NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: L’agenda électoral se complique

Par Madimba Nimba - 12/12/2010

Coordination Nationale de la commission Electorale Indépendante (CEI) rencontre d’énormes problèmes

 

Dans de nombreuses circonscriptions, les listings et les autres documents qui les accompagnaient ont été retenus par les agents recenseurs. La CEI à force de promesses, a fait de son mieux pour entrer en possession de ces documents électoraux. Globalement, les documents électoraux sont arrivés en retard. Ceux de certaines localités ne sont arrivés qu’il y a quelques jours (Kabo, Sido).

Des désarmements qui inquiètent
Or, avec toutes ces tracasseries qu’a connues la CEI, le matériel électoral lourd qui avait été prévu pour être déployé du 26 novembre au 15 Décembre 2010 n’a pu être acheminé. Avec cette situation, l’inquiétude est perceptible à la Coordination nationale de la CEI, car cela va entraîner une série de désagréments dans l’application du chronogramme. Au niveau de la CEI, les premières analyses des documents électoraux, quoi qu’en retard, posent de sérieux problèmes. Dans certaines localités et certains bureaux, le recensement a été très mal effectué, et pour couronner le tout, les différents documents ont été très mal remplis. Dans ces conditions, la Commission Electorale Indépendante se demande comment établir un fichier électoral fiable, qui ne soit pas sujet à contestation. Ce travail mal fait et parfois bâclé risque de donner lieu à un fichier incomplet, source de difficultés en perspective. Cette situation pour le moins inquiétante pour la CEI n’étonne pas quand on sait que certains membres des comités locaux, qui ont été pourtant bien formés n’ont pas appliqué à la lettre les enseignements qui leur ont été dispensés sur le recensement électoral et le remplissage des documents électoraux, conformes aux normes requises par la CEI.

 


© republicoftogo.com
Les urnes togolaises sont arrivées le 7 décembre dernier
Les difficultés s’accumulent
Ces difficultés proviennent de certaines entités qui ont désigné dans les comités locaux des personnalités qui ne savaient ni lire ni écrire (analphabètes). Ces personnalités ont éprouvé toutes les difficultés à comprendre et à retenir les enseignements dispersés en français par les coordonnateurs de la CEI. Dans ces conditions, comment ces membres des comités locaux, déjà en difficulté, pouvaient former des agents recenseurs. L’approximation dans la formation des agents recenseurs se traduit par les résultats qui parviennent en ce moment à la CEI à propos du recensement électoral, une opération très importante qui conditionne la suite du processus. Le déploiement du matériel lourd ne peut être connu, car le fichier électoral qui devait servir à déterminer le nombre de bureaux de vote, n’est pas connu. Au ministère de l’Administration du Territoire, on attend que ce travail en amont soit fait pour la signature de l’arrêté portant sur le nombre de bureaux de vote et de centres de dépouillement. C’est à partir de tous ces éléments probants que la répartition du matériel lourd peut se faire par circonscription et par localité. A presque sept semaines des élections du 23 janvier 2011 se pose un problème d’urnes. Celles qui avaient été achetées à l’époque par la Commission Electorale Indépendante (CEI) ne répondraient pas aux standards internationaux. Cela constitue une perte sèche pour la CEI qui ne s’était pas entourée de garanties avant de commander ces urnes. La Commission Electorale Indépendante doit maintenant déployer des efforts pour trouver dans l’immédiat 10.000 urnes. Le temps presse et le Togo a proposé 70.000 urnes; ce qui ne semble pas couvrir les besoins de la CEI. L’Afrique du Sud a promis 1800 urnes qui seraient stockées à l’aéroport de Johannesburg en attendant que la République centrafricaine assure le transport jusqu’à Bangui. Or, il semble que le gouvernement rechignerait, faute de moyens financiers, et compterait sur les avions militaires sud-africains pour assurer le convoyage des urnes jusqu’à Bangui. Malgré ce nombre, la CEI devra rechercher 1200 urnes aux standards internationaux. Les difficultés s’accumulent pour la CEI qui, visiblement, n’est pas prête de voir le bout du tunnel. Toutes ces difficultés n’auront-elles pas de répercussions sur l’agenda électoral ? La question reste posée.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués