NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: Poursuite des opérations de désarmement

Par Jean Espeno-centrafricmatin - 08/07/2013

Dans le 4ème arrondissement, l’initiative a permis aux soldats de la FOMAC de récupérer des fusils que possédaient des commerçants musulmans

 

C’est depuis le 1er juillet 2013 que la Force Multinationale de l’Afrique Centrale (FOMAC) s’est obligée à lancer une grande opération de désarmement suite à la tension qui a monté d’un cran le vendredi 28 juin 2013 au quartier Gobongo dans le 8èmearrondissement de la ville de Bangui. Le mercredi 03 juillet dernier, une colonne de véhicules des soldats de la FOMAC est entrée dans le centre-ville et a arrêté un pick-up dans lequel se trouvaient des éléments de la Séléka. Après un temps de discussion avec eux, l’ordre leur a été donné de se soumettre à cette opération. Un élément de la Séléka en tenue combat qui voulait fuir a été rattrapé non loin de la société «Colalu», déshabillé de force et embarqué dans un «bétailleur» (véhicule de transport des bœufs) où il a retrouvé ses frères d’armes qui l’ont précédé dans ledit véhicule. Des hommes forts de la ville de Bangui se sont retrouvés en un laps de temps dans les mêmes conditions que des bœufs. Le temps de l’humiliation en sens inverse est arrivé, car l’heure de la justice a sonné et le compte à rebours a commencé.

 


© afp
Le général Jean Felix Akaga, commandant de la FOMAC à Bangui
Les soldats des Forces Armées Centrafricaines (FACA) qui rentraient du Camp Kassaï ont été repérés par le cortège de la FOMAC en patrouille au centre-ville, et ont été arrêtés par erreur suite à une confusion. Ceux-ci ont brandi leur carte d’identité militaire avant d’être libérés, sinon, ils allaient se retrouver dans le véhicule de transport des bœufs. Au Km5 dans le 3ème arrondissement, les locataires du «bétailleur» demandaient aux passants de les «dépanner» en cigarettes et en eau potable, car ils avaient soif. Une passante était mécontente de voir que certains bons Samaritains du secteur leur donnaient ce dont ils avaient besoin. Une bonne ballade dans la capitale centrafricaine. Ils seraient passés par tous les arrondissements ce jour-là. Le premier jour de cette opération de désarmement, non loin de l’Ecole Georges-Albert Koudoukou, dans le 3ème arrondissement, une personne ayant assisté à cette opération dans le secteur a révélé que «les soldats de la FOMAC postés au bord de la grand-route arrêtaient tous les taxis dans lesquels se trouvaient les éléments de la Séléka. Ils les désarmaient et les déshabillaient…».

Parallèlement, au quartier Boy-Rabé dans le 4ème arrondissement, une opération de désarmement a permis aux soldats de la FOMAC de récupérer des fusils que possédaient certains commerçants musulmans dudit quartier. Ce qui a permis à la population locale de savoir que ceux-ci disposaient d’armes kalachnikov chez eux, c’est la réaction d’un commerçant musulman du secteur qui a brandit une arme le dimanche 30 juin dernier pendant le concert de casseroles, et qui a fait tant de bruit. Courage aux soldats de la FOMAC qui poursuivent cette opération de désarmement. Laquelle mettra un terme aux exactions des éléments de la Séléka qui se croient tout permis. Que la population coopère en dénonçant les caches d’armes!

 

 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

neutraliser

Par eric

08/07/2013 15:58

Je pense que les troupes fomac dans leur ensemble et surtout tchado soudanaise doivent etre neutraliser et juger pour leur crimes pour qu'il ai justice en centrafrique

Désarmement

Par NADE Berty

08/07/2013 16:27

Il n'est jamais trop tard pour bien faire...Bravo aux forces de la Fomac .Toutefois il est à redouter que les éléments Tchadiens de cette même Fomac réapprovisionnent en armes leurs compatriotes civils disséminés dans certains quartiers de la capitale où ils se livrent à de petites activités commerciales.Les centrafricains de souche sont donc appelés à plus de vigilance.

Desarmement

Par Koraa

08/07/2013 23:35

Les mercenaires tchadiens de Deby et Bechir ne doivent pas faire parti de la FOMAC cela releve du minimum de respect pour le people centrafricain et sa souverainete qu'aurait pu avoir la communaute internationale pour cette nation. Nous ne sommes pas un betail ou de simple fourmis qu'on peut ecraser impunement! Le drame actuel du peuple centrafricain entretenus par Deby et Bechir n'autorise pas la presence encore sur notre terre de leurs mercenaires.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

Burkina Faso: Ouagadougou, la capitale accueille Africa Water Forum 2014
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués