DOSSIERS  |     DOSSIERS+  |     FORUM BRAZZAVILLE  |    

Boy-Rabe: le pasteur Pascal Guerekoyame contre les exactions de la Séléka

Par RJDH-RCA - 23/08/2013

Il est le président de l’association des églises évangéliques de Centrafrique, il condamne les actes et appelle à un retour rapide à la normale

 

L’intervention du pasteur Pascal Guerekoyame fait suite à celle de l’archevêque de Bangui, Monseigneur Dieudonné Nzapalaïnga. Les deux religieux, sont les seules personnes qui dénoncent aujourd’hui sans crainte, les exactions de la Séléka, sur la population civile. Sans se voiler la face, le religieux pointe directement du doigt accusateur, le président de la transition, Michel Djotodia, d’être à l’origine des actes chaotique de la Séléka dans ce quartier, réputé proche de l’ancien régime Bozizé. De son côté Michel Djotodia a décliné la responsabilité de cette opération. Mais pour le pasteur Guerekoyame, «[i s’il disait implicitement aux éléments de se retirer, ça veut dire que quelque part, l’ordre a été donné au gens pour qu’ils envahissent le quartier Boy-Rabe. On ne peut pas ne pas donner des ordres et après demander aux gens Les éléments de la Séléka, (NDLR) de se retirer». Le pasteur pense que le cap du dérapage, du pire est déjà atteint, donc, «il faudrait maintenant que les gens se retirent, pour laisser au moins le temps à la paisible population de souffler».

 


© RJDH-RCA
Le Révérend pasteur Pascal Guerekoyame
« Le chef de l’Etat… qu’il prenne ses responsabilité»
Le révérend Pascal Guerekoyame de suggérer, «si c’est le chef de l’Etat qui a donné l’ordre, si ce n’est pas lui qui a donné l’ordre, qu’il prenne ses responsabilités, après qu’il ait été investi de tous les pouvoirs d’un chef de l’Etat de transition, garant de la sécurité physique des populations, qu’il prenne ses responsabilités maintenant pour demander à ceux qui ont assiégé le quartier de Boy-Rabe et les environs, qui sont menacés en ce moment, de pouvoir libérer les populations».

En ce qui concerne les récentes déclarations du ministre d’Etat à la réconciliation nationale, Christophe Gazam-Betty, accusant les habitants de Boy-Rabe d’être des partisans de l’ancien régime, de vouloir préparer une guérilla urbaine, le religieux a fait savoir que «[i le ministre ne mesure pas la portée de la charge que le gouvernement lui a confié. Le ministre d’Etat doit comprendre qu’en plus de son appartenance politique, en plus de son appartenance au gouvernement, il a une responsabilité de proximité, avec les populations, parce que lorsqu’on parle de réconciliation, elle ne peut que se faire entre deux protagonistes: Ceux qui ont brutalisé et ceux qui se sentent brutalisés. S’il [le ministre d’Etat à la réconciliation nationale, NDLR] se met beaucoup plus du côté de ceux qui ont brutalisé, comment il va faire passer son message à ceux qui se sentent brutalisés?»

Pendant ce temps, la tension reste toujours vive dans le quartier de Boy-Rabe. On annonce vers la mi-journée que les hommes de la Séléka ont fait incursion dans la localité de Cité Jean XXIII. Un proche de l’ancien président Bozizé aurait été égorgé, en public.

 

 
MOTS CLES :

5 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Le chèque à blanc de Auguste Boukanga

Par B. G. St Amour

23/08/2013 15:14

Merci, Monseigneur Nzapalainga,
Merci, Révérand Pasteur Guérékoyamé,
Heureusement que Dieu vous a envoyé pour porter la voix de son peuple en vous opposant systématiquement aux actions meurtrières des Séléka.

je reste encore sous le choc des propos tenus par Mr Auguste Boukaka le jour de la prestation de serment de Djotodia. En effet, ce politicien en herbe n'a pas encore compris que la transition est une période où seules quelques actions d'urgence ciblées doivent être exécutées. Dans le cas d'espèce, il s'agit de sécuriser l'ensemble du pays pour permettre la tenue d'élections libres.

Il ne revient pas à Djotodia aujourd'hui de faire un programme de reconstruction du pays. l'urgence est là, et c'est la sécurité.

Quand Mr Auguste Boukanga déclare que selon lui, "la période de 18 mois est trop courte et qu'il sera question se concerter le moment venu pour voir comment la prolonger à 24 voire 30 mois, soutendue par une trève politique à observer par la classe politique pour permettre au Ptésident de travailler....", on se pose la question de savoir quel deal secret ce criminel a dû signer avec Djotodia!

Deux jours après la prestation de serment, il met à excution sa menace proférée envers la population de Boy-Rabe à l'occasion de cérémonie de présentation du bilan des trois acteurs de la transition au mois de Juillet à l'hotel Ledger.

Par cet acte, Monsieur Boukanga a donné un chèque à blanc à Djotodia et ses criminels de la Séléka de sévir sur les populations civiles. A ce rythme, combien de morts comptera-t-on à la fin de la transition?

N'est ce pas ce même Auguste Boukanga, qui, il ya quelques mois, lançait un appel à tous les ressortissants de l'Ombella M'poko pour resserrer les rangs autour "d'un des leurs"?, en pensant certainement à lui même?

Corruption, quand tu nous tiens!

Aujourd'hui, le silence assourdissant de Tiangaye et des autres acteurs politiques surprend plus d'un!

Les Eglises, à travers les deux héros tels que Nzapalainga et Guérékoyamé et quelques acteurs de la Société civiles sont les seules à agir s'élever contre les exactions de Djotodia et ses Séléka.

Que Dieu vous donne la force de tenir jusqu'au bout.

St Amour


Plus de mensonge pour harceler gratuitement boyrabe etc

Par sango

24/08/2013 18:49

qu on arrete les coups montes repetes sur les gens de boy rabe' c est une mission commandee de tous ces gens qui denonncent aujourd hui. boy rabe n a jamais ete pour bozize comme leur pretexte ils ont boude tous les dictteurs,ceux des ndouba de bokassa et,alors laissez les tranquilles. Bozize parle et vous voila aux aboies et apres ces pauvres mis en camp de concentration ou sortie contolee pour piller. qiel gouvernement en periode de bac pertuber les etudiants et ceux de boyrabe et de bangu comment composer tranquillement? Ou sont les faux politiciens, tous muets. on vous invente de faux probleme pour tuer,vous la fermer,pas possible

La mission prophétique de l'Eglise dans le monde

Par Pasto

24/08/2013 20:03

Je ne m'étonne pas de ce profil d'homme de Dieu incarné par les deux serviteurs notamment l'archevêque Nzapalainga et le révérend Nicolas Grekoyame. Pour vous rafraîchir un peu la mémoire, le 15 mars 2011, lors de la prestation de serment du président déchu François BOZIZE.le pasteur Nicolas alors qu'il a été invité à prier pour l'ouverture de la cérémonie, il a demandé à toute l'assistance de se lever pour élever en dignité le Roi des rois. Il y a quelques uns qui se sont levés sauf le président Idriss DEBY et Bozize lui-même. Contrairement à des suputations de tout genre qui attribuent à sa prise de position des intérêts cachés en l'occurrence Prospère Ndouba qui l'a traité de tous les maux.Le rôle qu'un pasteur qui est berger doit jouer, c'est d'être au chevet des marginalisés comme c'est le cas présentement en RCA. Il doit dénoncer tout abus, toute injustice à l'égard de la population. C'est un veilleur.Pour le groupe des intellectuels de l'Eglise ELIM qui ont demandé que le pasteur démissionne du CNT, ils n'ont rien compris, je les renvoie à lire le livre de Olivier Gabirault sur "LA PLACE DU CHRETIEN DANS LA VIE POLITIQUE:GESTION POLITIQUE AVEC LA CRAINTE DE DIEU " Il doit rester là où les décisions sont prises pour mieux éclairer le public. En laissant libre cours, ils sont capables de tout et nous subissons les conséquences. Les premiers missionnaires protestants qui sont venus en Afrique n'ont pas inscrit dans leur agenda la formation politique du chrétien africain ils se sont contentés de les endoctriner, les désarmer sur ce qui constitue pour eux l'âme vivante, la culuture il faut s'attaquer à cela pour les rendre enfin vulnérables.Aujourd'hui la donne a considérablement changé.La pasteur doit contrôler les actions du gouvernement et ne pas le laisser lui laisser dicter son programme.Du courage Révérend Nicola et Mgr Nzapalainga, vous faites la fierté de nous vos cadets qui vous suivent.Ce n'est pas la mort qu'il faut fuire.Souvenez-vous de Justin le martyr qui a répondu publique à l'empereur Marc-Aurel sur la demande de renier le nom de Jésus et d'avoir la vie sauve, il a répondu:ce Jésus je l'ai servi pendant 80 ans, il ne m'a fait aucun mal c'est aujourd'hui que vous me demandez de le renier pour échapper à la mort? je préfère mourir pour lui.Tous les politiciens centrafricains ont pris la jambe au cou, il n'ya que ces deux hommes de Dieu qui font la différence.Merci

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués