SOCIéTé  |    

Pétition: 8 exigences pouvant favoriser le retour de la paix en Centrafrique

Par Sylvestre Sokambi-Bêafrica - 08/08/2013

«L’heure est grave en Centrafrique et contrairement aux autres, nous, notre arme, c’est notre bouche et nos actions»

 

C’est par cette phrase que Me Edith Douzima, visiblement marquée et attristée par la spirale des exactions continuelle en RCA, a commencé ses propos liminaires. Cette dernière a dénoncé les exactions que les Séléka perpètrent sur la population de manière continuelle en déclarant que « depuis le 12 décembre 2012, date du déclenchement de la rébellion Séléka, la RCA est soumise à de multiples violations des droits humains et du droit humanitaire international. Dès le 30 décembre, la société civile a mis en place une plateforme qui dénonçait la manière dont le régime défunt gérait cette crise ainsi que la tentative de la rébellion de conquérir le pouvoir de l’Etat par la force. Les deux camps n’ont jamais voulu écouter la société civile jusqu’à ce que le 24 mars 2013 la Séléka ait pris le pouvoir. Mais depuis ce jour, les exactions sur la population civile ne cessent de se multiplier. Il ne se passe pas un seul jour où des femmes soient violées, des personnes torturées, tuées dans des conditions abominables.

 


© journaldebangui.com
Les deux conférenciers Me Edith Douzima (g) et Gervais Lakosso (d)
Quatre mois de pouvoir qui renvoient à quatre mois de pillages, de destructions à grande échelle en un mot, le Centrafrique a perdu son droit et sa vie n’a aucune valeur. «La société civile ne peut tolérer ces dérives et surtout le bannissement de la vie humaine». A la suite, Me Edith s’est adressée au président de transition en ces termes: «vous avez voulu le pouvoir, vous l’avez maintenant mais la protection de la population civile devient pour vous une obligation indiscutable. Il est impossible de vous dédouaner». Cette dernière a aussi critiqué la lenteur de l’appareil judiciaire ainsi que la démission des partis politiques «face à ces exactions, la justice se contente d’ouvrir des enquêtes mais jamais les résultats sont présentés et les coupables arrêtés ou simplement mis à garde à vue même quand les coupables sont connus de tous. Les formations politiques ont démissionné ou se contentent de simples déclarations».

Pour les deux conférenciers, ce sont ces éléments qui ont poussé la société civile à travers la plateforme de rédiger une pétition qu’elle a soumise à la signature de la population opprimée. Me Douzima a eésumé ladite pétition en ces termes «il s’agit d’un acte populaire qui contient huit exigences pouvant favoriser le retour effectif de la paix dans le pays. Nous demandons le retrait des troupes tchadiennes de la FOMAC afin que le processus du désarment soit une réalité». Elle a aussi expliqué cette exigence en déclarant qu’«il est connu que les éléments tchadiens qui sont au sein de la FOMAC font double jeu et cela n’est pas du genre à favoriser le processus du retour de la paix. En plus, la différence entre les FOMAC tchadiens et les Séléka est nulle et parfois certains Séléka ont le brassard de la force multinationale. Le travail de la FOMAC n’avancera pas avec ces éléments qui ne font pas franc jeu à cause de la complicité qui existe entre eux et certains éléments Séléka dits incontrôlés».

Gervais Lakosso a souligné que la plateforme est déterminée à obtenir le départ des FOMAC tchadiens pour le bien de la population civile. Pour lui, l’objectif est d’avoir les cinq cent mille signatures et le reste viendra de lui-même. Les conférenciers ont indiqué que cette initiative est aujourd’hui combattue par les autorités mais pour eux, l’acte étant soutenu par la masse populaire, ce qui est certain il portera ses fruits.

Lors de la conférence de presse qu’il a tenue avec Tiangaye et Nguendet le 27 juillet 2013, Michel Djotodia s’était opposé à cette initiative qu’il n’a pas hésité à qualifier d’ingrate vis à vis du Tchad. La pétition appelant au retrait des troupes tchadiennes est déjà lancée. Elle est aussi signée en ligne. De sources dignes de foi, vingt mille signatures sont déjà recueillies à l’heure actuelle à Bangui et plusieurs centaines en ligne.

Notons qu’en Egypte, c’est à travers une pétition signée par plus de vingt millions de signatures que les opposants et la société civile ont réussi à faire partir le leader des frères musulmans de la présidence de la République égyptienne.

 

 
MOTS CLES :

15 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

courage à vous

Par NADE Berty

08/08/2013 20:09

Courage et Bravo à vous ME Douzima et monsieur Lakosso ...Continuez sur cette voie et ne lâchez rien . Vous avez le soutien de toute la population qui a tant souffert du fait des FOUS de la Séléka. Ne vous laisser pas impressionner par leurs intimidations...

Est-il possible de signer cette pétition en LIGNE? car beaucoup ont fui le pays et manifestent leur volonté à cette initiative...

Par SOROKATE

08/08/2013 21:09

Chère Me Édith Douzima , monsieur Gervais Lakosso, toutes mes gratitudes.
Pourquoi ne pas dire non aux bandits et criminels qui ignorent le caractère SACRE de l'être HUMAIN? La manne ne tombe plus du ciel, c'est désormais à l'HOMME de prendre sa destinée en main.

La RCA est un pays souverain seul le peuple Centrafricain au nom de la démocratie peut décider avec qui collaborer. Oui, aucun pays au monde ne peut accéder au développement sans s'ouvrir au reste du monde, mais cela ne dois pas en revanche être une ciguë pour les Centrafricains(es).

Les relations entre la RCA et le Tchad depuis l'accession de son excellence président Idriss DEBY ypno ont connu trop de cour circuits,pour mobile du double jeu du président Tchadien, auteur des multiples malheurs de notre cher et beau pays.

Honte à ceux, qui, par le passé dans le but d’accéder au pouvoir en RCA ont sollicité l'appui de toute nature à ce dernier qui, jusqu'aujourd'hui ne cesse de nous déstabiliser. Nous sommes trahis des mécréants et avides du pouvoir, politiciens en carton. Notre dignité, notre fierté, notre honneur qui fond de nous une NATION deviennent un superlatif.

Nous sommes assimilés aux moutons de Panurge, notre sort dépend de l’extérieur, la RCA placée sous tutelle... Quelle HONTE.

toute aide venant du Tchad n'est qu'un poison pour la RCA, c'est pourquoi de commun accord avec vous, nous ne VOULONS PLUS de la présence des troupes TCHADIENNES chez nous en RCA,cela est valable sous toutes les forme.

Ne retirez pas cette pétition, allez jusqu'au bout, ensuite le retrait de ces COLONELS étrangers de seleka dans notre armée.

C'est le début de la FIN de seleka et toute sa dérivée. Toute personne désirant intégrer l'armée nationale( FACA), doit en principe décliner son identité, sa vraie nationalité, chanter notre HYMNE national, connaître l'histoire de la société Centrafricaine comme conditions fondamentales.

Centrafricaines, centrafricains joignons à massivement à cette initiative patriotique (pétition) afin de bouter loin de nos frontières ces envahisseurs Tchadiens, oiseaux de mauvaises augures.
Ils ont vécu trente années de guerres civiles chez eux ,disons non à cet Transfer en RCA.

La force d'un pays est son peuple, unissons nous afin de sauver notre DIGNITÉ.
Non à la présence des troupes Tchadiennes chez nous ! NON! NON! et NON.

Me Édith Douzima , monsieur Gervais Lakosso l'esprit de notre père national B.BOGANDA sera fier de vous. Non à la tyrannie, non à la servitude et au Néocolonialisme.

Molengué ti béafrica Zingôh na langô. Londô,Londô...

Mo koui ndali ti sessé ti a kotara ti mô.
Centrafricainement,
SOROKATE alias Domzan-bene.


Bonne initiative

Par Dambéti

09/08/2013 11:50

Bonjour à tous, juste pour savoir ou? sur quel site? peut-on trouver le document à signer, je suis à 100% d'accord avec nos deux conférenciers, Me DOUZIMA et Mr lakosso, ne lâcher rien et continuer comme ça, mille bravo???

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués