SOCIéTé  |    

Les défis du financement et la déforestation

Par H. Joncas - 12/12/2010

Le sommet de Cancún sur les changements climatiques et le traité Kyoto vient de prendre fin au Mexique

 

Idéalement, Cancún devrait déboucher sur un cadre légal et contraignant pour les pays en développement, avec des cibles de réduction d’émissions. «Mais les négociateurs s’entendent pour dire que ce sera difficile d’obtenir une telle entente», dit Jean Nolet, président d’Éco-Ressources, joint à Cancún. Officiellement délégué de la République Centrafricaine, ce consultant québécois en projets de réduction d’émissions et de vente de crédits de gaz à effet de serre (GES) conseille dix pays d’Afrique centrale dans leurs négociations. Ils veulent que la «déforestation évitée» soit reconnue comme des actions donnant droit à des crédits de GES dans l’avenir. «Le quart des émissions comptabilisées dans le monde sont associées à la déforestation», dit-il. Sur ce plan, les discussions se sont bien déroulées au cours de cette première semaine du 6 au 10 décembre 2010. «On espère obtenir une entente sur la Réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation des forêts», dit Jean Nolet. Ce mécanisme fait l’objet de négociations depuis la conférence de Bali, en 2007. Il prévoit le financement par les pays développés de mesures pour éviter la destruction des puits de carbone que sont les forêts. Ainsi, des crédits d’émissions de GES pourraient être accordés aux pays ayant mis en œuvre des mesures pour protéger leurs arbres.

 


© desourcesure.com
Illustration des actions de déforestation
Financement
Pour que Cancún ne soit pas qualifié d’«échec» comme Copenhague, les négociateurs devront aussi faire certains progrès sur les questions de financement des mesures pour lutter contre les changements climatiques et s’y adapter. «À Copenhague, les pays riches se sont engagés à verser 10 milliards de dollars pour financer les réductions d’émissions et l’adaptation aux changements climatiques entre 2010 et 2012, puis 100 milliards par an d’ici 2020», dit Jean Nolet. Le hic, c’est que les pays en développement n’ont pas encore vu la couleur des 10 milliards qu’ils devaient recevoir cette année. «On espère avoir des engagements plus concrets, savoir quelle forme va prendre ces aides-là», précise le consultant. Idéalement, les pays en développement voudraient que ces fonds ne transitent pas par la Banque mondiale, mais par un fonds vert spécifiquement créé à cet effet et contrôlé par l’Organisation des Nations unies.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués