DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Le bureau du CNT démissionnaire, vive la transition!

Par Sylvestre Sokambi et Martial Mongba - 07/08/2013

Ferdinand Alexandre Nguendet a finalement quitté son poste de président du Conseil National de Transition qu’il occupe depuis 16 avril 2013

 

Ferdinand Alexandre Nguendet a cédé à la pression de la communauté nationale et internationale. Ce dernier a finalement quitté son poste de président du Conseil National de Transition qu’il occupe depuis 16 avril 2013.

Mais seulement quarante-huit heures après l’élection de ce dernier à la présidence de la troisième institution de la transition, les signaux de la remise en question de son élection ont commencé à apparaitre. En effet, à l’issue de la désignation du président de transition et de celui du CNT, Me Nicolas Tiangaye, Premier ministre de la transition a conduit une délégation dont faisait partie Alexandre Nguendet au sommet de N’Djamena. Les chefs d’Etat et de gouvernements de la sous-région réunis ont décidé de porter le nombre des conseillers nationaux de 105 à 135. Cette exigence que les autorités de transition avaient exécutée, lançait ainsi l’idée du renouvellement du bureau de la troisième institution de cette transition. Mais, l’opinion nationale a suivi les obstacles qui sont nés et qui ont miné la transition après l’idée de la révision du bureau. Le premier a été la question de l’ordre protocolaire qui a opposé la primature au bureau du CNT. Il a fallu l’intervention musclée de la médiation pour que cette question soit définitivement résolue. C’est ainsi que le premier ministre occupe la deuxième place après le président de transition et le président du CNT la troisième dans l’ordre protocolaire de la République. En définissant les règles de fonctionnement du CNT, le groupe des conseillers favorable au président avaient réussi à introduire la motion de censure dans le règlement intérieur de l’institution. De l’avis de nombreux observateurs de la vie politique centrafricaine, l’idée cachée derrière cette initiative, c’était de contrecarrer les pouvoirs élargis que les différents accords et les déclarations sur la crise centrafricaine, conféraient au premier ministre, chef du gouvernement d’union nationale.

 


© fr.africatime.com
Ferdinand Alexandre Nguendet a quitté son poste de président du Conseil National de Transition
La transition a failli prendre un coup avec l’élaboration et le vote de la charte constitutionnelle qui devrait faire office de constitution de la transition. Les questions de l’inéligibilité, de contreseing ont été combattues. De sources dignes de foi, le président du CNT et sa suite réputés proches du numéro 1 de la transition ne voulaient pas entendre parler du contreseing de qui, selon eux, étaient une manière de réduire les marges de manœuvres du président de transition. Ces derniers voulaient absolument sauter l’interdiction qui était faite aux principaux acteurs de la transition de se présenter aux élections présidentielle et législatives. Malgré que ces questions aient été retenues dans la charte, le président de transition avait promis de saisir le médiateur sur la question de l’inéligibilité. Il convient de relever la lenteur observée dans la promulgation de la charte après son adoption par le CNT. Les choses se sont précisées lorsque la charte a été promulguée puisqu’il était question désormais d’asseoir des institutions qui répondaient aux exigences contenues dans la loi fondamentale de la transition. La première bavure a été la reconduction du premier ministre et du gouvernement par les décrets 13.275 et 13.276. Ces décrets n’ont été signés que par le président de transition ce qui signifie qu’ils ne respectaient pas les exigences de contreseing. Conformément à l’article 105 de la charte, les deux décrets étaient frappés de nullité. Ce que le président de la transition et celui du CNT n’ont pas su prévenir, c’est que la charte de transition les liait à certains égards surtout sur la question du renouvellement du bureau du CNT. En abrogeant l’arrêté désignant les conseillers nationaux pour le remplacer par un décret, Michel Djotodia venait de créer une nouvelle institution qui devrait juridiquement constituer son bureau.

De sources proches de la diplomatie, ces derniers temps, le torchon a brulé entre la primature et la présidence sur la question de contreseing et du renouvellement du bureau du CNT. Cette situation a précipité un déplacement du représentant spécial du médiateur le Général Essongo à Brazzaville pour consulter le président Denis Sassou Nguesso. La pression internationale a fini par faire plier les défenseurs du non renouvellement du bureau du CNT. A dire vrai, la réalité a prouvé que Alexandre Nguendet avait tort de mettre fin au débat sur cette question dans son discours d’ouverture de la session ordinaire du CNT. Il est important de souligner que c’est tout le bureau du CNT qui a remis sa démission. Un vote est prévu au plus tard le mercredi 07 août 2013. De sources proches du CNT, Alexandre Nguendet sera candidat à sa propre succession.

A voir de prêt, le sens de consensus et le dialogue conseillés par les accords sur la crise manquent aux autorités de transition. Le pays n’aurait pas besoin de l’intervention extérieure pour résoudre certains petits problèmes techniques comme ceux liés au contreseing, au renouvellement du bureau du CNT si nos dirigeants observaient à la lettre l’esprit de dialogue et de consensus contenu dans les différents accords signés depuis janvier dernier.

 

 

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Scénario ,ridicule...

Par SOROKATE

09/08/2013 15:25

Même scénario, même musique.
Comme j'avais dit la fois dernières dans mes analyses rien ne va changer monsieur A.Ngendet va revenir au fauteuil du CNT.

Il constitue un pion pour accompagner le régime issu de la seleka dans son programme de déshumaniser les Centrafricains(es).

Un sort unique à toi ho RCA.

Vive la mangeocratie en RCA.
SOROKATE,

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués