DOSSIERS  |     DOSSIERS+  |     FORUM BRAZZAVILLE  |    

Bangui: Michel Djotodia met en cause les notables du 4ème arrondissement

Par radiondekeluka.org - 22/08/2013

Les évènements malheureux, de Boeing et à Boy Rabe dans les 3e et 4e arrondissements de Bangui, ont été au centre d’une rencontre entre le président et les responsables desdits quartiers

 

La rencontre s’est déroulée au Palais de la Renaissance en présence de plusieurs personnalités dont le représentant du médiateur dans la crise Centrafricaine, le congolais Léonard Essongo. Tous les notables des huit (8) arrondissements de Bangui ont aussi pris part à ce rendez-vous, y compris madame Catherine Samba-Panza, Maire de la ville de Bangui. Le but de la rencontre est de compatir avec les parents des victimes. Le président centrafricain, Michel Djotodia a également saisi l’occasion pour affirmer son engagement dans le processus de la restauration de la paix sur l’étendue de la République Centrafricaine en cette période de transition. «Aujourd’hui, il y a des fauteurs de troubles que les chefs de quartiers soutiennent. Pourquoi le faites-vous ? Quelle famille Bozizé a acheté avec son argent. Et là, tous les chefs de quartier de Boy Rabe le savent. Si vous aimez votre pays, il faut le dénoncer. Pourquoi voulez-vous être otage de deux ou trois personnes ? Vous dites qu’ils s’agitent pour une cause ethnique, quelle ethnie ? La République Centrafricaine n’aime pas la division. Gardez votre calme, nous ne sommes qu’en période de transition. A la fin, la personne qui veut le pouvoir passera par les urnes. Si elle est élue, elle dirigera le pays».

Une enveloppe de quinze (15) millions de F CFA a été remise par le président de la Transition, Michel Djotodia pour compenser les dommages dans le 4e arrondissement et cinq (5) millions pour le quartier Boeing.
RNL

 

Dans son intervention, Carlos Oscar Féyangaï-Mobéala, maire du 4e arrondissement de Bangui a reprécisé que les notables sont apolitiques. Toutefois, il n’apprécie pas à sa juste valeur la manière avec laquelle ce désarmement s’est effectué. «[i On ne peut pas venir procéder au désarmement et en même temps voler, piller et même chasser les chefs de quartier et le maire de chez eux. En tout cas, nous avons été chef il y a longtemps. Nous avons fait le désarmement avec le précédent pouvoir, mais ce n’est pas de cette manière que c’était organisé. Il y a des élèves qui ont composé le baccalauréat qui ne sont plus en vie. Le nombre de morts que nous avons en ce moment dans les hôpitaux, on a expliqué tout ça au chef d’Etat, il nous a compris. Prochainement avec les autorités, on va s’organiser pour voir dans quelle mesure on peut organiser le désarmement dans notre arrondissement où on pense qu’il y a de nombreuses armes».

Un délégué des jeunes du 4e arrondissement a aussi prouvé la bonne volonté de la population dudit arrondissement. Toutefois, selon lui, c’est la coordination avec les autorités militaires qui avait failli au dernier moment. « On devait avoir une réunion pour dire non à ce genre de chose. Malheureusement, la date de la rencontre a coïncidé avec les troubles qui ont éclaté dans le secteur ».

Une enveloppe de quinze (15) millions de FCFA a été remise par le président de la Transition, Michel Djotodia pour compenser les dommages dans le 4e arrondissement et cinq (5) millions pour le quartier Boeing. Mais jusque-là, le bilan de ces événements n’est pas encore clairement établi. De sources hospitalières, c’est un bilan approximatif. Le Directeur de l’hôpital Communautaire, Docteur René Alfred Issa Mapouka, explique que sa formation sanitaire a enregistré dix-neuf (19) blessés par balles parmi lesquels cinq (5) cas graves. Toutes les victimes sont des civiles et habitent les quartiers Boy-rabe et Boeing. Les morts, au nombre de six (6), sont déposés dans les morgues de l’hôpital Communautaire et de l’Amitié. Les opérations ont également fait plus de deux mille (2000) déplacés. Certains des habitants du quartier Boy-Rabe et des environs se sont réfugiés dans l’enceinte de l’hôpital de l’Amitié. Face à cette situation, hommes, femmes enfants et vieillards dorment à même le sol à la merci des moustiques, exposés aux maladies. Bienvenu est l’un de ces déplacés. «Ce que j’ai vécu, c’est vraiment des cas de vol car ce qu’ils ont fait dépasse de loin l’attaque du 14 avril dernier. C’est plus grave, tellement qu’il y a eu des détonations d’armes lourdes dans tous les côtés, je suis passé dans le quartier pour me réfugier ici à l’hôpital de l’Amitié ».

Le ministre de la Santé Publique, de la Population et de la lutte contre le Sida, Docteur Aguide Soumouck et son homologue des Affaires Sociales, de la Solidarité Nationale et de la Promotion du Genre, Madame Lucile Mazangué Blay-Eureka, se sont rendus mercredi matin au chevet des personnes hospitalisées.

 

 
MOTS CLES :

11 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Incapacité notoire

Par Dambéti

22/08/2013 18:40

A ce jour je me demande pourquoi Michel Djotodia s'entête à rester à la tête de ce pays, s'il était malin et intelligent du genre, saurait été plus judicieux de laisser une autre personnalité civile prendre les reines du pouvoir Centrafricain. Il suffit de l’écouté, quand il s'adresse au peuple,un exemple, il s'adresse au chef du quartier en disant << pourquoi le faites-vous, qu'elle famille Bozizé a t-il acheté avec son argent << Drôle de manière pour un sois disant chef d'état de se faire entendre, ne savait-il pas que la politique est la science la plus difficile, être polyglotte ne suffit pas pour diriger un Etat.J'attire aussi son attention sur le fait qu'il ne saura pas le dernier Centrafricain à prendre le pouvoir par la force, qu'il lise les news et commentaires postés sur le net, et il comprendra.

DJOTODIA A BIEN COMMANDÉ CES OPÉRATIONS DE PILLAGES ET MEUTRES

Par ketezo

22/08/2013 18:40

LES DÉCLARATIONS DE DJOTODIA SONT SANS AMBIGUITÉ, C'EST BIEN LUI LE COMMANDITAIRE DE CES ASSASINATS ET MEURTRES DANS BOY-RABE, BOEING ET FOU. QUAND LA CPI SEVIRA SES DÉCLARATIONS SERONT TRES UTILES. DIEU SAIT TRAHIR LES TRAITRES.
ENFIN POURQUOI LES CHEFS ONT-ILS ACCEPTÉ L'ARGENT DE LA HONTE REMIS PAR CE CRIMINEL ?

Centrafrique trahie par ses fils.

Par Grand Papa

22/08/2013 21:31

Est-ce le dépit qui a conduit le "Père menteur" de la RCA à convoquer les chefs de quartier pour leur reprocher une soi-disant accointance avec François Bozizé? Je ne le pense pas, c'est plutôt les morts, les blessés, les déplacés et les pillages occasionnés par ces hordes faméliques et barbares qui ternissent davantage son image de leader qui a conditionné cette convocation de la honte. Plus que jamais il conforte la conviction de ceux qui pensent que cet homme qui ne contrôlait personne sera le plus grand danger pour son pays si on lui confie le désarmement.

Qui lui a dit que la somme de 15 millions de franc Cfa couvrait la valeur des biens pillés et le dédommagement des habitants du 4ème arrondissement? Sur quoi se fonde-t-il pour remettre une telle somme à des chefs de quartier? Quelle garantie vont avoir les victimes de se faire réellement dédommager? Alors qu'on connaît la propension des centrafricains au détournement des biens publics. Ce n'est vraiment pas une bonne idée, et ceci nous rappelle les pratiques de son prédécesseur , lequel aimait s'adonner à des jets de billets de banque de petite valeur sur les routes de la capitale et depuis son hélicoptère lorsqu'il se rendait en province. Franchement, les dirigeants centrafricains se ressemblent et avec cette catégorie des gens de l'acabit de Bozizé et Djotodia nous avons la garantie que rien ne changera sauf les acteurs, mais le décor et les pratiques sont pour eux immuables.

Maintenant qu'il est établi que ce sont les SELEKA auteurs des meurtres, blessures, pillages et du déplacement forcé de paisibles centrafricains; que va-t-il affirmer devant la scène internationale? Lui, ce "Baba boura" (Le Père menteur)pourra-t-il mettre en cause les éléments nouvellement recrutés de la SELEKA? Est-ce les anciens de la milice de Bozizé qui pillent les gens et tuent d'innocents centrafricains? Pour un stratège , il a été mis en défaut par François Bozizé et les siens; connaissant ses hommes pour leur brutalité avérée on les a attiré dans le piège de la tuerie et de pillages: comme des mouches ils ont goûté au vinaigre. Piètre politicien va...

Cet aventurier de la politique estime avoir ainsi "indemnisé" les victimes de perte de parents et de biens d'après sa conscience restrictive, mais les responsables de ce drame qui sont-ils d'après lui? Que doit-on faire d'une personne présumée coupable de crime ou d'un délit grave? Où sont les engagements de l'investiture? Menteur invétéré! Tu ne tromperas pas à l'infini tes compatriotes ni la communauté internationale. Quand on voit un "champion" de la lutte contre le régime de Bozizé comme Prospère Ndouba rejoindre le rang de ce fumiste et le défendre en occultant de son blog toutes les critiques et faits se rapportant aux exactions des islamistes de la SELEKA, on comprend pourquoi la RCA demeure une "province" du Tchad.

A ce rythme et avec des gens de ce bas niveau de compétence il est sûr que d'autres voisins vont réclamer à Deby leur part du gâteau...Centrafrique trahi par ses fils!

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués