INTERVIEW  |    

Général Abdel Kader Kalil: «Nous avons déjà récupéré plus de 700 armes»

Par Prospert Yaka Maïde – Le confident.net - 15/07/2013

Il se positionne comme un pilier de la coalition Séléka qui a renversé le régime de Bozizé, il y a plus de quatre mois à Bangui

 

Tandis que les opérations de désarmement se poursuivent à Bangui, le phénomène de vol à mains armées prend de l’ampleur dans la ville. Certains gradés de l’ex-rébellion Séléka engagés dans le processus de désarmement sont obligés de combattre cette pratique. Le général Abdel Kader Kalil, confiant du travail qu’il fait, rassuré du retour de la paix dans le pays et surtout sans langue de bois, a accepté d’aborder toutes ces questions essentielles dans une interview accordée au journal Le Confident à l’hôtel Ledger où il vit.

Originellement, vous êtes membre de l’UFDR de Michel Djotodia puisque vous étiez représentant de cette rébellion dans le comité de pilotage du DDR. Êtes-vous satisfait du bilan du nouveau pouvoir de Bangui?
La coalition Séléka qui est aujourd’hui au pouvoir en Centrafrique avait tout mis en œuvre pour que la légalité constitutionnelle soit respectée mais les anciennes autorités n’ont pas voulu écouter la raison, c’est ce qui nous a conduit au coup d’Etat du 24 mars que le peuple a salué. Mais je dois dire qu’il n’est pas encore temps de parler de bilan, puisque les nouvelles autorités ne sont là que depuis trois mois. A mon avis, des efforts ont été faits sur plusieurs plans pour rassurer le peuple centrafricain et quotidiennement nous faisons des efforts dans ce sens, le temps viendra où nous parlerons aisément de bilan.

 


© leconfident.net
Le général Abdel Kader Kalil
Depuis la prise du pouvoir, vous comptez parmi les hommes de la Séléka qui s’investissent pour combattre le phénomène de l’insécurité, êtes-vous optimiste quant au retour de la paix?
La sécurité est une affaire de tous, il faut que chacun puisse s’y mettre afin que le pays puisse retrouver le chemin de cette paix, perdue depuis des décennies. Je pense qu’il y a de bonnes raisons de croire au retour effectif de la paix dans ce pays. Les hommes véreux qui se prennent pour des Séléka et qui sèment la panique dans la ville n’ont désormais aucune chance, car toutes les dispositions sont prises pour les contrecarrer, c’est ce que je fais avec mes hommes tous les jours. Si aujourd’hui je cours de gauche à droite, c’est pour rechercher cette paix et tous les Centrafricains ont intérêt à s’engager.

Dans la journée du mardi 08 juillet, vous aviez mis la main sur deux malfrats, connus comme des porteurs de tenue, pouvez-vous nous dire plus sur l’identité de ces deux brigands?
Il est vrai que j’ai arrêté deux hommes qui se sont rendus coupables des cas de vols. Tout a commencé le lundi quand, revenant de Pétévo dans le 6ème arrondissement, j’ai découvert qu’il y avait des gens qui coupaient les bois et les rabotaient dans une concession privée dans la zone. J’ai pu mettre la main sur deux grosses machines avec un stock inimaginable de bois dont l’abattage est strictement interdit en Centrafrique. J’ai pu arrêter les auteurs de ces pratiques, mettre la main sur les machines, les véhicules de transport, et j’ai confié le dossier aux techniciens des Eaux et Forêts pour traitement. Quand je suis parti de là-bas, des informations relatives à des vols de véhicules me sont parvenues et aussitôt je me suis rendu sur les lieux, sur la route qui mène à la maison du Premier Ministre. Effectivement, j’ai trouvé quatre véhicules mais lorsque j’ai demandé les papiers, on m’a sorti des pièces qui ne sont pas conformes. Je m’étais dit que si ces véhicules appartenaient à l’Etat, on pouvait les réparer afin de les mettre à la disposition des agents de l’Etat. Cet acte m’a fait beaucoup de peine parce qu’il y a des frères centrafricains qui continuent de garder les biens de l‘Etat bien que le gouvernement de transition soit mis en place. Il est important d’aider ce gouvernement afin qu’il puisse nous mener à bon bord sinon, on n’y arrivera jamais. Si nous continuons ainsi, il sera difficile d’arriver à organiser les élections dans le délai de deux ans comme prévu.

Le mardi à 4heures du matin, un braqueur avait pris en otage une famille au PK12. Informé, j’ai fait dépêcher une de mes équipes sur le terrain. Cette équipe est dirigée par le colonel Ibrahim. Ils sont arrivés avant moi sur les lieux et ont pu mettre la main sur le malfrat mais ce dernier avait lancé une grenade qui a fait de dégâts sur un enfant. Quand je suis arrivé, j’ai transporté le blessé à l’hôpital et le brigand qui était habillé en tenue militaire avec le badge Séléka, alors qu’il n’en était pas un, réellement, était conduit au Camp de Roux. Je ferai mon rapport pour que l’affaire soit gérée par le procureur de la République parce que la RCA est un pays de droit.

Vous dites qu’il est actuellement détenu au Camp de Roux?
Oui, il est là-bas.

 


© lavoixdelamerique.com
Bangui
Et le deuxième malfrat que vous aviez appréhendé?
La deuxième personne que nous avions appréhendée est un élément de la FOMAC. Il avait mis en vente quelques véhicules. Les informations que nous avons indiquent qu’il y a certains éléments de la FOMAC qui détournent les voitures que les propriétaires ont mises au niveau de leur base. Je dois reconnaitre que nous avions demandé aux FOMAC de nous remettre les véhicules qu’ils gardent là-bas pour nous aider à faire le travail, ils ont refusé. Or leur objectif, c’est de vendre ces véhicules et de renvoyer l’argent dans leur pays.

Informé de l’implication des éléments de la FOMAC dans la vente des véhicules basés au camp M’poko, je me suis dit qu’il était important d’attraper quelques-uns et de les utiliser comme preuve. Le mardi dernier, on m’avait informé que cet élément voulait vendre une voiture de marque RAV4. J’ai donc décidé de me déguiser en vendeur et je me suis comporté comme tel dès que je me suis rencontré avec ce militaire de nationalité camerounaise au niveau du centre-ville. Il était accompagné d’un autre qui s’est présenté comme étant un diplomate. Ayant vu la voiture, j’ai demandé à ce qu’on puisse l’essayer. Entre-temps, j’ai placé mes éléments à la station Total face au super marché Rayan. Dès que nous sommes arrivés, mes hommes nous ont encerclés. C’est moi qui étais au volant. C’est ainsi que le groupe a été conduit au Camp de Roux.

Comment savez-vous qu’il s’agit bien d’un élément de la FOMAC et de nationalité camerounaise?
Il s’agit d’un élément FOMAC qui est de surcroit Camerounais parce que j’ai les preuves.

Quelles sont ces preuves, mon général?
Je détiens les papiers de son ami camerounais qui s’est dit diplomate. Quant au militaire, j’ai son arme avec moi, c’est dans ma voiture et il a aussi des papiers qui le prouvent à suffisance.

Avez-vous saisi le général AKAGA à ce sujet?
Je l’ai appelé pour l’informer mais il n’a pas décroché pour des raisons peut être évidentes.

Quelle est la situation actuelle de ces deux hommes et ressortissants camerounais?
Le diplomate a été aussitôt libéré, car il n’est pas question de briser nos excellentes relations avec le pays frère du Cameroun parce qu’un petit groupe agit de la sorte. Quant à l’élément de la FOMAC, il a été décidé de le libérer et je l’ai libéré, mais il a refusé de partir sans son arme disant qu’il pourra être sévèrement sanctionné.

Connaissez-vous le nom de cet élément de la FOMAC?
Bien sûr puisque j’ai ses papiers et ceux du diplomate.

Depuis la semaine dernière, la FOMAC a lancé le désarmement effectif des éléments de la Séléka. Que pensez-vous de ces opérations?
Les éléments de la FOMAC ne désarment personne, ce sont les Séléka qui désarment les faux Séléka, voilà la vérité que certains veulent étouffer.

Combien d’armes avez-vous pu récupérer jusque-là?
Nous avons déjà récupéré plus de 700 armes et nous sommes décidés à aller jusqu’au bout.
La suite de Interview
 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Désarmement

Par Ndimakamoko

16/07/2013 13:58

De qui se moque t-on? Les armes de combat ne se distribuent pas comme des cacahouètes. Il y a bien une liste des militaires qui ont reçu ces armes. Pourquoi ne pas les rappeler à l'Etat major des FACA afin qu'ils déposent leurs armes dans les dépôts d'armes de l'armée nationale. Pour 20.000 hommes recensés, 700 armes récupérées donnent un pourcentage très faible à mon avis est très faible. L'insécurité est délibérément voulu pour retarder le retour l'ordre constitutionnel et l'état de droit.

VOILA LA PAIX POUR SELEKA

Par Observateur

16/07/2013 17:25

MULTIPLES CAS D’ASSASSINATS A BANGUI. ALAIN TOLMO PROMET UNE JUSTICE EXEMPLAIRE
MARDI 16 JUILLET 2013 12:51
LE PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE PRES LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE BANGUI, LE MAGISTRAT ALAIN TOLMO A FAIT LE POINT SUR LES RÉCENTS CAS D’ASSASSINAT A BANGUI. AU COURS D’UN POINT DE PRESSE, IL A QUALIFIE DE « BARBARE » L’ASSASSINAT DE CINQ PERSONNES ARRÊTÉES DANS UN VÉHICULE DE TRANSPORT EN COMMUN LE DIMANCHE 14 JUILLET 2013 A LA BARRIÈRE DU PK 9 SUR L’AXE BANGUI-M’BAÏKI PAR CERTAINS ÉLÉMENTS DE SELEKA.
LE VÉHICULE TRANSPORTAIT TRENTE CINQ (35) TEE-SHIRTS PORTANT L’EFFIGIE DE L’ANCIEN PRESIDENT FRANÇOIS BOZIZE.
LES CORPS DES VICTIMES EN ETAT DE DÉCOMPOSITION, PARMI LESQUELS CELUI DU PETIT FRÈRE DU PROPRIÉTAIRE DU VÉHICULE ET LE CHAUFFEUR, SONT REPÊCHÉS CE LUNDI APRES MIDI SUR LE FLEUVE OUBANGUI AUX ENVIRONS DE L’HOTEL OUBANGUI.
SELON LE MAGISTRAT ALAIN TOLMO, UNE ENQUÊTE EST DEJA OUVERTE POUR IDENTIFIER LES AUTEURS DE CE CRIME ODIEUX AFIN DE DETERMINER LES RESPONSABILITES.
« SI J’AI TENU A M’ADRESSER A LA PRESSE, C’EST PARCE QUE DEPUIS QUARANTE HUIT HEURES IL Y A DES DÉCOUVERTES DES CORPS DE CERTAINS DE NOS CONCITOYENS SUR LE FLEUVE OUBANGUI, NOTAMMENT AUX ENVIRONS DE L’HOTEL OUBANGUI AVEC FRÉQUENCE JOURNALIÈRE. CES CORPS SONT EN ETAT DE PUTRÉFACTION AVANCE. CES CORPS QUI FLOTTENT SUR LE FLEUVE OUBANGUI SONT REPECHES ET TRANSPORTES A LA MORGUE DE L’HOPITAL COMMUNAUTAIRE. IL S’AGIT DES CORPS ATTACHES PAR DES CORDELETTES. DEUX D’ENTRE CES CORPS SONT DÉJÀ IDENTIFIES ET RECUPERES PAR LES PARENTS. LES TROIS AUTRES CORPS SONT EN ATTENTE D’IDENTIFICATION. IL S’AGIT POUR NOUS EN TOUT ETAT DE CAUSE D’ASSASSINAT, DE CRIME CRAPULEUX QUI NE SAURAIT RESTES IMPUNIS…».
A L’ENDROIT DES FAMILLES ENDEUILLEES, LE PROCUREUR A PROMIS DE DIRE LE DROIT DANS TOUTE SA RIGUEUR. IL N’A PAS MANQUE DE SOULIGNER QU’IL PARTAGE AVEC ELLES CES MOMENTS DIFFICILES.
« QUAND AUX FAMILLES DEPLOREES, QU’ELLES REÇOIVENT L’EXPRESSION DE NOTRE COMPASSION SINCERE EN CE MOMENT DE DESARROI. POUR TERMINER, JE TIENS A SIGNALER AVEC FERMETE QUE LA JUSTICE SERA INTRAITABLE ET FERA PREUVE D’UNE RIGUEUR EXEMPLAIRE ».
LA DECOUVERTE DE 35 TEE-SHIRTS PORTANT L’EFFIGIE DE L’ANCIEN PRESIDENT FRANÇOIS BOZIZE DANS LE SAC D’UN DES PASSAGERS A ETE A L’ORIGINE DE LEUR ARRESTATION. SELON CERTAINES SOURCES, ON COMPTERAIT NEUF MORTS TRANSPORTES A LA MORGUE DE L’HOPITAL COMMUNAUTAIRE.
MAIS DEJA, CETTE DECOUVERTE MACABRE A SUSCITE LA COLERE DU MUTUEL DES TRANSPORTEURS DE CENTRAFRIQUE. LES TRANSPORTEURS DE LA LIGNE BANGUI-M’BAÏKI DECIDENT CE MARDI D’OBSERVER UNE JOURNEE SANS VEHICULE CE MERCREDI.
« NOTRE SYNDICAT EST FRAPPE D’UN DEUIL A CAUSE DE MORT TRAGIQUE D’UN DE NOS CHAUFFEURS ET SON APPRENTI. NOUS DEPLORONS CET ASSASSINAT ET DECIDONS D’OBSERVER CE MERCREDI UNE JOURNEE SANS VEHICULE AFIN DE COMPATIR AVEC LEURS FAMILLES ».
ALORS QUE LA JUSTICE OUVRE UNE ENQUETE DANS L’AFFAIRE DES ASSASSINATS A BANGUI, ALAIN NGOULA SOLDAT DE 1ERE CLASSE AU BATAILLON D’INTERVENTION TERRITORIAL (BIT) 3 EST ENLEVE DE FORCE CE LUNDI PAR LES ELEMENTS DE SELEKA DE LA PATROUILLE MIXTE AUX ENVIRONS DE 16 HEURES AU MARCHE BOY-RABE DANS LE 4EME ARRONDISSEMENT DE BANGUI. SELON UN DE SES FRERES D’ARME, IL A PASSE SON DERNIER COUP DE FIL VERS 19 HEURES, ET POUR L’HEURE, CE SOLDAT EST PORTE DISPARU.

MULTIPLES CAS D’ASSASSINATS A BANGUI. ALAIN TOLMO PROMET UNE JUSTICE EXEMPLAIRE
MARDI 16 JUILLET 2013 12:51
LE PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE PRES LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE BANGUI, LE MAGISTRAT ALAIN TOLMO A FAIT LE POINT SUR LES RECENTS CAS D’ASSASSINAT A BANGUI. AU COURS D’UN POINT DE PRESSE, IL A QUALIFIE DE « BARBARE » L’ASSASSINAT DE CINQ PERSONNES ARRETEES DANS UN VEHICULE DE TRANSPORT EN COMMUN LE DIMANCHE 14 JUILLET 2013 A LA BARRIERE DU PK 9 SUR L’AXE BANGUI-M’BAÏKI PAR CERTAINS ELEMENTS DE SELEKA.
LE VEHICULE TRANSPORTAIT TRENTE CINQ (35) TEE-SHIRTS PORTANT L’EFFIGIE DE L’ANCIEN PRESIDENT FRANÇOIS BOZIZE.
LES CORPS DES VICTIMES EN ETAT DE DECOMPOSITION, PARMI LESQUELS CELUI DU PETIT FRERE DU PROPRIETAIRE DU VEHICULE ET LE CHAUFFEUR, SONT REPECHES CE LUNDI APRES MIDI SUR LE FLEUVE OUBANGUI AUX ENVIRONS DE L’HOTEL OUBANGUI.
SELON LE MAGISTRAT ALAIN TOLMO, UNE ENQUETE EST DEJA OUVERTE POUR IDENTIFIER LES AUTEURS DE CE CRIME ODIEUX AFIN DE DETERMINER LES RESPONSABILITES.
« SI J’AI TENU A M’ADRESSER A LA PRESSE, C’EST PARCE QUE DEPUIS QUARANTE HUIT HEURES IL Y A DES DECOUVERTES DES CORPS DE CERTAINS DE NOS CONCITOYENS SUR LE FLEUVE OUBANGUI, NOTAMMENT AUX ENVIRONS DE L’HOTEL OUBANGUI AVEC FREQUENCE JOURNALIERE. CES CORPS SONT EN ETAT DE PUTREFACTION AVANCE. CES CORPS QUI FLOTTENT SUR LE FLEUVE OUBANGUI SONT REPECHES ET TRANSPORTES A LA MORGUE DE L’HOPITAL COMMUNAUTAIRE. IL S’AGIT DES CORPS ATTACHES PAR DES CORDELETTES. DEUX D’ENTRE CES CORPS SONT DEJA IDENTIFIES ET RECUPERES PAR LES PARENTS. LES TROIS AUTRES CORPS SONT EN ATTENTE D’IDENTIFICATION. IL S’AGIT POUR NOUS EN TOUT ETAT DE CAUSE D’ASSASSINAT, DE CRIME CRAPULEUX QUI NE SAURAIT RESTES IMPUNIS…».
A L’ENDROIT DES FAMILLES ENDEUILLEES, LE PROCUREUR A PROMIS DE DIRE LE DROIT DANS TOUTE SA RIGUEUR. IL N’A PAS MANQUE DE SOULIGNER QU’IL PARTAGE AVEC ELLES CES MOMENTS DIFFICILES.
« QUAND AUX FAMILLES DEPLOREES, QU’ELLES REÇOIVENT L’EXPRESSION DE NOTRE COMPASSION SINCERE EN CE MOMENT DE DESARROI. POUR TERMINER, JE TIENS A SIGNALER AVEC FERMETE QUE LA JUSTICE SERA INTRAITABLE ET FERA PREUVE D’UNE RIGUEUR EXEMPLAIRE ».
LA DECOUVERTE DE 35 TEE-SHIRTS PORTANT L’EFFIGIE DE L’ANCIEN PRESIDENT FRANÇOIS BOZIZE DANS LE SAC D’UN DES PASSAGERS A ETE A L’ORIGINE DE LEUR ARRESTATION. SELON CERTAINES SOURCES, ON COMPTERAIT NEUF MORTS TRANSPORTES A LA MORGUE DE L’HOPITAL COMMUNAUTAIRE.
MAIS DÉJÀ, CETTE DÉCOUVERTE MACABRE A SUSCITE LA COLERE DU MUTUEL DES TRANSPORTEURS DE CENTRAFRIQUE. LES TRANSPORTEURS DE LA LIGNE BANGUI-M’BAÏKI DECIDENT CE MARDI D’OBSERVER UNE JOURNEE SANS VEHICULE CE MERCREDI.
« NOTRE SYNDICAT EST FRAPPE D’UN DEUIL A CAUSE DE MORT TRAGIQUE D’UN DE NOS CHAUFFEURS ET SON APPRENTI. NOUS DEPLORONS CET ASSASSINAT ET DECIDONS D’OBSERVER CE MERCREDI UNE JOURNEE SANS VEHICULE AFIN DE COMPATIR AVEC LEURS FAMILLES ».
ALORS QUE LA JUSTICE OUVRE UNE ENQUÊTE DANS L’AFFAIRE DES ASSASSINATS A BANGUI, ALAIN NGOULA SOLDAT DE 1ERE CLASSE AU BATAILLON INTERVENTION TERRITORIAL (BIT) 3 EST ENLEVE DE FORCE CE LUNDI PAR LES ELEMENTS DE SELEKA DE LA PATROUILLE MIXTE AUX ENVIRONS DE 16 HEURES AU MARCHE BOY-RABE DANS LE 4EME ARRONDISSEMENT DE BANGUI. SELON UN DE SES FRERES D’ARME, IL A PASSE SON DERNIER COUP DE FIL VERS 19 HEURES, ET POUR L’HEURE, CE SOLDAT EST PORTE DISPARU.

MULTIPLES CAS D’ASSASSINATS A BANGUI. ALAIN TOLMO PROMET UNE JUSTICE EXEMPLAIRE
MARDI 16 JUILLET 2013 12:51
LE PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE PRES LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE BANGUI, LE MAGISTRAT ALAIN TOLMO A FAIT LE POINT SUR LES RECENTS CAS D’ASSASSINAT A BANGUI. AU COURS D’UN POINT DE PRESSE, IL A QUALIFIE DE « BARBARE » L’ASSASSINAT DE CINQ PERSONNES ARRETEES DANS UN VEHICULE DE TRANSPORT EN COMMUN LE DIMANCHE 14 JUILLET 2013 A LA BARRIERE DU PK 9 SUR L’AXE BANGUI-M’BAÏKI PAR CERTAINS ELEMENTS DE SELEKA.
LE VEHICULE TRANSPORTAIT TRENTE CINQ (35) TEE-SHIRTS PORTANT L’EFFIGIE DE L’ANCIEN PRESIDENT FRANÇOIS BOZIZE.
LES CORPS DES VICTIMES EN ETAT DE DECOMPOSITION, PARMI LESQUELS CELUI DU PETIT FRERE DU PROPRIETAIRE DU VEHICULE ET LE CHAUFFEUR, SONT REPECHES CE LUNDI APRES MIDI SUR LE FLEUVE OUBANGUI AUX ENVIRONS DE L’HOTEL OUBANGUI.
SELON LE MAGISTRAT ALAIN TOLMO, UNE ENQUETE EST DEJA OUVERTE POUR IDENTIFIER LES AUTEURS DE CE CRIME ODIEUX AFIN DE DETERMINER LES RESPONSABILITES.
« SI J’AI TENU A M’ADRESSER A LA PRESSE, C’EST PARCE QUE DEPUIS QUARANTE HUIT HEURES IL Y A DES DECOUVERTES DES CORPS DE CERTAINS DE NOS CONCITOYENS SUR LE FLEUVE OUBANGUI, NOTAMMENT AUX ENVIRONS DE L’HOTEL OUBANGUI AVEC FREQUENCE JOURNALIERE. CES CORPS SONT EN ETAT DE PUTREFACTION AVANCE. CES CORPS QUI FLOTTENT SUR LE FLEUVE OUBANGUI SONT REPECHES ET TRANSPORTES A LA MORGUE DE L’HOPITAL COMMUNAUTAIRE. IL S’AGIT DES CORPS ATTACHES PAR DES CORDELETTES. DEUX D’ENTRE CES CORPS SONT DEJA IDENTIFIES ET RECUPERES PAR LES PARENTS. LES TROIS AUTRES CORPS SONT EN ATTENTE D’IDENTIFICATION. IL S’AGIT POUR NOUS EN TOUT ETAT DE CAUSE D’ASSASSINAT, DE CRIME CRAPULEUX QUI NE SAURAIT RESTES IMPUNIS…».
A L’ENDROIT DES FAMILLES ENDEUILLEES, LE PROCUREUR A PROMIS DE DIRE LE DROIT DANS TOUTE SA RIGUEUR. IL N’A PAS MANQUE DE SOULIGNER QU’IL PARTAGE AVEC ELLES CES MOMENTS DIFFICILES.
« QUAND AUX FAMILLES DEPLOREES, QU’ELLES REÇOIVENT L’EXPRESSION DE NOTRE COMPASSION SINCERE EN CE MOMENT DE DESARROI. POUR TERMINER, JE TIENS A SIGNALER AVEC FERMETE QUE LA JUSTICE SERA INTRAITABLE ET FERA PREUVE D’UNE RIGUEUR EXEMPLAIRE ».
LA DECOUVERTE DE 35 TEE-SHIRTS PORTANT L’EFFIGIE DE L’ANCIEN PRESIDENT FRANÇOIS BOZIZE DANS LE SAC D’UN DES PASSAGERS A ETE A L’ORIGINE DE LEUR ARRESTATION. SELON CERTAINES SOURCES, ON COMPTERAIT NEUF MORTS TRANSPORTES A LA MORGUE DE L’HOPITAL COMMUNAUTAIRE.
MAIS DEJA, CETTE DECOUVERTE MACABRE A SUSCITE LA COLERE DU MUTUEL DES TRANSPORTEURS DE CENTRAFRIQUE. LES TRANSPORTEURS DE LA LIGNE BANGUI-M’BAÏKI DECIDENT CE MARDI D’OBSERVER UNE JOURNEE SANS VEHICULE CE MERCREDI.
« NOTRE SYNDICAT EST FRAPPE D’UN DEUIL A CAUSE DE MORT TRAGIQUE D’UN DE NOS CHAUFFEURS ET SON APPRENTI. NOUS DEPLORONS CET ASSASSINAT ET DECIDONS D’OBSERVER CE MERCREDI UNE JOURNEE SANS VEHICULE AFIN DE COMPATIR AVEC LEURS FAMILLES ».
ALORS QUE LA JUSTICE OUVRE UNE ENQUETE DANS L’AFFAIRE DES ASSASSINATS A BANGUI, ALAIN NGOULA SOLDAT DE 1ERE CLASSE AU BATAILLON D’INTERVENTION TERRITORIAL (BIT) 3 EST ENLEVE DE FORCE CE LUNDI PAR LES ELEMENTS DE SELEKA DE LA PATROUILLE MIXTE AUX ENVIRONS DE 16 HEURES AU MARCHE BOY-RABE DANS LE 4EME ARRONDISSEMENT DE BANGUI. SELON UN DE SES FRERES D’ARME, IL A PASSE SON DERNIER COUP DE FIL VERS 19 HEURES, ET POUR L’HEURE, CE SOLDAT EST PORTE DISPARU.

General qe quelle armée formé dans quelle école de guerre?

Par SOROKATE

01/08/2013 02:08

Bonjour général,
En toute honnêteté intellectuelle, dites moi dans quelle école de guerre vous avez passé votre formation de général. quel niveau d'étude avez vous?

J'aimerai aussi savoir quel numéro de matricule avez vous? et de quelle armée.
Oui, vous parlez bien sango mais c'est pas suffisant parce, j'ai constaté que vous n'aimez pas la Centrafrique vos dégâts de tout genre sont énormes. Avec un impacte hautement grave hypothéquant l'avenir et la cohésion sociale de notre nation.

Vous vous permettez encore une fois de plus de vous moquer des Centrafricains vos victimes en disant haut et fort que des armes sont récupérées,signe de paix retrouvée. Qui a écrit à seleka de venir en Centrafrique personne.


Le désarmement que vous avez organisé porte par porte tout en dépouillant des civiles de tout leurs biens( habits, chaussures, assiettes , téléphones ,postes téléviseurs, chaises plastics, tout...) , ce comportement met en lumière votre projet de SELEKA voleurs, bandits de grands chemins, braqueurs, mercenaires sans culture et sans morale.

Je doute fort de votre sens patriotique comme votre motivation d’œuvrer pour un avenir radieux de notre cher et riche pays la RCA.

Vous étiez délocalisés au Mali contraints de venir en RCA pays hospitalier imposer votre christianophobie. On verra après cette transition.

Cher général de son état, de Bangui jusqu'à Garamboulaye la liberté d'aller et retour pour tout Centrafricain de souche est conditionnée. A Yaloké les Soudanais règnent en maître absolu, la population locale subit une pire humiliation qui ne dit pas son nom, d'ailleurs aucune région de toute la république n'est épargnée.

Votre seleka qui a fait de vous son général est haï par tous les centrafricains,seleka est assimilée l'incarnation du diable Lucifer. Franchement c'est pas ce que les centrafricains ont besoin ,laissez nous en paix et repartez là où vous étiez mais pas en RCA.

Vous êtes un pédant, un malin .
Je suis convaincu que dans un future proche mon pays retrouvera son honneur et sa dignité c'est une question de temps.

Les démons de seleka avec toute sa dérivée prendrons la poudre d'escampette, alors je lancerai de charbons ardents sur votre trajectoire. A qui mieux, mieux. Sauve qui peut.. hiiiii.

"99 jours pour le voleur, mais seulement 1 jour pour le propriétaire".
Nzéréngôh pourou a fâh ngoungou.

SOROKATE Alias Domzan-bene.



POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués