DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Centrafrique: déclaration liminaire du président de la Transition

Par bêafrika Sango - 31/07/2013

Lors de la conférence de presse conjointe avec le Premier ministre et le président du Conseil national de Transition

 

Monsieur le Premier Ministre,
Monsieur le Président du Conseil National de Transition,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Mesdames et Messieurs les Journalistes et Professionnels des Médias,

Je suis très heureux de vous accueillir en cette rencontre dédiée aux journalistes et professionnels des médias et je vous remercie tous d’avoir répondu favorablement à cette sollicitation. Ces remerciements vont, en particulier, au Premier Ministre qui a adhéré à cette initiative. Je souhaite qu’elle inaugure une nouvelle ère de partenariat apaisé, harmonieux et débarrassé de tout a priori tendancieux. Si votre adhésion est confirmée, je m’emploierai à en faire un lieu d’échanges périodiques ou selon les circonstances. Voilà quatre mois environ que je suis aux commandes de l’Etat. Vous connaissez mieux que quiconque les raisons qui ont amené la coalition Séléka à provoquer les évènements du 24 mars 2013. Relatant les informations au quotidien, vous n’avez cessé de décrier dans les colonnes de vos journaux, sur les ondes et les sites internet, les difficultés du peuple centrafricain. Vous exercez un métier noble qui est aussi, il faut le reconnaître, un sacerdoce. Par vocation, j’en suis certain, vous avez embrassé cette profession malgré les incertitudes qu’elle comporte. Puisque tel est votre choix, pratiquez-le avec conviction, selon les règles de l’art et surtout par amour et respect pour tous ceux qui vous font confiance et également par amour pour ce pays qui est le nôtre et que nous chérissons tous au regard des sacrifices que nous consentons à le maintenir debout.

 


© Bêafrika Sango
Le président de Transition de Centrafrique
Le 03 mai dernier, j’ai célébré avec vous la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse. Connaissant les difficultés qui sont les vôtres à l’instar de toutes les Institutions de l’Etat, j’avais fait un geste dont la valeur symbolique est au-delà de sa modicité. A cette même occasion, je vous avais fait la promesse que je ne m’érigerai ni en censeur, encore moins en oppresseur de la presse. Car c’est en faisant usage de votre liberté de parole et de votre liberté de rédaction que votre métier resplendira de tout son éclat dans le contexte qui est le nôtre. La liberté qui vous est conférée ne doit en rien altérer votre contribution au développement, à la consolidation de la paix et à l’éducation du peuple centrafricain. Je vous sais capables d’atteindre ces objectifs, imbus que vous êtes du sens de votre devoir de reconnaissance envers la patrie qui nous abrite et fait notre fierté.

Mesdames et Messieurs les journalistes et professionnels des Médias
Nombreux parmi vous ont été formés à la pratique du journalisme en temps de crise grâce à l’appui financier et technique des partenaires au développement. Je n’ai nullement l’intention encore moins la prétention de vous apprendre votre métier. Plus que jamais en cette période, le pays a besoin de votre regard citoyen. Dans vos productions, les commentaires sans passion se doivent d’être constructifs et assortis de propositions et suggestions. Vous serez ainsi les meilleurs conseillers de ceux qui ont la charge de la gestion de la chose publique. Ce n’est pas parce que vous mettez en évidence des actions positives du Gouvernement que vous compromettrez et que vous perdrez votre qualité de journaliste, c’est-à-dire votre indépendance d’analyse. Bien au contraire, vos arguments seront un encouragement pour les autorités à redouble d’efforts.

Mesdames et Messieurs les journalistes et professionnels des Médias
En vous faisant ces observations, je ne vous demande pas de verser dans l’autre travers qui est le culte de la personnalité. Cette période d’encensement, de flagornerie doit être considérée comme révolue. Je vous exhorte à aimer votre travail et de l’accomplir avec tout le professionnalisme qu’il requiert. Face aux défis que nous devons relever pour développer notre pays, vous devez être les artisans de paix et non des catalyseurs de violence. Les tâches qui nous attendent sont immenses. Maintenant, avec votre permission, portons ensemble un regard sur le chemin déjà parcouru avec l’accompagnement de la communauté internationale.

Je saisis l’occasion pour lui rendre un hommage appuyé plus particulièrement aux Chefs de l’Etat de la CEMAC dont le concours inestimable nous est très précieux. Je mentirai si je disais que les accouchements des résultats obtenus ont été sans douleur mais nous y sommes parvenus après, parfois, je le concède de laborieuses discussions car tel est le propre des résultats durables. Je tiens, ici à saluer la disponibilité et l’esprit d’ouverture de toutes les parties prenantes à la transition. Convaincus qu’elles ont été inspirées par le désir d’aider notre pays à sortir durablement de la crise, nous avons donné une suite favorable à toutes les recommandations fortes résultant des différents sommets des Chefs d’Etat de la CEEAC tout en continuant à prendre en compte, en aparté, les conseils sur des sujets spécifiques dans mes prises de décision. Elles concernent notamment les délais de la transition fixés à 18 mois, le respect des Accords de Libreville en ce qui concerne la désignation du Premier Ministre, la formation d’un Gouvernement d’Union Nationale, mise en place d’un Conseil National de Transition d’abord de 105 membres élargis par la suite à 135. La promulgation de la Charte Constitutionnelle est intervenue il y a peu, même si elle comporte quelques imperfections comme dans toute œuvre humaine, reflet de la complexité de la vie ; l’essentiel étant de nous atteler à améliorer les conditions d’existence de nos compatriotes qu’ils attendent avec impatience et je les comprends. Dans la pratique, j’invite toutes les Institutions à cette compréhension.

Il reste, principalement, la mise en place de la Cour Constitutionnelle de Transition de même que le Haut Conseil de la Communication. Elle ne saurait tarder, le terrain étant déjà balisé par la Loi fondamentale. Le versement de deux mois de salaires aux fonctionnaires et agents n’est pas peu de chose. Je me fais le devoir de l’inscrire dans les priorités du Gouvernement. Je réitère les sentiments de gratitude qui m’animent à l’égard des Chefs d’Etat de la CEEAC et de la CEMAC.

Le déploiement des autorités administratives, notamment, les préfets, a été lancé. A la date du 26 juillet, huit d’entre eux ont été installés et je salue le travail accompli par le Ministre de l’Administration du Territoire pour son courage. Le mouvement des sous-préfets, secrétaires généraux de préfectures et sous-préfectures est à un stade avancé de préparation. Il est souhaitable qu’il aboutisse le plus rapidement possible pour compléter le dispositif institutionnel de reprise en main de l’administration du pays.

La question sécuritaire reste une préoccupation majeure pour moi. J’ai conscience qu’elle est le passage obligé vers la reprise totale des activités socio-économiques sans lesquelles la paix que nous nous employons, avec l’aide de la communauté internationale, à construire demeurera un vain mot. Je déplore et condamne avec fermeté toutes les violences qui sont commises à l’encontre des populations. Sur elles, je verse des larmes de compassion et présente toutes mes condoléances aux familles éprouvées. Il n’y a plus de place pour l’impunité dans notre pays et je le répète, il n’y a plus de place pour l’impunité dans notre pays. Les auteurs de ces crimes crapuleux sont en sursis. Ils seront traqués, arrêtés et poursuivis. Je ne puis m’empêcher d’avoir une pensée reconnaissante pour l’aide de la FOMAC qui dispose déjà sur le terrain plus de deux mille hommes qui appuient les efforts du Gouvernement dans le désarmement et la sécurisation de Bangui.

Elle vaut aussi pour l’Union Africaine, en particulier pour le Conseil de la Paix et de la Sécurité qui promet de déployer près de quatre mille pour sécuriser le pays. Ce serait prétentieux de ma part d’affirmer que ce bilan est exhaustif et satisfaisant. Le plus important est que nous avons foi et que nous réalisons des progrès aussi modeste soient-ils.

Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Président du CNT,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Mesdames et Messieurs les Journalistes et Professionnels des Médias,
S’agissant d’un échange, je ne souhaite pas monopoliser la parole mais plutôt la partager pour la rendre plus fructueuse.
Je vous remercie de votre bienveillante attention

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Les dégâts causés parla SELEKA sont immenses ...

Par SOROKATE

31/07/2013 12:20

Cher monsieur le Président de transition,
Franchement je n'ai pas confiance en vous, suite à mon constat de ce que vous et vos hommes de SELEKA ont infligé au peuple Centrafricain à tort.
Venir dire que, vous versez des larmes de compassion aux Centrafricains meurtris c'est pas vrai,car toutes les exactions, violes, pillages sont pré-établis par vous ,d'ailleurs votre silence complice en témoigne.

A Bouar l’élevage de parcs est interdit, à Bandoro plus question de vendre les viandes boucanées au marché ha oui...

Reste à savoir les vrais mobiles de ce qui vous a motivé à commettre ce coup d'Etat constitutionnel du 24 Mars 2013. Toute l'étendue du territoire Centrafricain est SYSTÉMATIQUEMENT mis à sac, les administrations étatiques, privés, les ONG caritatives, les églises, paroisses, les pasteurs, prêtres à l'exception de tous ceux qui sont de confession ISLAMIQUE .

Je ne suis pas entrain de faire un procès de religion, mais juste un constat des faits avérés.
Vous me paraissez dangereux pour la cohésion nationale.

Cher président, dites moi pourquoi aviez vous recruté des mercenaires étrangers pour venir massacrer vos compatriotes? étant vous m^me Centrafricain de SOUCHE...

Quand on aime son pays peut-on cautionner cela?

Laissez les professionnels du médias faire les travail.

Mo sara a ita ti mo na passi a ke séngué, Nzapa ok a lingbi. A sara yé a pè.

Centrafricaines, Centrafricains gardons toujours espoir, a près la pluie il fera beau.

SOROKATE Alias-Domzan-bene.

Les dégâts causés parla SELEKA sont immenses ...

Par SOROKATE

31/07/2013 12:26

Cher monsieur le Président de transition,
Franchement je n'ai pas confiance en vous, suite à mon constat de ce que vous et vos hommes de SELEKA ont infligé au peuple Centrafricain à tort.
Venir dire que, vous versez des larmes de compassion aux Centrafricains meurtris c'est pas vrai,car toutes les exactions, violes, pillages sont pré-établis par vous ,d'ailleurs votre silence complice en témoigne.

A Bouar l’élevage de porcs est interdit, à Bandoro plus question de vendre les viandes boucanées au marché ha oui...

Reste à savoir les vrais mobiles de ce qui vous a motivé à commettre ce coup d'Etat constitutionnel du 24 Mars 2013. Toute l'étendue du territoire Centrafricain est SYSTÉMATIQUEMENT mis à sac, les administrations étatiques, privées, les ONG caritatives, les églises, paroisses, les pasteurs, prêtres à l'exception de tous ceux qui sont de confession ISLAMIQUE .

Je ne suis pas entrain de faire un procès de religion, mais juste un constat des faits avérés.
Vous me paraissez dangereux pour la cohésion nationale.

Cher président, dites moi pourquoi aviez vous recruté des mercenaires étrangers pour venir massacrer vos compatriotes? étant vous m^me Centrafricain de SOUCHE...

Quand on aime son pays peut-on cautionner cela?

Laissez les professionnels du médias faire les travail.

Mo sara a ita ti mo na passi a ki séngué, Nzapa oko a lingbi. A sara yé a pè.

Centrafricaines, Centrafricains gardons toujours espoir, a près la pluie il fera beau.

SOROKATE Alias-Domzan-bene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués