NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

13 août 2013: des armes brûlées à Bangui

Par Etienne Vikoma/Acap - 14/08/2013

A l'occasion de ce 53e anniversaire, des armes de guerre ont été incinérées sur la place, en présence du ministre Christophe Ghazam Betty

 

Le Ministre d’Etat en charge de la Communication, de la Promotion de la Culture Civique et de la Réconciliation Nationale, Christophe Gazam-Betty a procédé à l’incinération des armes de guerre, symbole du retour à la sécurité et à la paix, à l’issue de la marche pour la paix, le mardi 13 août 2013, à Bangui. Le Ministre d’Etat Christophe Gazam-Betty qui représentait le Chef de l’Etat à cette cérémonie a expliqué que l’incinération des armes de guerres témoigne la volonté du gouvernement de lutter contre la prolifération des armes des petits calibres dans la ville de Bangui, ainsi que sur toute l’étendue du territoire national.

 


© acap-cf.info
Le bûcher d'armes brûlées par le ministre Christophe Gazam-Betty
Le ministre chargé du Secrétariat Général du Gouvernement et des Relations avec les Institutions, Harold Ahamat Déya, président du Comité d’Organisation de la marche pour la paix, a mis en exergue le rôle du sport dans une société en quête de la paix et de la cohésion sociale. Il est à noter que cette marche, organisée à l’occasion des 53 ans d’indépendance de la République centrafricaine est partie du point zéro jusqu’à la place du défilé sur l’Avenue des Martyrs. Elle a connu la participation de toutes les couches de la population venue des huit Arrondissements de la capitale Bangui.

Les images des armes brulées à voir ICI


 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

DOTODJA DOIT PARTIR

Par Bouar

15/08/2013 09:15

c'est une véritable mascarade, une insulte, à l'égar de peuple centrafricain, ils ont dissipé encore une quantité importante des armes dans les mosqués et chez les commerçants musulmans cet acte est un simple baratinage vis à vis de la communauté internationale qui commence déjà à réfléchir sur des sanctions contre dotodja et sa séléka. Dotodja ne pourra jamais ramener la sécurité en République Centrafricaine car avant de s'autoproclamer président il avait signé des pactes diaboliques avec les pays musulmans pour islamiser la RCA, maintenant il est aux affaires les tâches sont plus difficiles qu'il imaginait donc les pays arabes qui l'on aidé à prendre le pouvoir ne vont pas le laisser en paix et en sécurité et tous ceux-ci vont avoir des effets pervers sur le ralentissement de la situation politique économique et sociale de notre pays donc pour solutionner Dotodja DOIT PARTIR tout simplement comme il est venu. Son départ au pouvoir est une condition sine qua non pour retrouver la paix en Centrafrique.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués