SOCIéTé  |    

Bangui: une journée sans véhicule sur l’axe Bangui/Mbaïki

Par Rjdh-Rca - 18/07/2013

Les conducteurs entendent entrer en grève pour dénoncer les multiples tueries et tracasseries routières

 

Les conducteurs et receveurs de transport en commun sur l’axe Bangui- Mbaïki, ont observé une journée sans véhicule, ce mercredi 17 juillet, en mémoire de leurs collaborateurs enlevés et assassinés, par les éléments de la coalition Séléka. Selon Jean-Claude Yédanga, délégué des transporteurs sur l’axe Bangui-Mbaïki, le but de cet arrêt de travail était de compatir avec les parents des victimes. «Cet arrêt des activités est une occasion pour nous d’être plus proche des parents des victimes de l’exécution sommaire: un chauffeur et son receveur, tués par les éléments de la séléka», a-t-il expliqué. Les corps des victimes ont été retrouvés le lundi 15 juillet sur la rive du fleuve Oubangui par des piroguiers. Le constat révèle que les victimes ont subi des tortures avant d’être abattues. Jean-Claude Yédanga a par ailleurs déploré des actes de barbarie que subi au quotidien les conducteurs des véhicules de transport en commun sur cet axe. Ces actes sont perpétrés par les éléments de la Séléka. «Un service minimum n’est pas mis en place, parce que nous devrons tous être présents à la cérémonie funéraire», a-t-il dit.

 


© journaldebangui.com
Grève des transporteurs sur l'axe Bangui / Mbaiki
Les conducteurs entendent entrer en grève pour dénoncer les multiples tueries et tracasseries routières
Dans son explication Maturin Koézé-Samba, secrétaire général du syndicat des transporteurs de l’axe Bangui-Mbaïki, a annoncé que le collectif se propose de lancer un préavis de grève à l’endroit des autorités. Ce document va leur permettre de présenter les difficultés qu’ils rencontrent face aux éléments séléka, dans l’exercice de leurs activités. «Nous allons remettre aux autorités du pays dès ce 18 juillet un préavis de grève pour revendiquer l’amélioration des conditions de travail. Sans notre prestation, comment la population pourrait se rendre d’un point à un autre», s’est indigné le secrétaire général. Les conséquences de l’arrêt de travail sur les activités commerciales se ressentent chez les vendeuses du marché km5. Celles-ci s’indignent tout en reconnaissant l’acte posé par les conducteurs et receveurs comme légitime. «Les chauffeurs et les receveurs ont raison d’observer ce mouvement. Ils sont au quotidiennement victimes des tracasseries sur cet axe. Ce que nous déplorons, c’est les conséquences de ce mouvement qui a une répercussion négative sur nos marchandises», a fait savoir le représentant des commerçants.

Le lundi 15 juillet, deux corps sans vies ont été retrouvés sur la rive Oubangui. Il s’agit du corps d’un chauffeur et un receveur de véhicule enlevé la semaine dernière au PK 9, route de Mbaïki, par les éléments de la Séléka. La découverte de 35 tee-shirts portant l’effigie de l’ancien président François Bozizé dans le sac d’un des passagers était à l’origine de cet assassinat.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués