SOCIéTé  |    

Statut: 5.000 Centrafricains deviennent refugiés au Congo

Par journaldebangui.com - AFP - 01/08/2013

Selon le Comité national d'assistance aux réfugiés (CNAR), c'est la première fois que le Congo accorde ce statut de réfugiés à un groupe de ressortissants étrangers

 

Le gouvernement congolais a reconnu le statut de réfugié à quelque 5.000 personnes qui ont fui les évènements socio-politiques de ces derniers mois en République Centrafricaine (RCA) et ont trouvé refuge sur son territoire, a-t-on appris mercredi de source officielle. Le Congo "reconnaît la qualité de réfugiés prima facie" - "de prime abord" - (...) à toutes ces personnes qui ont été contraintes de quitter leur pays d'origine ou leur résidence habituelle", indique un communiqué, signé par le ministre des Affaires étrangères, Basile Ikouebé. Selon la convention de l'ex-Organisation de l'Unité Africaine (OUA, actuelle Union Africaine) de septembre 1969, "sont déclarés les réfugiés prima facie (...) les personnes qui arrivent en groupe, à qui première vue on attribue le statut de réfugiées sans être interrogées".

 


© journaldebangui.com
Les réfugiés centrafricains (au Cameroun)
Le texte précise que 5.000 personnes ayant fui les évènements politiques en Centrafrique entre décembre 2012 et mars 2013 sont concernées par cette décision. Selon le Comité national d'assistance aux réfugiés (CNAR), c'est "la première fois que le Congo accorde formellement ce statut de réfugiés prima facie à un groupe de ressortissants étrangers". "Concernant les personnes qui ont fait partie des forces de l'ordre de la RCA, cette mesure ne leur sera applicable qu'après renonciation formelle à leur statut de militaire pendant la durée de leur exil en République du Congo", poursuit le communiqué.

Le texte conclut que le statut de réfugié prima facie est "susceptible de révocation en cas de violation des textes régissant le cadre juridique du droit d'asile en République du Congo (...)". Pays voisin du Congo, la RCA vit une grande insécurité depuis le 24 mars, date marquant l'arrivée au pouvoir de la Séléka, une ex-rébellion qui a renversé le président François Bozizé. Le Congo a envoyé début juin à Bangui un contingent composé de 150 policiers et gendarmes dans le cadre de la Fomac (Force multinationale de l'Afrique centrale) pour sécuriser la capitale centrafricaine et protéger sa population.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués