SOCIéTé  |    

République Centrafricaine: pour quelle mobilisation?

Par journaldebangui.com et autres médias - 10/07/2013

L’Etat n'existe plus et la pénurie alimentaire menace, la communauté internationale conditionne son aide à un improbable retour de la sécurité dans un pays aujourd'hui livré au chaos

 

Alors que S.Exc. Mgr Dieudonné Nzapalainga, Archevêque de Bangui, reçoit ce 10 juillet, les mouvements et autres collectifs de la diaspora européenne de Centrafrique, des organisations humanitaires présentes en RCA lèvent le ton sur la situation de ce pays. C’est un concert d’indignation qui se fait entendre de plus en plus fort. Il y a quelques jours déjà Mgr Dieudonné Nzapalainga et neuf autres organisations humanitaires avaient signé un document, sous forme d’appel, faisant état d’une véritable urgence humanitaire. Le texte dresse un cadre dramatique de la situation en Centrafrique, quelques mois après la fuite du Président François Bozizé et l’arrivée au pouvoir de Michel Djotodia, responsable de la coalition rebelle Seleka. «La majeure partie des centres sanitaires du pays sont fermés depuis six mois et environ un million d’enfants n’ira pas à l’école, la population étant privée des services les plus élémentaires». C’est dans cette optique ce les ressortissants centrafricains de la diaspora européenne se sont rapprochés du prélat pour lui soumettre les actions envisagées en faveur de cette population.

 


© journaldebangui.com
Dénonciation de l’abandon de la Centrafrique
Dans un communiqué commun, Médecins sans frontières (MSF), Action contre la faim (ACF), Médecins du monde (MDM), Première urgence-Aide médicale internationale (PU-AMI) et Solidarités International (SI), fustigent l'insuffisance de la présence des Nations unies sur le terrain et le manque de financement par la grande majorité des bailleurs de fonds, dont certains conditionnent leurs financements à venir à une réinstauration de la sécurité, un statu quo aussi incompréhensible qu'inacceptable. Et la pénurie alimentaire menace, préviennent les ONG. En 2012, les récoltes n'ont pas été bonnes et les réserves sont peu importantes, a expliqué Bérengère Tripon, de SI, lors d'une conférence de presse commune. Ces réserves ont ensuite souvent été pillées, soit par des nomades, soit par la rébellion Séléka qui a pris le pouvoir en mars et multiplie depuis les exactions (pillages, rackets, viols, meurtres), selon les témoignages. On estime que la récolte 2013 couvrira un mois de besoins alimentaires alors qu'elle devrait en couvrir au moins six, selon Mme Tripon.

Toute la population est menacée par la faim
Thierry Mauricet, directeur général de PU-AMI, estime que 147.000 personnes sont déjà en restriction alimentaire sévère, sur 4,5 millions d'habitants. Et depuis début 2013, indique Alain Coutand d'ACF, le nombre d'enfants admis dans nos centres nutritionnels a doublé par rapport à 2012. Quant au système de santé, il agonise, l'approvisionnement en médicaments et fournitures médicales étant interrompu, l'accès aux soins impossible par endroits. Or une flambée de paludisme a déjà occasionné 60.000 consultations au premier trimestre dans les structures soutenues par MSF, soit +38% par rapport à 2012, tandis que rougeole et pneumonie sont en augmentation. La communauté internationale doit considérer la Centrafrique comme une de ses priorités. (...) La situation est pire qu'elle n'a jamais été, résume André Munger, de MSF.

 


© journaldebangui.com
Mgr Dieudonné Nzapalainga, Archevêque de Bangui, reçoit les mouvements et autres collectifs de la diaspora européenne de Centrafrique
Dans un rapport séparé publié également hier mardi 9 juillet, MSF estime que le coup d'Etat a plongé la RCA dans le chaos. Les bâtiments publics, les ministères, les écoles, les hôpitaux ainsi que des maisons particulières ont été pillés et saccagés, selon MSF. Le système de santé n'a pas été épargné. Les structures du ministère de la Santé ont été pillées, et les médicaments, les outils de diagnostic, les archives des patients et même le mobilier ont été volés. La plupart du personnel médical s'est enfui en province, explique l'ONG.

Toutes les organisations humanitaires travaillant dans le pays ont également été touchées (...) Les résidences des agences des Nations unies et des ONG internationales ont été pillées à de multiples reprises à Bangui et leurs entrepôts en province cambriolés. Dans un pays où le système de santé était dans un piteux état après des années de troubles et de crises à répétition, le système d'approvisionnement en médicaments déjà défaillant est désormais totalement inexistant, s'alarme MSF. Cette situation laisse présager une aggravation des taux de mortalité dans les prochains mois, y compris pour des pathologies courantes et soignables, comme le paludisme, avec potentiellement une des plus graves pandémies de ces dernières années.
 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

SAUVONS LA CENTRAFRIQUE DES FOUS DE ALLAH

Par ketezo

10/07/2013 18:43

Les fous de ALLAH, avec la complicité des hommes politiques centrfaricains, et dans l'indifférence de la France, sont en train de détruire ce pays, et préaprent le plus grand chaos en Afrique centrale. ONGS et Hommes de bonne volonté, demandez en Urgence la traduction de DJOTODIA et ses principaux chefs à la CPI, et PLACEZ CE PAYS SOUS MANDAT DES NATIONS UNIES, sinon l'un des plus grands désordres du 1 siècle se déroule déjà sous nos yeux.

La France a la responsabilite de faire partir Ndjotodia et ses rebelles Seleka

Par kotoko Sembona

11/07/2013 03:32

Je nwe finirai pas de dire et de le redire: c'est la France qui a donne son feu vert a Seleka d'aller renverser le regime de Bozize. On se souviendra qu'en decembre 2012 lorsque les Seleka ont lancé leurs attaques, Paris avait exige qu'ils déposent les armes se rendent a Libreville pour participer aux négociations qui ont abouti a la formation du 1er gouvernement de Me Tiangaye. Malheureusement, Paris qui nourrissait de la haine envers Bozize depuis le pouvoir de Sarkozy, avait change d'attitude. Elle avait traite le premier ministre Tiangaye de tous les noms inimaginables. Mais contrairement a ses habitudes dans tout changement de régime a Bangui, la France a laisse le president du Tchad faire le travail a sa place. Et en voila lesa résultats. Paris ne peut se résigner maintenant qu'elle est devant un fait accompli a dire que la France et les hommes d'affaires exigent le rétablissement de la sécurité sur le territoire national avant toute reprise d'aides.Pourtant Paris sait vbien que Ndjotodia dont RFI et AFP ventaient les valeurs d'hommne d'Etat ne fait rien sinon il attend que ce sont les troupes de la FOMAC qui doiuvent faire le travail a sa place. Il a peur de ses troupes qui l'ont mene au pouvoir a tel point qu'il evite toujours de les accuser lorsqu'ils commettent des crimes. D'ailleurs il préfère accuser les victimes. Des fois il donne de l'argent aux parents des victimes pour payer les rançons exigées par les rebelles Seleka. Et pire encore, depuis lors la France affiche une indifférence totale face aux actes barbares et cruels du pouvoir de Ndjotodia et ses sbirs soudanais et tchadiens. Oû sont partis les soit disant socialistes qui se soucient des droits de la personne en France?

Unité,Dignité,Travail

Par paulköti

12/07/2013 10:27

Bonjour, C'est la politique qui a mis le peuple centrafricain dans cette situation.Il faut lutter même politiquement. Il est intolérable qu'un groupe de gens venus de frontière éloignés nuisent aux enfants de la Centrafrique.Redoublons d'effort et de détermination.On peut avoir des alliés autres que la France.Mais n'oublions pas que la contribution de l'Oubangui (Centrafrique) à la libération de la France occupée par l'armée Allemande à la seconde guerre mondiale est GRANDE.
"Brissons la misère,Brisons la tyrannie"

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués