ECONOMIE ET BUSINESS  |    

CEMAC/Afrique: Une concertation en vue d'une relance économique

Par Kelly BRUNOIR/source Xinhua - 12/08/2010

Une réunion avec des organismes financiers pour redorer le blason de l'Afrique

 

Une réunion des experts des pays de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) s’est déroulée en République démocratique du Congo (RDC) en vue de la relance des négociations sur l'accord de partenariat économique (APE) avec l' Union européenne (UE). Ccette réunion du Comité régional de coordination des négociations APE devra consister à élaborer un canevas de discussions avec les négociateurs européens à partir des recommandations du Conseil des ministres de l'Union économique de l'Afrique centrale (UEAC) qui a eu lieu en mars à Douala, la métropole économique du Cameroun, pour une ouverture à 60% des marchés.

 


© Republicoftogo.com
CEMAC, image d'illustration
Dans un premier temps, cette instance avait préconisé une libéralisation dite supportable à 71% des marchés de la région et une période préparatoire de 7 ans. C'est la base de négociations qu'exige aujourd'hui l'UE, a révélé une source proche du dossier à Yaoundé, la capitale camerounaise. Pour la relance des négociations, les Européens veulent qu'on reprenne les négociations sur la base de 71% d'ouverture et 29% d' exclusion des marchés. Ils refusent les 60% proposés par les ministres à Douala, a confié Dr. Maximin Emagna, expert en négociations sur les APE dans la région. Cette position diffère des 80% demandés au départ par l'UE, en contrepartie d'une offre d'accès à son propre marché dite à 100%, sans droit de douane pour tous les produits de commerce, excepté le riz et le sucre, en provenance des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) avec lesquels elle négocie ces accords et auxquels appartiennent les Etats de l'Afrique centrale. Les discussions entre les deux parties sont au point mort depuis la dernière concertation en février 2009 à Libreville au Gabon, à cause de désaccords sur la méthodologie de calcul de l'impact fiscal net de l'accord de partenariat économique pour l'Afrique centrale. Une étude réalisée en 2008 avait indiqué que la compensation pour les pertes fiscales dues à cet APE serait de 4 milliards d’euros pour cette région africaine. Mais, l'Union européenne estime que la mise en place de réformes institutionnelles permettra d’amoindrir ces pertes, voire de les rendre quasiment nulles. A l'exception de la Guinée équatoriale qui a prévu de n'adhérer à l'accord qu'en 2020 et participe aux négociations en qualité d' observateur, tous les autres pays de la CEMAC sont concernés par ce processus: le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon et le Tchad.
 
MOTS CLES :  économie   Partenariat   Financement   Accord 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • CEMAC: Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale.
  • UEAC: Union économique de l'Afrique centrale.
  • ACP: Afrique, Caraïbes et Pacifique.
  • APE: Accords de partenariat économique.

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués