DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Après le 24 mars: Cent jours d’échec en Centrafrique

Par Julien Bela - centrafricmatin - 08/07/2013

La restauration de la sécurité, priorité des priorités, a fait couler des larmes

 

Depuis le 24 mars 2013, les jours passent et se ressemblent, les Centrafricains sont toujours à la croisée des chemins. La restauration de la sécurité, priorité des priorités, a fait couler des larmes. Cent jours après le 24 mars 2013, le régime Djotodia n’a pas bougé d’un iota. L’insécurité tient encore la vedette. Quant à la suite, c’est encore le néant.

La restauration de la sécurité
La Séléka était à la limite un serpent de mer et ses propres géniteurs, les leaders de cette coalition étaient perdus, impuissants. Les éléments de la Séléka s’adonnaient à cœur joie à toutes sortes d’exactions, des plus horribles aux plus cruelles que l’humanité ait connues: tortures, assassinats, braquages, pillages, viols, sont le lot au quotidien. Le premier ministre, Maître Nicolas Tiangaye a proposé le désarmement par la force. Après moult tergiversations, le désarmement par la force s’impose comme unique alternative à la restauration de la sécurité et de la paix. La restauration de la sécurité est le point n° 1 de l’Accord de Libreville. Depuis la signature de cet accord, la RCA est embourbée, stationnaire. Et pourtant, les leaders de la Séléka sont là, occupant des postes ministériels très importants, mais rien n’évolue, rien ne bouge, car la terreur semée par la Séléka a paralysé tout le monde. En principe, quand un dirigeant est dépassé, il faut démissionner. Malheureusement, démissionner n’est jamais centrafricain. Puisque les Centrafricains aiment voir leur pays être détruit alors qu’ils sont incapables de le construire.

 


© REUTERS/Luc Gnago
Tout le monde veut la paix au pays
De la politique
Ndjamena 2 a énoncé des directives pour faciliter le fonctionnement de la transition. Djotodia est président de la transition. Maître Nicolas Tiangaye, Premier ministre quant à lui, a dû revoir son gouvernement pour tendre la main aux indésirables du KNK. C’est chose faite, puisque le gouvernement Tiangaye 3 est sur pieds et opérationnel. Le CNT a vu son effectif augmenté de 30 Conseillers nationaux. Selon Ndjamena 2, le bureau du CNT doit repartir aux urnes, en intégrant les 30 Conseillers supplémentaires. Force est de constater que, malgré le rappel de l’Union Européenne, de l’Ambassade des Etats-Unis et tant d’autres institutions, le président du CNT se croît perdu et crie au secours au chef de l’Etat de la transition. Djotodia prend fait et cause pour défendre l’indéfendable. La société est donc frustrée, ainsi que les 30 Conseillers qui ont pris le train en marche. Quant aux hommes politiques, c’est un silence de cimetière. Les partis politiques ont disparu comme par enchantement. Le pays baigne dans l’immobilisme total et vogue au gré des intempéries.

Sur le plan économique
Le ministre Joseph Bendounga prêche dans le désert, depuis sa nomination. Les éleveurs de bovins vivent un enfer indescriptible avec la Séléka. Les responsables des services d’élevage sont traqués pour être dépouillés des recettes qui appartiennent pourtant à l’Etat, au vu et au su des leaders de la Séléka. Le prix de la viande de bœuf sur le marché ne cesse de grimper. Les Centrafricains n’en peuvent plus. Pays d’élevage, la RCA est devenue un désert infernal. Les éleveurs peuhls ne savent où mettre la tête. L’agriculture est au point mort. Fort heureusement, certaines ONG humanitaires tentent par-ci par-là de redonner vie à ce secteur. Mais l’insécurité empêche les agriculteurs de vaquer à leurs activités quotidiennes. Les routes et les ponts se passent de commentaires. Le commerce, c’est le chemin de la croix. La déconfiture du pays est totale et complète. L’énergie, l’eau potable, les hôpitaux sont tous paralysés. C’est vraiment l’enfer!

Le social
Après avoir promis en fanfare deux mois de salaire aux fonctionnaires et agents de l’Etat, Djotodia a très vite revu ses prévisions en baisse. Malgré le dégraissage des prévisions, rien ne pointe à l’horizon. Les écoles sont restées fermées, car les enseignants attendent leurs salaires. L’administration en général reste paralysée, parce que tout a été dévasté et pillé. L’étendue des dégâts est monumentale, difficile à combler. C’est le prix à payer pour le laisser-aller, les pillages. C’est un phénomène de razzia, de destruction systématique. Et pourtant, c’est la Séléka qui est au pouvoir. Certaines institutions de l’Etat ont battu le record des arriérés de salaire. Treize mois par-ci, dix-sept mois par-là, c’est le comble du désespoir! Les Centrafricains sont soumis à une mort lente depuis 2003 à ce jour. Les salaires de catéchistes que perçoivent les fonctionnaires et agents de l’Etat s’apparentent de l’aumône donnée aux pauvres. Alors, l’inflation est toujours galopante sur le marché. Les Centrafricains sont des malades sains vivant sur un mode apparent, déconnectés de toute la réalité et de la dignité humaine.

Sport
Le sport est en berne. Les Fauves versions football et basketball en verront de toutes les couleurs. Le sport aujourd’hui ne s’improvise pas. Autant déclarer un forfait que de le faire dans l’humiliation. Ce que nous observons dans le sport centrafricain dépasse tout entendement humain. C’est à peine qu’on peut dire que la RCA est un Etat. Est-ce qu’il y a réellement des dirigeants à la tête du pays? La cacophonie commence déjà au sujet du départ des basketteurs en France, à Grenoble, pour leur stage de préparation. C’est vraiment triste! En tout état de cause, le bilan de cent jours se résume en un échec cuisant dans tous les secteurs socio-économiques du pays. La RCA continue de tomber en ruine. Mais la lueur d’espoir vient du général Akaga de la FOMAC qui a déclenché le désarmement, et tout le monde y trouve son compte, y compris les leaders de la Séléka.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués