NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Mali: Fin du second tour de la présidentielle sans incident

Par AFP - 12/08/2013

Le ministère de l'Administration territoriale a au maximum cinq jours pour publier les résultats provisoires...

 

Les Maliens ont voté ce dimanche dans le calme au second tour de la présidentielle, mais moins nombreux qu'au premier tour du 28 juillet, pour élire un nouveau chef de l'Etat qui devra sortir leur pays de dix-huit mois de chaos. Le vote, qui opposait deux vétérans de la vie politique malienne, Ibrahim Boubacar Keïta dit IBK, 68 ans, donné favori, et Soumaïla Cissé surnommé «Soumi», 63 ans, a été perturbé une partie de la journée par de fortes pluies dans le sud du pays, en particulier dans la capitale, Bamako. L'affluence dans les bureaux a été moins importante qu'au premier tour, qui s'était également déroulé dans le calme. Certains chefs de bureaux de vote à Bamako ont affirmé que la participation n'atteignait pas la moitié de celle atteinte au premier tour, lors duquel le taux d'affluence avait été exceptionnel pour le Mali avec 48,98%. Les fortes pluies du matin ne sont pas la seule explication, selon certains électeurs.

 


© afp
Une femme vote pour l'élection présidentielle à Bamako, au Mali, le 11 août 2013
«Les Maliens ont compris que le jeu est déjà fait»
«Ce n'est pas à cause de la pluie seulement», a déclaré l'un d'eux, Ibrahim Tounkara, restaurateur. Selon lui, «les Maliens ont compris que le jeu est déjà fait et qu'IBK va gagner, que ce n'est plus la peine de sortir sous la pluie pour voter, mais ça peut être préjudiciable à la qualité de l'élection». «Il faut que la pluie nous laisse accomplir notre devoir civique, c'est l'avenir du Mali qui est en jeu», déclarait dans la matinée une étudiante, Mariam Kanté dans un bureau de vote du centre de Bamako. Les deux candidats ont appelé au «calme et à la sérénité» après avoir voté dans la capitale. Selon des témoins interrogés depuis Bamako, dans les grandes villes et régions administratives du nord du pays -Gao, Tombouctou et Kidal-, le vote s'est également déroulé sans incidents, en dépit de la crainte d'attentats de groupes jihadistes qui ont occupé et terrorisé ces régions pendant neuf mois en 2012. «Il y a un engouement pour ce second tour» à Gao, a déclaré Ousmane Maïga, membre d'un collectif de jeunes de la ville.

A Tessalit, ville de la région de Kidal, à l'extrême nord-est, berceau des Touareg et de leur rébellion où la participation avait été très faible au premier tour, la pluie a provoqué de fortes inondations il y a deux jours et les opérations de vote ont commencé «timidement», selon une source administrative dans la zone. Un réseau de quelque 2.000 observateurs maliens indépendants s'est réjoui dans un communiqué du bon déroulement du scrutin, notant cependant que moins de bureaux avaient pu ouvrir à temps en raison des fortes pluies dans les régions de Bamako, Koulikoro et Kayes (sud).

Retour à l'ordre constitutionnel
Le second tour de la présidentielle de dimanche doit rétablir l'ordre constitutionnel interrompu par un coup d'Etat militaire le 22 mars 2012, qui a précipité la chute du nord du pays aux mains de groupes islamistes armés liés à Al-Qaida. Le scrutin a été surveillé par plusieurs centaines d'observateurs nationaux et internationaux et sa sécurité assurée par l'armée malienne, les Casques bleus de la Minusma et l'armée française. Ibrahim Boubacar Keïta, fort de son avance de 20 points (39,79% des voix au premier tour, contre 19,70% pour Cissé), semble largement favori, d'autant qu'il a reçu le soutien de 22 des 25 candidats éliminés au premier tour dont la majorité a obtenu moins de 1% des suffrages. Mais Soumaïla Cissé tablait sur une mobilisation plus forte qu'au premier tour et sur un bon nombre de près de 400.000 bulletins déclarés nuls le 28 juillet. La tâche du vainqueur sera rude, car le Mali vient de vivre la plus grave crise de son histoire récente qui a laissé exsangue ce pays de quelque 14 millions d'habitants.

Ce conflit a poussé 500.000 personnes à fuir leurs domiciles, a accentué la pauvreté et ravivé les haines entre les différentes communautés du pays, Touareg et Arabes d'un côté assimilés aux rebelles et aux djihadistes, Noirs majoritaires de l'autre. Le nouveau président devra redresser l'économie et entamer le processus de réconciliation, en particulier avec la minorité Touareg. Ces derniers vivent essentiellement dans le Nord désertique, qui a déjà connu plusieurs rébellions depuis l'indépendance du Mali en 1960: une partie d'entre eux rêve d'indépendance ou au moins d'autonomie.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués