DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Djotodia,Tiangaye et Nguendet seront-ils malgré tout candidats?

Par Carole Yetinzapa - Leconfident.net - 16/07/2013

«La situation apocalyptique de la RCA devrait tenir à cœur les principaux acteurs de cette transition qui doivent mettre de côté, leurs appétits insatiables qui n’honorent pas la République»

 

Le tiers-tête de la transition en Centrafrique, a été déclaré comme inéligible par le point 5 de la Déclaration de N’Djamena qui stipule que «Le Chef de l’Etat, le Premier Ministre et les Ministres membres du Gouvernement de transition, ainsi que le Président et les membres du bureau du CNT, ne peuvent se présenter aux prochaines élections». Fort de cette disposition, Michel Djotodia, président de la transition, le premier ministre Nicolas Tiangaye et les membres de son gouvernement tout comme Alexandre Nguendet et les autres membres du bureau du Conseil National de Transition (CNT), ne sont pas éligibles pour les futures élections présidentielle et législatives. Nonobstant la pertinence de cette disposition, il y a des signes avant-coureurs qui font penser le contraire d’autant plus qu’une des personnalités ci-dessus citées, a effleuré la question de l’inéligibilité des principaux acteurs de la transition. Et le ballon d’essai dans le cas d’espèce a été jeté par le président du Conseil National de Transition, Monsieur Alexandre Nguendet, dans sa déclaration de clôture de la troisième session du CNT consacrée à l’examen du projet de la Charte Constitutionnelle de Transition.

 

Ballon d’essai
La question d’inéligibilité des principaux acteurs de la transition centrafricaine sera soumise à l’appréciation du Président Sassou Nguesso de la République du Congo, Président du Comité de suivi de la crise Centrafricaine. «Il convient de noter que la question de l’inéligibilité du Chef de l’Etat de la Transition, du Premier Ministre, des Membres du Gouvernement, des Membres du Bureau du Conseil National de Transition aux prochaines élections législatives sera soumise à l’éclairage du Président du Comité de Suivi de la Crise Centrafricaine pour plus de précisions», a déclaré Alexandre Ferdinand Nguendet qui jette ainsi le pavé dans la marre. Une proposition qui crée encore une crise inutile pour la République Centrafricaine qui n’en a nullement besoin étant donné la situation plus que délétère de ce pays réduit au rang de pays assisté pour ne pas dire mendiant tant, pour assumer aujourd’hui ses obligations de souveraineté, notre pays tend la main à l’extérieur.

Et le président du CNT est bel et bien conscient de cette situation quasi apocalyptique mais, étant donné que les intérêts personnels de certains acteurs de la transition priment sur les intérêts du peuple, Ferdinand Nguendet n’a que faire, pensant ainsi à sa prochaine candidature aux élections législatives afin de demeurer ad vitam aeternam au perchoir de l’instance législative. Et comme Nguendet sait parfaitement qu’il ne peut arriver à ses fins sans la participation de Michel Djotodia à l’élection présidentielle, il ouvre le bal en y faisant inclure le président de la transition qui doit, rire sous cape de cette proposition qui lui va d’ailleurs droit au cœur, quoiqu’il dise. D’ailleurs, Michel Djotodia n’est-il pas en train de faire imprimer des tee-shirts à son effigie ? C’est dire que la proposition ainsi faite par Alexandre Nguendet, même si elle choque aujourd’hui la conscience commune, permet à ceux et celles qui se trouvent donc dans l’incapacité de briguer le suffrage universel lors d’échéances futures de se positionner et de faire bloc derrière l’initiateur de cette proposition qui, disons-le, n’est que le porte-voix.

Les mêmes maux produisant les mêmes effets, la République n’a pas besoin de renouer avec les mêmes erreurs du passé. Erreurs qui ont conduit aujourd’hui la République au fond du gouffre.

 

Et comme si cela ne suffisait pas, Ferdinand Alexandre Nguendet précise que la transition n’a pas encore commencé: «Il est également important de remarquer que le début de la transition commencera à courir avec la promulgation de la Charte constitutionnelle, pour répondre aux interrogations récemment posées sur la problématique de la computation du délai de la transition, notamment la question de savoir à partir de quand court le délai de la transition». Et que son «souhait le plus ardent est que l’application de cette Charte ne pose pas de problème dans les rapports entre les trois (3) pouvoirs de l’Etat et les organes de chaque pouvoir entre eux».

Eviter les erreurs du passé
Même si la seule volonté politique ne saurait transformer à elle seule la situation du pays, comme l’affirme Alexandre Ferdinand Nguendet, il n’en demeure pas moins vrai que cette volonté politique de faire participer en violation d’ailleurs de l’Accord de Libreville, les acteurs principaux de la transition, aux élections présidentielle et législatives est hautement condamnable. Car la situation apocalyptique de la RCA devrait tenir à cœur les principaux acteurs de cette transition qui doivent mettre de côté, leurs appétits insatiables qui n’honorent pas la République. Comment dans ce cas se mettre au travail pour sortir le pays de cette situation si ceux qui ont la charge de conduire la transition commencent déjà à penser à leur propre lendemain que celui du peuple ? Question pertinente qui se pose à Ferdinand Alexandre Nguendet et tous les tireurs de ficelle qui n’agissent pas à visage découvert. Même si le président du CNT appelle à la mobilisation, au travail et à la discipline, lui-même manque de vertus quand il propose sans sourciller, la participation des acteurs de la transition aux futures échéances. «C’est pourquoi, il devient impérieux que les Centrafricains se mobilisent et travaillent davantage et qu’ils se disciplinent. Cette discipline est indispensable, parce que c’est elle qui nous dictera la modération. Modération en tout, qu’il s’agisse des revendications ou du débat politique. Modération qui nous évitera de proférer des exigences surréalistes, surtout dans un contexte économique encore peu vigoureux».

Très beau comme déclaration mais dans le fond, le président du CNT se doit de se rendre compte que le simple fait de faire ressurgir cette question d’inéligibilité des acteurs de la transition, est sans doute, une exigence surréaliste qui ne sert en rien, les intérêts de la République et des Centrafricains. Si tel en est le cas, cette question d’inéligibilité ou d’éligibilité si chère au président du CNT ne servirait alors que ses propres intérêts et de tous ceux qui lui ont suggéré de jeter ce ballon d’essai afin d’apprécier les réactions des Centrafricaines et Centrafricains, par rapport à une telle proposition. Les mêmes maux produisant les mêmes effets, la République n’a pas besoin de renouer avec les mêmes erreurs du passé. Erreurs qui ont conduit aujourd’hui la République au fond du gouffre.
 
MOTS CLES :

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Qu'on disparaisse !

Par Ed

16/07/2013 18:02

Tout le monde veut bouffer jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien ! Alors qu'on en finisse avec le cadavre de la bete, que tout soit bouffé, et qu'on soit annexé par un pays tiers, c'est tout ce qui pourrait arriver de mieux. On n'est pas capable de se prendre en main, de travailler et de créer de la richesse. Nous sommes les parasites de l'afrique centrale, alors qu'on en finisse !

Nguendet destabilisation et corruption

Par Souleymane Mahamat

07/05/2015 18:08

Le président du parlement provisoire Alexandre Nguendet est un homme dangereux qui cherche a destabiliser la centrafrique en poussant pour une troisième transition. Il veut faire destituer la CET Catherine Samba Panza et bloqué le forum de Bangui pour assurer son intéret personnel puiquil nest pas éligible. Il doit son poste au soutien financier de Michel Djotodia et nésite pas a faire de la corruption et a retourner sa veste en salliant avec des groupes armés de tou bord pour preservé son avenir.

Non à la corruption de nguendet après le forum de bangui

Par BK

16/05/2015 17:50

Je partage ce point de vue, il faut réagir face à la corruption qui gangrenne notre monde politique. Alexandre Ferdinand Nguendet recherche à tout prix une troisième transition pour assurer son avenir et se venger de son ennemi catherine samba panza. Il se faisait un plaisir de crier au scandale avec le don angolais mais lui meme traine ses casseroles: compromission, conspiration avec son maitre a penser djotodia... Pas de chance pour lui, ses plans ont échoués puisque le forum de bangui est un succes pour la réconciliation de la rca!

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués