserve, donnant le ton pour les discussions ultérieures entre de nombreux hauts fonctionnaires. Hauts responsables du renseignement soudanais Afrique centrale et discuté de la façon de mieux utiliser la LRA afin de forcer le gouvernement ougandais force hors de la voiture. L'objectif ultime du Soudan est d'utiliser forces de la LRA basés en RCA afin de déstabiliser la République du Soudan du Sud, puis utiliser son territoire pour avoir forces de la LRA atteindre et déstabiliser l'Ouganda. Kony s'est déjà engagé à poursuivre la stratégie du Soudan. Le Soudan et la République centrafricaine ont convenu à Khartoum que la première étape dans cette démarche volerait forces de la LRA actuellement abrités, entraînés et équipés au Soudan à Tambura (en RCA orientale, au large de Tumbura, Soudan du Sud).

Les Soudanais et hauts responsables du renseignement République centrafricaine se sont également réunis à Khartoum avec leurs homologues du Tchad afin d'améliorer et d'affiner l'accord de coopération en matière de sécurité tripartite entre leurs pays. Retour en 2012, les trois pays ont convenu de former une force conjointe pour surveiller leurs frontières communes et ostensiblement «prévenir les attaques des rebelles". Tel que modifié et affiné à Khartoum, l'accord de coopération en matière de sécurité tripartite entre le Soudan, le Tchad et la RCA maintenant régiments et facilite la circulation des convois avec l'aide et des fournitures militaires vers l'ouest blindé et sécurisé par les forces occidentales et leurs alliés locaux.

Le plus important est l'accord de sécurité régional révolutionnaire discuté et se sont engagés à le 17 Juin 2013, par un grand groupe de hauts fonctionnaires co-présidé par Bashir et Djotodia. La délégation soudanaise était dirigée par ministre de la Défense Abdelraheem Muhammad Hussein, assistant présidentiel et ancien haut fonctionnaire du renseignement Nafie Ali Nafie, et National Intelligence and Security Services de chef Mohamed Atta al-Mawla Abbas. Également autour de la table étaient délégations de haut rang du renseignement et des responsables des forces de sécurité de la République centrafricaine, le Tchad, l'Egypte, le Mali et la Mauritanie. Les délégations ont discuté et convenu sur la coopération stratégique à proximité de restaurer la prééminence arabo-musulmane à toute la région de l'Afrique occidentale. Les représentants engagés dans la consolidation des régimes mutuellement fidèles et de soutien, ainsi que pour aider d'autres pays de la région à établir des gouvernements à majorité musulmane et qu'ils se joignent à leur alliance. Les hauts fonctionnaires ont discuté des modalités pratiques de collaboration casser-loin d'étouffer l'influence et demandes de réformes de l'Ouest.

Ils ont convenu de la coopération dans la résolution des crises en matière de sécurité et économique et à réprimer les forces d'opposition démocratiques. De manière significative, tous les pays présentent également engagé à aider l'Egypte et le Soudan dans leur "lutte sacrée" pour soutenir les droits des Arabes et à la domination sur les eaux du Nil. Ainsi, l'accord du 17 Juin 2013, a constitué un tournant majeur et stratégique profonde dans la posture régionale et l'affirmation de soi. Si elles sont appliquées, Afrique de l'Ouest ne sera pas la même. Ainsi, comme l'Occident - dirigée par les Etats-Unis et la France - envisage la montée dans le Sahel afin de contenir AQMI et autres djihadistes et insurrections tribales, le véritable défi sera la montée irano-soudanais visant à transformer toute l'Afrique de l'Ouest et nier à l'Ouest. Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et les autres insurrections sera instruments, mais d'une conception stratégique grandiose et de surtension

Il ne faut pas prendre des Centrafricains(es) comme des tocards.

Par SOROKATE

25/08/2013 22:50

La France n'a pas d'amis, mais que des intérêts en Afrique. C'est fini la politique d'intervention militaire française dans les affaires africaines pour soutenir les dictatures africaines déclaration faite par le n°1 Français monsieur François Hollande.

Aujourd'hui sommer par l'opinion internationale cette même France est contrainte d'aller contre sa décision. face à ce tourbillon, on se demande ,nous qui sommes Centrafricains pourquoi la France a intervenu au nord du Mali? à suivre de près ce qui se passe en RCA avec la barbarie des Islamistes seleka il y a lieu de conclure qu'il y a une similitude avec le cas nord Malien.

Pour le cas Centrafricain , la France semble ne pas mesurer toutes les conséquences liées au phénomènes seleka relatives à la paix en Afrique Centrale et éventuellement dans toute l'Afrique. Monsieur Idriss DEby du Tchad est l'auteur n°1 du malheur Centrafricain aussi bien fidèle disciple de la France, alors pour arrêter l’hémorragie il suffit que la France demande à Idriss Deby de retirer ses troupes(Tchadiennes) en Centrafrique. C'est simple!!!

Faire partir les Tchadiens,les Soudanais de seleka est synonyme de paix retrouvée en CENTRAFRIQUE et c'est seule la France en est capable.

A mon humble avis la déclaration de monsieur François Hollande est tardive car les dégâts humains et matériels causés par la selaka sont énormes ,c'est pourquoi je trouve la France comme complice avec Idriss Deby pour massacrer le peuple Centrafricain.
La présence des troupes Françaises en RCA était pour sécuriser leurs ressortissants, même pas 3 mois après la prise du pouvoir par la seleka le fils de MITTERRAND arrive à Bangui pour des affaires,suivis des anciens militaires retraités pour assurer la SÉCURITÉ de monsieur DJOTODIA.

Venir saluer les initiatives prises par l’UA et les USA encore une fois de plus est une attitude indigne de la part de la France. La présence en France du dictateur F.BOZIZE sans être gêné par les autorités Françaises m'a tellement déçu.

Il revient aux Centrafricains de comprendre la leçon que nous donne la France afin d'adopter un mode de coopération appropriée.

S'il y a une volonté manifeste de la France à évider ce tsunami de seleka à la RCA c'est de demander le retrait immédiat des Tchadiens et Soudanais de la RCA.

Je salue ici l'initiative prise par le SG de l'ONU en concert avec l'UA pour aider mon pays à retrouver sa SOUVERAINETÉ.

Je ne fais plus confiance à cette France de caméléon.

Vive mon pays la CENTRAFRIQUE terre de mes ancêtres.

Béafrica lèh ti mô a zi.

SOROKATE Alias Domzan bene.

A Ketezo

Par SOROKATE

26/08/2013 00:09

Ita Ketezo, mbi mou na mô kota singuila tenè ti mbeti so . a nzoni ténè a yeke na yani mingui.

Fa dé sô i yinga porosso ti a seleka tchadiens- soudanais,ti Nouradine na Djotodia ni awè.
A ligbi a N.Tiangaye,na F.Nguendet ti CNT na Zuiguélé , a pasteur J.BINOUA,J.J.Demafouth ni a bèrè i bâh.

nvénè ti ala na seleka ti ala ni.

Même na gnè i ki soh bénda.
Nzapa a lango apè.

Siri na kodoro ti a kotara ti mbi béafrica.

SOROKATE Alias Domzan bene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués