DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Centrafrique: la traque couteuse, inextinguible et juteuse de Joseph Kony

Par Rodrigue Joseph Prudence MAYTE - 29/07/2013

A travers cette rébellion de Joseph Kony, la Centrafrique est devenue une valeur vénale et on s’interroge sur la capacité de nuisance de ce trublion qui échappe par hasard aux américains

 

Il est impossible d’avoir à l’heure actuelle une vue systémique et un bilan approximatif sur la traque de la rébellion ougandaise de Joseph Kony dans toutes les préfectures de Mbomou et de Haut Mbomou. A l’origine, cette rébellion a été traquée en Ouganda de la même manière qu’on cherche une aiguille dans une botte à foin au point qu’elle transita durant un laps de temps en République Démocratique du Congo pour poser in fine ses valises dans les deux grandes préfectures citées ci-haut de la République Centrafricaine. De prime abord, la rébellion de Joseph Kony a véritablement tétanisé la population locale de ces deux préfectures depuis son avènement en Centrafrique. Inutile de répertorier tous les événements macabres, les pires atrocités, les actes d’animosités et de barbaries perpétrés par cette rébellion en Centrafrique puisqu’ il s’est avéré que Joseph Kony, le chef des rebelles, a été déclaré « Wanted » par les grandes instances internationales.

 


© journaldebangui.com
Rodrigue Joseph Prudence MAYTE
D’ores et déjà, il faut admettre que la rébellion de Joseph Kony multiplie ses escapades dans toutes les préfectures de Mbomou et de Haut Mbomou depuis quelques années et les rebelles déambulent sans sonner trompette ni tambour avec leurs cortèges de désacralisation de l’espèce humaine par l’entremise du cannibalisme. Aussi, ils embrigadent manu militari les enfants (filles et garçons) dans la rébellion pour des fins purement diverses et ils les lâchent après plusieurs mois ou années de dévergondages dans la nature sachant que ces jeunes sont désormais devenus des machines à tuer voire des potentiels rebelles pour la déstabilisation du pays si jamais une structure adéquate ne les prenne pas en charge pour une orientation sociale idoine. En plus, la rébellion de Joseph Kony a toujours brillé par ses actes de vandalismes et ses multiples cas de viols sur la gente féminine. De village en village…Partout où ces rebelles passent, c’est la désolation générale et un remords inextinguible. En réalité, les femmes sont violées, violentées et mutilées à tout va et cette pratique continue toujours et encore…

Il est vrai que depuis bientôt dix (10) ans, les forces ougandaises sous l’égide de quelques instructeurs des forces spéciales américaines traquent cette rébellion sur le territoire centrafricain. Seulement, il convient d’admettre qu’il n’y a eu aucune avancée palpable sur le plan sécuritaire depuis la présence de ces forces étrangères. Curieusement, la rébellion s’active encore davantage et la forêt centrafricaine semble être en danger avec l’abattage frauduleux de l’espèce animalière notamment des éléphants. De surcroît, le sous sol des préfectures de Mbomou et de Haut Mbomou dégage non seulement une richesse non négligeable mais subit également des manœuvres extractives peu orthodoxes. D’ailleurs, des informations de sources concordantes mettent en exergue le scénario selon lequel, les ivoires (substance osseuse qui constitue la plus grande partie des dents, les défenses d’éléphant) sont régulièrement vendus dans un pays de l’Afrique anglophone via l’Ouganda …Un cycle régulier de vente qui a toujours rendu la poursuite de Joseph Kony inextinguible pour le pays bénéficiaire, couteuse pour le pays victimisé et juteuse pour les stratèges de la traque.

A travers cette rébellion de Joseph Kony, la Centrafrique est devenue une valeur vénale et on s’interroge sur la capacité de nuisance de ce trublion qui échappe par hasard aux américains. Comment Joseph Kony qui n’a même pas le physique d’un thésard appliqué pourrait ‘il échapper autant que faire se peut aux moyens sophistiqués de localisation des américains ? Un essayiste centrafricain disait : « Tant que ceux qui militent pour l’indépendance du Sud soudan ne finiront pas de donner les appuis nécessaires à ce pays en pleine construction, la traque de Joseph Kony serait toujours un bouc émissaire et la Centrafrique un dindon de farce ». La rébellion de Joseph Kony restera bien évidemment une équation dont les inconnus échapperont aux Centrafricains. Toutefois, il est important de cautériser les plaies béantes laissées lors du passage des rebelles dans la conscience de la population locale... L’occasion fait le larron pour que des associations, qui prônent l’épanouissement et la protection de la femme à l’instar de Pauline Femme Centrafricaine dans le 7ème arrondissement à Bangui, puissent se déployer sur tout le territoire centrafricain en vue d’apaiser et de mettre en confiance ces femmes qui deviennent de plus en plus la proie de ces tyrans sanguinaires.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Ce constat me paraît vrai, il y a un mystère au tour du phénomène KONY...

Par SOROKATE

31/07/2013 19:33

Toute l'étendue du territoire Centrafricaine regorge d'immense richesses qui, à mon avis un catastrophe économique. Ha oui,

Réfléchissons un peu, toutes les localités considérées comme épicentre des rebellions en RCA sont des zones d'exploitations de minerais.

Mais, qu'est qu'on constate, c'est que tout étranger considéré comme un danger pour sa patrie trouve refuse chez nous en RCA, une fois s'installé commence à infliger aux Centrafricains de sort cruels et inhumains sans s'être gêner.

C'est impensable ,voire inadmissible pour un pays comme le notre qui se veut souverain.
franchement cette question de KONY me ronge le moral, je suis indigné. Un étranger qui vient s'installer chez vous dans votre pays , il tue, viole, pille, incendie des maisons, impute des des pieds ,des nez, des bras... des pauvres gens sans défense nus comme un verre de terre pour motif qu'il est contre le pouvoir de son pays.

Le problème que Le démon de KONY a avec le régime(gouvernent) de son pays a quel rapport avec la Centrafrique encore moins sa présence chez nous. D'ailleurs il n'a pas sollicité l'asile quelconque à notre pays, c'est une violation, une agression contre notre Etat.

Ayant un général d'armée de formation le plus ancien à la tête de notre pays( BOZIZE)devait normalement pulvériser Ce vampire de KONY ça sera un signal aux éventuels ennemis de la RAC. Malheureusement notre président général d'armée Mr F.BOZIZE n'était qu'un illusionniste.
Un exemple saillant est le cas BABALADE, mercenaire fidèle artisan du coup d'Etat du 15 Mars 2003, une fois introniser son patron BOZIZE a opté pour racketter les pauvres centrafricains dans l'arrières pays par expérience du passé avec BOZ au maquis. a près avoir terminé sa mission, le butin de guerre en main, le président de la république a mis un avion spatial à sa disposition ( BABALADE) pour son rapatriement en toute dignité chez lui au Tchad.

Je ne pense pas que Mr KONY recherché par l'armée multinationale déployée en RCA sous le commandement de USA sans succès me laisse perplexe.

Normalement à près avoir éjecté BOZ de la présidence la seleka devrait s'attaquer à la problématique de KONNY au lieu de se constituer en tsunami cotre les Centrafricains.

Certes il y a une hypothèse de complicité extérieure de soutien à KONY pour son sale besogne en RCA, laissons le temps au temps la vérité triomphera un jour.

Tout se paie ici bas n'est-ce pas?

I kouè gui guènè na ndo ti sessé so.
SOROKATE Alias-Domzzanbene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués