SOCIéTé  |    

Séléka: un commandant tabasse à mort un Haut fonctionnaire

Par ACAP - 23/08/2013

Le Directeur de Cabinet au Ministère de la communication est décédé des suites des coups volontaires administrés par un «commandant» soudanais de la Séléka

 

M. Patrice Yazénga, est décédé après une longue période de souffrance suite à des coups mortels administrés par un « commandant » soudanais de la Séléka à son domicile à la Cité de la Société Centrafricaine des Télécommunications (SOCATEL) dans le 2ème Arrondissement de Bangui. Le Haut fonctionnaire du ministère de la Communication dont la dépouille mortelle se trouve actuellement à la morgue de l’Hôpital Communautaire, a enduré plusieurs mois de souffrance à l’Hôpital Communautaire de Bangui. On attend désormais, le programme officiel des obsèques.

 


© euronews.com
Image d'illustration
Pour mémoire, le samedi 22 mai 2013, à la Cité SOCATEL dans le deuxième arrondissement de Bangui, M. Patrice Yanzénga, a été molesté à son domicile par un commandant soudanais de Séléka au point de se retrouver avec une double fracture au bras droit et d’autres lésions. Le défunt Patrice Yazenga, a occupé des hautes fonctions de responsabilité au ministère de la Communication, entre autres Directeur Général de la Télévision Centrafricaine, Chargé de mission, Secrétaire Général, Inspecteur Central et Directeur de cabinet. Aussi, il fut Haut Conseiller au Haut Conseil de la Communication.

 

 
MOTS CLES :

7 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

rubrique des chiens écrasés

Par Bouba Mbeti

23/08/2013 19:59

J'espère que Gazam MBeti alias Bouba Mbéti va avoir les couilles de demander à la justice de Séléka de condamner ce commandant criminel qui a tué son directeur de cabinet? Puisse l'esprit de Patrice Yazenga hanter Gazam Betty jusqu'à la fin de ses jours

Que toutes les victimes de la seleka gardent par de vers eux toutes les preuves à la fin de transition elles pourrons envisager une JUSTICE.

Par SOROKATE

23/08/2013 23:35

Je conseil donc à toutes les victimes de la barbarie de seleka de tout faire afin de réunir toutes les preuves dont elles disposent. Au moment venu seules les preuves peuvent étayer leurs démarches. C'est très important dans un premier temps elles doivent déposer une plainte à la league Centrafricaine des droits de l'homme et à Mercy corps à Bangui ,un accusé de réception leur sera donné comme preuve.

Il en va de même pour toutes les victimes de l'arrière pays.
Tôt ou tard la seleka saura que nulle n'est au dessus de la loi.

Centrafricainement,

SOROKATE Alias Domzan.

un soudanais tue un centrafricain

Par Koraa

24/08/2013 02:05

Ca se passe non pas au Soudan mais bel et bien sur le sol Centrafricain! Ou est le CNT? Que pensent la societe civile,les partis politiques et leurs "leaders"? Quelle humiliation du peuple centrafricain en commencant par le president Djotodja lui meme. C'est quoi cette periode de transition de 18 mois? Permettre aux soudanais et tchadiens pour piller le pays et tuer les centrafricains? Nous sommes un peuple de vil prix qu'on massacre comme du betail? Dans quel pays dans ce monde du 21e siècle peut on imaginer ce qui se passe en Centrafrique?

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués