DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Quel avenir politique pour les principaux acteurs de la transition en Centrafrique?

Par Clotaire Saulet Surungba - 12/07/2013

M. Saulet Surungba est Conseiller National-Président de la Commission Permanente Défense et Sécurité, Représentant de la Diaspora – Zone Europe au CNT

 

Le Groupe International de Contact sur la République Centrafricaine (GIC-RCA) vient, après sa réunion inaugurale du 03 mai à Brazzaville, d’apprécier positivement l’évolution de la situation dans notre pays, à l’issue de la deuxième réunion du 08 juillet d’Addis-Abéba. Composé de l’Union Africaine (UA), des cinq membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies, de nombreux pays et de plusieurs institutions internationales, il a avancé sur le projet d’envoi d’une mission militaire sous conduite africaine et espère que la République centrafricaine est sur la bonne voie. Quinze ans après la mise en place de la 48ème opération de maintien de la paix de l’ONU dans notre pays, nous nous acheminons vers l’envoi de la deuxième opération de maintien de la paix, la Mission Internationale de Soutien à la République Centrafricaine (MISCA). Rappelons pour mémoire que la Mission des Nations Unies en RCA ou MINURCA qui remplaça la Mission de Surveillance des Accords de Bangui (MISAB), fut établie le 15 avril 1998.

 


© journaldebangui.com
M. Clotaire Saulet Surungba, Représentant de la Diaspora – Zone Europe au CNT
La perspective de la prise en main de la crise centrafricaine par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, due essentiellement au Conseil National de Transition (CNT) à travers les débats et votes responsables de la Charte Constitutionnelle le 05 juillet 2013 et qui a permis au Premier Ministre de Transition de bien plaider la cause nationale à Addis-Abéba, augure déjà de nouveaux lendemains pour la République Centrafricaine qui ne devrait plus continuer à être ce « pays oublié » ou cette « plaie béante et purulente » de l’Afrique Centrale. Toutefois, il ne serait pas indiqué de tomber dans une sorte d’euphorie ou triomphalisme béat au regard des tristes réalités politiques centrafricaines caractérisées le plus souvent par ce qu’il convient d’appeler la « tare nationale » ou le non-respect de la parole donnée…

Il convient de noter que le 08 juillet à Addis-Abéba, les membres du Groupe de Contact International (GIC) ont réitéré la nécessité pour les autorités de Transition de mettre en œuvre toutes les actions stipulées dans la Feuille de route et qui doivent conduire à la tenue des élections aux dates limites prévues. La Déclaration de N’Djaména du 18 avril 2013 qui a sanctionné le quatrième Sommet Extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), après examen de la situation en République Centrafricaine, stipulait sans ambages en ses points 4 et 5: «Au cours de cette Transition, des élections libres, démocratiques, transparentes et régulières (référendum constitutionnel, législatives, présidentielles) sont organisées sur la base d’un ordonnancement juridique et d’un calendrier consensuels en vue du retour à un ordre constitutionnel démocratique incontesté. Le Chef de l’Etat, le Premier Ministre et les Ministres membres du Gouvernement de Transition, ainsi que le Président et les membres du Bureau du CNT, ne peuvent se présenter aux prochaines élections.»

Il va sans dire qu’aucune explication des textes, soit nécessaire pour comprendre cette décision qui ne doit souffrir d’aucune violation. Toute éventuelle modification ne pourrait se faire que par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEEAC. Evoquer une certaine souveraineté nationale centrafricaine pour tenter de le faire relèverait de l’inconsistance, de l’incohérence, de la fourberie voire de l’infantilisme politiques. L’histoire récente de notre pays nous enseigne éloquemment sur les locataires du Palais de la Renaissance qui ont voulu se prêter à ce type de jeu et qui, toujours, ont fini par se retrouver en exil…

Je ne voudrais pas ici lever un pan de voile sur les débats du CNT qui ont conduit au respect de ces dispositions le 05 juillet 2013. Mais je ne peux m’empêcher de saluer patriotiquement la large majorité qui s’est dégagée lors des débats et votes. Toutefois, j’exprime une certaine «inquiétude diffuse» quant à l’observation stricte des recommandations de la Communauté internationale qui nous accompagne dans la résolution de notre crise. Pour combien de temps encore les principaux acteurs de la Transition ainsi que les Centrafricain(e)s qui participent, de près ou de loin, à la remise à l’endroit du Centrafrique vont-ils être en phase avec les orientations de cette Communauté internationale qu’ils ont, eux-mêmes, par leur faute, leur manque de pugnacité et l’accumulation de leurs erreurs et égarements politiques, conduit à assumer la «tutelle» du pays? Jusques à quand les intérêts égoïstes ne vont-ils pas, subtilement prendre le pas sur l’intérêt national? Et j’invite ici Mgr François-Xavier Yombandjé, qui exprime souvent mieux que moi, ce que je pense-et sans qu’il le sache, à prendre part à ce débat que je lance.

L’homme politique centrafricain, en raison de l’actuelle classe politique dont les limites sont quotidiennement mises à nu et à laquelle il appartient doit, je pense, pour se métamorphoser en cet homme politique de type nouveau dont le pays a besoin aujourd’hui, se poser de bonnes questions tout en tentant d’y répondre le plus objectivement possible.
Clotaire Saulet Surungba

 

Notre Monseigneur, conseiller national, a dit: «Assumer notre histoire, quel programme! Y arriverons-nous seulement un jour ? Nous sommes condamnés à réussir cet examen de passage, autrement nous ne pouvons plus rien présager de notre avenir national. Tous les autres sont peut-être à l’affût pour nous absorber en bêtes curieuses et en se demandant si nous allons y arriver…Il faut nécessairement qu’à un certain moment chacun accepte de faire la part des choses: accepter de se poser la question de sa responsabilité ou de son irresponsabilité, la question de son humanité et de son animalité, la question de sa détermination à s’en sortir ou celle de ne rien faire et de subir les choses…»

L’homme politique centrafricain, en raison de l’actuelle classe politique dont les limites sont quotidiennement mises à nu et à laquelle il appartient doit, je pense, pour se métamorphoser en cet homme politique de type nouveau dont le pays a besoin aujourd’hui, se poser de bonnes questions tout en tentant d’y répondre le plus objectivement possible. Je ne prétends pas être déjà cet acteur politique qui est une limite vers laquelle il faut tendre et j’avoue aussi ici ma part de responsabilité dans l’actuelle situation de mon pays… En cas de réussite de la Transition en 18 ou 24 mois, si et seulement si cette Transition conduisait à l’organisation du référendum constitutionnel ainsi qu’à celle d’élections législatives et présidentielles transparentes et démocratiques, quel va être, quel doit être l’avenir politique des principaux acteurs de la Transition qui sont exclus en connaissance de cause de ces compétitions ?

Le Chef d’Etat de Transition, le Premier Ministre de Transition, le Président du Conseil National de Transition, les Membres du Gouvernement d’Union Nationale ainsi que les Membres du Bureau du CNT devraient-ils être rangés dans les placards de l’Histoire? Ne serait-il pas une ingratitude et la pire des irresponsabilités tant nationales qu’internationales si des dispositions ne sont pas envisagées quant à leur futur statut dans le Centrafrique qui vient ?

Garantir l’avenir politique et social des principaux acteurs de la Transition ne serait-il pas un gage de réussite de ce régime exceptionnel qui doit permettre au Centrafrique de renaître de ses cendres comme nous le voyons dans la région des Grands Lacs avec le Rwanda ? Certaines voix pourraient s’élever pour démontrer l’inopportunité des débats que soulèveraient ces questions. Mais j’ai la faiblesse de penser comme François Mitterrand qui, en 1981, en répondant à un journaliste disait : l’histoire des hommes progresse par paradoxes successifs, c’est à dire au sens étymologique, par infractions avec l’opinion convenue.

J’ai délibérément décidé de commettre ces infractions à travers ce débat en espérant que les réponses vont permettre de mieux baliser le chemin d’une Transition apaisée et consensuelle. Pour terminer, puis-je me permettre de nous inviter à examiner avec sérénité et sans passion la situation de notre pays en évitant d’éluder l’objet de cette réflexion que je ne peux pas ne pas faire en raison de ce que je vis, ce que je crois savoir, ce que je suis en train de découvrir dans l’exercice de mes fonctions de modeste parlementaire de la Transition depuis que j’ai quitté Cergy-Pontoise pour les rives de l’Oubangui, moins d’un mois après la rentrée de la Coalition SELEKA dans Bangui...
Centrafricainement vôtre…
 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

conseiller cnt

Par Koraa

13/07/2013 11:44

Alors! Ainsi Francois-Xavier Yombadje conseiller national exprime bien non pas ce qu'il pense, mais ce que pense Colet Saulet Surungba parlementaire de la transition ayant quitte Cergy-Pontoise (France) pour les rives de l'Oubangui(Rep.Centrafricaine). Ha! Et si la suffisance etait "la tare nationale".

Réponse Tribune de Mr Saulet Surungba

Par MPoworo

13/07/2013 14:11

Les réflexions faites par M.Saulet Surungba, si elles sont pour la plupart judicieuses quant à l'apport et à la réflexion que chacun doit faire pour remettre le Centrafrique debout, apport et réflexion qui passent nécessairement par la remise en cause de chacun, par la remise en cause des idées et des actions de chacun pour trouver une nouvelle orientation politique digne de faire honneur à tout le monde et faire avancer le pays, si ces réflexions sont judicieuses donc, elles laissent malheureusement transpirer ce que les centrafricains craignent le plus dans le gouvernance , longue, qui a causé la faillite du pays. En effet, la méfiance des centrafricains par rapport à leurs élites politiques a toujours été le fait qu'ils ont été les dindons de la farce de la politique centrafricaine. Tout se passe par des manoeuvres occultes dans lesquelles les centrafricains sont tenus à l'écart. Evoquer l'avenir des acteurs de la transition à l'heure actuelle laisse penser à anticiper certaines dispositions des accords de Libreville, que les centrafricains n'ont pas oubliées, en dépit du fait que ces accords paraissent caduques aujourd'hui. Pourquoi penser aujourd'hui à l'avenir des acteurs de la transition quand cette transition ne vient que de commencer et n'a pas encore porté ses fruits ? Cette idée est très mal venue et risque de soulever beaucoup d'inquiétude et de soupçons sur l'action de cette transition. Les mérites d'un homme ou d'une équipe ne peuvent pas se mesurer sur une seule action, ici la transition, mais sur un long terme et sur l'histoire passée, dans le cas présent. Les centrafricains souffrent encore de leurs blessures, pour pouvoir penser à ce que deviendraient les hommes de la transition. Quand on sert son pays, on ne doit pas se demander ce que le pays vous donnera comme récompense. Les bonnes oeuvres demeurent éternelles, par rapport à leur importance. On n'accepte pas d'être acteur de la transition pour penser à engranger les fruits de ce choix par la suite. Le peuple sait reconnaître ceux de ses fils qui le méritent et sait comment les gratifier. Alors, de grâce, épargner lui la peine de savoir quel sera le montant de la facture des acteurs de la transition.

Quand l'Afrique est prise comme mauvais exemple ailleurs que doit-on faire?

Par Patriote

14/07/2013 08:10

Que doivent faire les Africains en général et les Centrafricains en particuliers lorsque le monde extérieur pointe le continent ou le pays du doigt comme une poubelle ou un pays de mauvais exemple ou règnent la terreur de gouvernance la calomnie et l’hypocrisie au détriment de la population par des conflits a main armée?
Les nerfs de la pauvreté, rebellions résultant par des conflits armés sont enchevêtrées dans l’échec des gouvernements qui dans leur mauvaise gouvernance sont incapable de structurer une nation bien définie dans les aspects suivant : Economique, Politique, Socioculturel.
Sur le plan Economique, chaque nation doit mettre en place des structures de développement économiques a plusieurs nivaux ( Export-import, Agro-industriel, PME ..etc) en encourageant ses operateurs économiques nationaux en premier lieu et s’ajoutent les autres, ce faisant les chômeurs auront l’espoir de se faire valoir et les taxes feront toujours une bouffée d’oxygène pour payement des fonctionnaires et cette chaine pourra tourner la nation.
-Sur le plan politique développer la bonne gouvernance, excluant les vieilles idées de coup d’état, et tenir compte de la participation démocratique de toutes les sociétés civiles et les partis politiques.
-Sur plan socioculturel, enseigner le nationalisme, l’importance de la sécurité et les valeurs humaines.
Ces trois aspects sont interdépendants, lorsque l’un des aspects est « infecté » le reste des aspects subissent l’impacte direct.
Aujourd’hui beaucoup des facteurs tendent à mettre l’Afrique au banc de touche, les guerres psychologiques consistent à montrer l’Afrique noire du doigt en générale comme une poubelle parce que par exemples : la guerre en RDC, les Seleka de la RCA qui ont tout détruit, LRA, jangjaweed du Soudan, An SAAR Din du Mali, le trafique des jeunes femmes vers les pays arabes comme « domestiques » exposées a tous les sorts , des jeunes émigrés sans papiers se noient dans la mer sans grand reportage médiatique etc…mettent l’Afrique « sub-saharienne » dans la poubelle et devient un exemple de mauvais odeurs dans les écoles et universités ainsi que les medias exotiques.
Face a cela que doit faire l’Africain ?
Une prise de conscience suivie d’une action forte comme l’ont fait les Juifs pour leur retour dans les années 1948 pour établir leur état et très fort. Une renaissance Africaine dans sa pratique est très importante ! L’Africain doit prendre son destin en main percer a tous les niveaux d’avoir une vie descente et au respect des humains. L’Armée Africaine doit redéfinir son rôle qui est celui de protéger et non de tuer violer et détruire des vies et toute la nation.
En ce siècle de mondialisation si nous ne le faisons pas personne ne viendra le faire a notre place et ceux qui ne veulent pas le faire doivent cesser de faire des enfants parce qu’ils font des enfants pour les mettre ou ? Dans l’enfer ? Cessez de croire que c’est un monde extérieur qui viendra vous construire le pays pour ressembler a la France ?? Non, c’est une illusion, le Rwanda et l’Angola se sont réveillés après des dures épreuves Dieu les a béni et ca marche ! Nous allons mettre nos pays sous tutelle jusqu'à quand ? y a-t-il un pays qui avance mieux sous tutelle ? Aucunement pas…
En tout cas, ce n’est qu’un rappel a la conscience que je fais, je ne donne aucune leçon ici, nous sommes tous ensemble et nous comprenons ces choses, soyons psychologiquement actif, vivant et pragmatique. Je ne pourrais rester en France, regarder l’ Afrique a la Télévision et mon pays a feu et a sang et continuer à payer les taxes toute ma vie là-bas. Les flatteries, l’hypocrisie, n’engagent que ceux qui y croient ! Vive la renaissance Africaine.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués